La crise du Covid-19 incite les opérateurs de produits d'hygiène à investir davantage    Une nouvelle ferme aquacole dans la région d'El Jadida    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.740 au total, samedi 30 mai à 10h    Coronavirus : la deuxième vague sera économique    Coronavirus : la deuxième vague sera économique    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    L'homme de l'alternance n'est plus    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Industrie : Renault met en stand-by les projets d'augmentation de capacités prévus au Maroc    Communiqué du Bureau politique du PPS    Bientôt un café. Expresso SVP !    OCP profite de l'export au premier trimestre    Vahid fait le forcing pour convaincre deux joueurs    Il y a 38 ans… : La pensée d'Aziz Belal toujours vivante et actuelle    Quatre Marocains dans les commissions du CIO    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Marie-Louise Belarbi, une étoile de la culture marocaine s'est éteinte    Pour un encadrement législatif ou conventionnel    Un expert met en évidence la responsabilité imprescriptible de l'Algérie    Chine-Etats-Unis: Une nouvelle guerre froide est en marche…    Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Début des tests de dépistage du Covid-19 à Errachidia    7000 saisonnières marocaines bloquées à Huelva début juin    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tarifs AMO: Bagarre au sein du corps médical
Publié dans L'Economiste le 13 - 03 - 2006


· Divergences entre les médecins du secteur privé
· Rencontre avec l'Anam, mardi 14 mars
C'EST ce mardi que le directeur de l'Agence nationale de l'assurance maladie (Anam), Chakib Tazi, doit rencontrer les médecins du secteur privé pour recevoir leurs propositions de tarification. Les deux parties n'ont toujours pas trouvé un terrain d'entente malgré plusieurs réunions. Il s'agirait de divergences entre, non pas l'Anam et les médecins, mais plutôt les organismes gestionnaires, Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (Cnops) et les prestataires de soins. La tarification proposée par ces organismes (cf.www.leconomiste.com) est loin de correspondre à celle présentée par les médecins. En clair, les prix des organismes gestionnaires sont nettement inférieurs à ceux pratiqués par les médecins et donc très en deçà «des réalités», répètent ces derniers. Les négociations ont pourtant duré de longs mois, voire de longues années, avant que l'assurance ne soit devenue obligatoire. Son entrée en vigueur n'a pas empêché les prestataires de soins de ne pas signer la convention. Le problème majeur actuel concerne le démarrage des remboursements. Tant qu'aucun consensus n'est trouvé, les remboursements s'effectuent sur la base des tarifs proposés par les organismes gestionnaires.
Les premiers dossiers ont d'ailleurs déjà été remboursés et 60 prises en charge émanant d'institutions médicales privées ou publiques délivrées par la CNSS.
Mais la situation est transitoire. Le remboursement sur la base des tarifs proposés par l'Anam ne pourrait s'éterniser. Cette tarification serait avant tout préjudiciable au patient puisque les frais engagés sont nettement supérieurs à ceux proposés au remboursement.
Jusqu'en fin de semaine dernière, les médecins du secteur privé n'arrivaient pas à se mettre d'accord sur la tarification qu'ils vont proposer, en principe ce mardi, à l'Anam. Le désaccord concernerait le niveau des prix proposés par les diverses parties. Les médecins membres du Conseil national de l'ordre des médecins et ceux des cliniques privées souhaiteraient des tarifs de base de 120 dirhams pour les généralistes et 200 dirhams pour les consultations chez un spécialiste. Les médecins du syndicat national du secteur libéral opteraient pour un tarif de 100 DH chez un généraliste et 180 DH chez un spécialiste.
Si les médecins se mettent d'accord, d'ici mardi, sur une tarification commune, le problème ne se pose plus. Du moins entre eux. Il restera alors à trouver un consensus avec l'Anam. Un des scénarios serait l'adoption d'une double tarification (www.leconomiste.com).
Si les médecins ne trouvent pas de terrain d'entente, chaque groupement (syndicat, médecins des cliniques privées) conserve la possibilité de signer la convention avec l'Anam. Mais si l'un deux signe effectivement, les autres seraient «dans l'obligation de suivre», indique une source proche du dossier. Les cliniques privées sont tenues par des prises en charge. Pour que les patients qui y sont traités en bénéficient, les cliniques doivent être signataires de la convention avec l'Anam. Sinon, les patients se verront refuser la prise en charge et seront donc orientés «contre leur gré» vers les hôpitaux et polycliniques.
La situation devrait se décanter ces deux prochaines semaines.
------------------------------------------------------------------------
Et les médicaments?
UN mutisme persiste autour de la liste des médicaments remboursables. Celle-ci a pourtant été décriée par les professionnels de la santé qui estiment que sa configuration ne permettra pas de soigner de nombreuses maladies, en tout cas pas convenablement. Les laboratoires pharmaceutiques ont, eux, prôné un tarif de référence moyen (www.leconomiste.com).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.