Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Indice de démocratie : l'Algérie est un des pays dominés par des «régimes autoritaires»    Baisse des prix : La Santé publie une nouvelle liste de 46 médicaments    Livrée dans les délais prévus : La CMC de Souss-Massa ouvre ses portes en septembre prochain    Hôtellerie : Kenzi offre des réductions jusqu'à 30% pour tous les Marocains    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Permis de conduire: tout ce qu'il faut savoir sur les changements en vue    Liga: le Rayo Vallecano retrouve la première division    Tennis : La Tunisienne Ons Jabeur remporte son premier titre à Birmingham    Coupe de la CAF : le Raja de Casablanca et Pyramids se neutralisent    Patrice Motsepe : Rendre la CAF plus compétitive et autosuffisante    Youssef Aït-Bennasser en discussions avec un club italien    France: trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles    Baccalauréat-2021: voici la meilleure moyenne au niveau national    Prévisions météorologiques pour le lundi 21 juin 2021    Grève de la faim : l'administration pénitentiaire nie les allégations d'un détendu    ONU: adoption d'une résolution condamnant le putsch en Birmanie    Israël : feu vert à une commission d'enquête sur la tragédie du mont Meron    Sri Lanka : ouverture d'une enquête sur des soldats suspectés d'humilier des musulmans    Covid-19: Hausse des cas attribués au variant Delta au Canada    Deux ex-policiers français rejugés pour le viol d'une Canadienne    L'Opinion : Coup de semonce pour le PJD    Ismail Ould Cheikh Ahmed :«sur le Sahara, la Mauritanie ne joue pas un rôle de médiateur, mais elle maintient sa position de neutralité positive»    Benabdallah appelle à une participation massive des jeunes aux prochaines échéances électorales    Le SG du PPS reçoit une délégation de Hamas conduite par Ismaïl Haniyeh    Maroc-Espagne: Gonzalez Laya toujours confiante pour une sortie de crise    Botola D1 : Les FAR et le SCCM bénéficiaires des matches joués samedi    Euro 2020 : Les Allemands se reprennent face aux Portugais (4-2)    Ligue des champions : le WAC surclassé à Casablanca par Kaizer Chiefs (0-1)    Nouvelles MINI. Elles montent toutes en gamme    Collectivités territoriales. Voici le dernier délai pour bénéficier de l'amnistie sur la fiscalité locale    La coopération militaire est «illimitée» et riche en opportunités    Régionales françaises : la droite s'accroche, la droite dure moins vigoureuse que prévu    Compteur coronavirus : 288 nouveaux cas, 9.375.240 personnes vaccinées    Baccalauréat 2021 : Un taux de réussite de 68,43%    Nador: il sème le chaos et fracasse trois voitures (DGSN)    René-Marc Chikli, Pdt du Syndicat français des Entreprises de Tour Operating :«la décision du Maroc de placer la France sur sa liste A et d'ouvrir ses frontières nous a fait plaisir et nous arrange»    Une vitrine de la haute couture traditionnelle marocaine    La littérature, la catharsis, et l'essence de l'humanité    Parution de l'ouvrage «Histoires des Prophètes»    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    Le Maroc change de fusil d'épaule...    Amal Saqr fait des confidences sur sa vie privée (VIDEO)    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sur les traces de Sergio Leone
Publié dans Les ECO le 28 - 02 - 2014


Said C. Naciri
Photographe et cinéaste
Il est audacieux, créatif et passionné. Il s'appelle Said C. Naciri, et son film d'action marocain, «Kane yama kane», sort le 12 mars en salles après avoir fait sensation dans les festivals. Rencontre avec l'authenticité «made in Morocco»...
