En Algérie, la persécution judiciaire s'abat sur les opposants du régime en pleine pandémie de coronavirus    Fake news: arrestation d'un conseiller communal à Errachidia    Coronavirus : le parcours du patient pour un dépistage    En confinement : Voici une sélection de livres marocains à lire    Hassan El Fad fait son come-back avec sa célèbre série «Kabbour»    Souss-Massa affecte 20,2 millions de DH pour lutter contre le Covid-19    On connaît les nouvelles dates des JO de Tokyo    Opération de soutien provisoire: la mise au point de l'Intérieur    Coronavirus : le CCM diffuse des films en ligne    Coronavirus: deux nouveaux décès au Maroc, une 14ème guérison    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Levinas, le visage, l'humanité    ANP : Une solidité financière confirmée à fin 2019    Après avoir échangé des lettres de reproches : La CGEM et le GPBM en froid    Coronavirus: la valeur de transfert des footballeurs a baissé    CIH Bank : Report des échéances de crédits pour les personnes impactées    Lydec : Pas de coupure d'eau et d'électricité durant le confinement    Lucile Bernard: «l'écriture comme unique porte de sortie, comme rédemption»    Nigeria : face au coronavirus, Lagos et Abuja se murent    Coronavirus : Le Maroc reçoit un nouveau lot de matériel envoyé par la Chine    Enseignement : Report des vacances du printemps    Temps stable dans tout le Maroc, ce lundi 30 mars    Covid-19: Ces solidaires… pour plaire    L'examen cyclique de l'humanité!    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Les aides du Fonds spécial face à un dilemme de ciblage    La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Abderrahim Nouri : Ça se passe bien avec Appie    Outre les meetings de Stockholm et Naples : La Diamond League reporte le meeting de Rabat    Les effets du COVID-19 sur l'alimentation et l'agriculture à l'échelle mondiale    ADM maintient ses services sur le réseau autoroutier au standard de sécurité et de qualité    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    "Les artistes luttent contre le déplaisir du confinement    Bob Dylan sort une chanson taillée pour cette période    Le Bolchoï diffuse ses meilleurs spectacles sur YouTube    Algérie : le journaliste Khalid Drareni incarcéré en détention préventive    Vahid: Taarabt, un nouvel homme    Sondage: la cote de popularité de Macron s'envole    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Coronavirus: le bilan s'alourdit en Algérie    Santé, nutrition et condition physique : La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un dialogue politique inter-libyen à Genève
Publié dans L'Economiste le 20 - 02 - 2020

L'émissaire de l'ONU pour la Libye a invité, hier mardi, les pays à aider les Nations unies à contrôler le respect de l'embargo sur les livraisons d'armes dans ce pays. Ghassan Salamé intervenait à Genève à l'ouverture du deuxième cycle des discussions de la commission militaire inter-libyenne.
Cet appel intervient alors que l'Union européenne est parvenue lundi dernier à un accord pour déployer des navires de guerre à l'est de la Libye. Et ce, afin d'empêcher les livraisons d'armes à ce pays, à la condition, exigée par plusieurs pays, de ne pas laisser cette opération navale encourager les traversées de migrants.
«Nous sommes parvenus à un accord politique à l'unanimité, ce que je pensais impossible à mon arrivée», a annoncé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell à l'issue d'une réunion avec les ministres des Affaires étrangères de l'UE.
«Des navires de guerre seront envoyés fin mars dans les eaux à l'est de la Libye. S'il est constaté que leur présence a pour effet d'attirer des embarcations transportant des migrants, ils seront retirés de la zone», a-t-il averti. Cette solution a permis de lever les réticences de l'Autriche et de l'Italie, a commenté pour sa part le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères Jean Asselborn. L'unanimité était nécessaire pour lancer cette nouvelle mission.
L'UE a lancé en 2015 une opération navale baptisée Sophia pour lutter contre les trafiquants d'êtres humains et contrôler le respect de l'embargo de l'ONU sur les armes à destination de la Libye. Mais le chancelier autrichien Sebastian Kurz l'accusait d'être «un billet d'entrée en Europe pour des milliers de migrants clandestins en raison du nombre de naufragés sauvés en mer au large des côtes de la Libye et réclamait la fin de la mission». Josep Borrell a récusé ces affirmations. Pour lui, il est nécessaire de parvenir à un accord acceptable par tous les pays, y compris ceux préoccupés par un risque d'appel d'air pour les clandestins.
Le mandat de Sophia avait été prolongé jusqu'au 31 mars 2020, mais elle n'était plus opérationnelle en mer depuis le printemps 2019. Ceci à cause du refus de l'Italie de laisser débarquer sur son territoire les migrants sauvés en mer faute d'accord entre les Etats de l'UE pour les prendre en charge.
Plusieurs points restent encore à discuter avant de lancer la nouvelle opération. Ils devraient être résolus pour la prochaine réunion des ministres des Affaires étrangères le 23 mars, avant la fin de Sophia, a assuré Josep Borrel. Un autre point des plus délicats sera la question des sauvetages en mer.
Un cessez-le-feu est entré en vigueur le 12 janvier à l'initiative de la Turquie et de la Russie, mais les deux camps s'accusent mutuellement de violations.
Pourparlers militaires indirects
A Genève, les belligérants libyens ont entamé hier mardi une nouvelle série de pourparlers militaires indirects. Début février, les représentants du Gouvernement d'union nationale (GNA) et du maréchal Khalifa Haftar avaient admis la nécessité de transformer la trêve en un cessez-le-feu permanent sans toutefois parvenir à un accord. Il y a quelques jours, le Conseil de sécurité de l'ONU avait approuvé une résolution. Celle-ci réclamant qu'un cessez-le-feu durable succède dans ce pays à la trêve fragile observée depuis janvier. Le débat continuera lors du dialogue politique inter-libyen qui doit démarrer le 26 février à Genève.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.