Si Sergio Leone est le père du western spaghetti, Said C. Naciri pourrait être le précurseur du western «tajine» ou «couscous». Le jeune réalisateur, qui essaie de marier sa cinéphilie à sa culture, se lance dans le western marocain avec «Kanyamakan», un film d'action qui s'inspire à la fois de sa culture cinématographique, de ses racines ainsi que de son expérience aux Etats-Unis où il a fait des études de cinéma. «J'ai toujours voulu faire du cinéma dans la mesure où j'ai toujours été fasciné par les films d'aventures et d'action. Je suis allé puiser dans ce que j'aime le plus : les westerns, qui m'ont bercé plus jeune, ou les films d'action comme Indiana Jones», explique Said C. Naciri qui a voulu devenir réalisateur, ou plus généralement travailler dans le domaine du cinéma, depuis que son père a apporté une caméra à la maison. Il n'avait que 5 ans. Fasciné par l'objet grâce auquel «on se retrouve à la télévision», il se retrouve à Los Angeles, à la L.A Film School , là où son rêve peut commencer à devenir réalité. Conscient que les Etats-Unis étaient une évidence au vu de ce à quoi il aspirait, il assouvit sa soif d'apprendre et se forme pour réinjecter son savoir au Maroc, appliquer ce qu'il a accumulé comme théories et expériences.
Des théories qu'il a mises à profit lors de stages dans le pays de l'oncle Sam avant de décider de rentrer, et d'apporter une pierre à l'édifice de l'art au Maroc. Cet amateur du Hollywood des années 1950-1960 souhaite élucider un premier mystère: pourquoi le cinéma marocain n'utilise pas la richesse du pays alors que d'autres en connaissent la valeur? «Je me suis toujours demandé pourquoi notre cinéma ne recense pas de films qui utilisent les décors et les paysages incroyables dont nous disposons. Etudiant, j'ai fait un voyage qui a été révélateur pour moi.
J'ai découvert le désert marocain, d'Erfoud à Ouarzazate, tous ces beaux paysages que l'on n'utilise pas, et je me suis dit que je les utiliserai dans mon film». C'est désormais chose faite dans «Kanyamakan». Cependant, une fois le problème du paysage réglé, il reste à savoir comment mêler la culture marocaine à celle du western. «Nous avons une culture des Mille et une nuits, plus précisément une culture des contes comme l'illustre la place de Jamâa El Fna, ou les histoires de grands-mères avec lesquelles on a grandit. La meilleure approche que j'ai trouvée, c'est de débuter avec un conte... puisque les contes commencent par «kane ya makane», continue le réalisateur qui fait un clin d'œil aux chefs-d'œuvre du western comme «Il était une fois l'ouest». «Il fallait assumer s'appeler comme cela. J'ai longtemps hésité, d'ailleurs. L'utiliser humblement était une évidence, mais pour moi «kane ya makane» est la façon dont commencent nos histoires, c'est notre culture!». Une culture au profit de la culture du western à thèmes qui lui sont chers comme la rédemption du voleur, qui devient bon. Un voleur qui devient bon d'ailleurs, brillamment interprété par l'acteur principal, qui est arrivé sur le plateau en tant que chorégraphe et qui s'est retrouvé acteur. «Il est difficile de trouver un acteur au Maroc qui mêle action et jeu».
Le film est éprouvant et physiquement intense: combats, scènes de course, cheval et confrontations font du tournage une aventure à l'américaine dans des décors marocains qui a nécessité un gros travail de pré-production. Un travail de longue haleine et en profondeur pour un projet qui tient à cœur à Said C. Naciri depuis longtemps, puisqu'il y pensait déjà pendant les études. Il y pense tellement que pour lui la musique du film s'impose par elle-même: il travaillera avec Hoba Hoba Spirit et Rachid Taha. C'est chose faite! Un résultat décapant à découvrir le 12 mars dans les salles. En attendant, Said C. Naciri pense déjà au prochain film. Il sera dans la même veine puisque, pour le réalisateur, il n' y pas de cinéma pour jeunes ou de divertissement : «moi je veux continuer à divertir et à amuser!». Chose promise, chose due !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.