Trafic aérien: L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% en 2022    Le dirham s'est apprécié de 0,95% face à l'euro    Botola Pro D2 : L'Union Touarga promue en élite    Service militaire : adhésion massive des jeunes marocains    Cours des devises du lundi 16 mai 2022    Web TV et nouvelle version web, la Narsa se digitalise (VIDEO)    Fusillade à Buffalo: Biden appelle les Américains à éradiquer la haine raciale    Blinken se dit « confiant » par rapport à l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN    VIDEOS: il était une fois, les attentats du 16 mai 2003    La DGSN fête ce lundi le 66e anniversaire de sa création    Coupe de la CAF : La RSB signe une large victoire et file en finale    France/foot: Mbappé élu meilleur joueur de la saison pour la 3è fois consécutive    Botola : le Raja rate le coche face à Oued Zem (VIDEO)    À voir : l'exploit individuel de Théo Hernandez vu des gradins du San Siro (VIDEO)    Tennis : Ons Jabeur se hisse à la 6e place mondiale    Covid-19 en Chine : Retour à la normale en juin à Shanghai    France: Levée de l'obligation du masque dans les transports en commun    Rabat, l'Afrique au cœur et scène culturelle mondiale    La météo pour ce lundi 16 mai 2022    Le Mali se retire du G5 Sahel    Liban: faible affluence aux premières législatives depuis le début de la crise    Maroc: les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Somalie: Hassan Cheikh Mohamoud élu président    DGSN: 66 ans d'engagement renouvelé au service du Royaume    Coupe Mohammed VI de karaté : Le Marocain Abdelaali Jina remporte la médaille d'or    Décès du président des Emirats : Moulay Rachid représente le roi à la présentation des condoléances    Maroc : Abdeljaouad Belhaj élu membre du conseil d'administration de l'IBA    Le PIB agricole devrait baisser de 14% en 2022    Villa des Arts / Rabat : Amateurs et pros célèbrent le théâtre d'impro !    Le Prince Moulay Rachid représente le Roi à la présentation des condoléances suite au décès de Cheikh Khalifa Ben Zayed Al Nahyane    Hilale mouche l'ambassadeur algérien pour sa schizophrénie au sujet de l'autodétermination    Message de condoléances et de compassion de SM le Roi à SA Cheikh Mohammed Ben Zayed Al Nahyane    Coronavirus au Maroc: 89 contaminations et zéro décès ce dimanche    DGSN: 66 ans de sacrifices et d'engagement renouvelé au service du citoyen et de la patrie    Températures prévues pour lundi    Voyages au Maroc. Levée de la double exigence « test PCR » plus « pass vaccinal » avant l'opération Marhaba 2022    Amina Bouayach: «L'accès aux droits sociaux et économiques reste un vœu pieux pour de nombreuses couches sociales»    Réélection de Mohamed Khalidi à la tête du parti de la Renaissance et de la Vertu    Le dirham se déprécie de 0,61% face à l'euro du 5 au 11 mai    SM le Roi adresse un ordre du jour aux Forces Armées Royales    France. Zouhair Bennani, « le prince du supermarché marocain » qui inquiète    «Ne me donnez pas de trophées, donnez-moi de l'argent!»    Au CRSC, Kamelia Zarkani tisse des liens entre le Maroc et la Russie    Magazine : Amine Naji, pour le meilleur et pour l'avenir    Hommage : Abderrahim Samadi n'avait pas tout dit    Nizar Baraka souligne la contribution remarquable des Marocains de l'étranger à l'économie nationale    Décès de Fred Ward, l'acteur de « Tremors »    Explosion créative pour les 13 ans de la Fondation Ali Zaoua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Comment les business schools marocaines «s'exportent»
Publié dans Les ECO le 02 - 04 - 2013

Elles s'appellent ESCA, HEM, EGE, EAC ou encore UIR...elles sont de plus en plus nombreuses à s'attaquer aux marchés subsahariens à partir du Maroc. Elles ont toutes pour ambition de former les leaders du continent. La dynamique économique africaine crée de la demande pour de nouveaux talents et les enseignes marocaines comptent bien surfer sur la tendance.
Ecoles de sciences politiques ou économiques, business schools (écoles de commerce), peu importe la terminologie et le sens des expressions utilisées, elles sont de plus en plus nombreuses, ces enseignes privées marocaines actives sur le créneau de l'enseignement supérieur privé, à répondre à l'appel irrésistible du continent. La tendance, encore toute récente, prend une toute nouvelle allure. Le royaume a certes été pendant longtemps une destination en Afrique pour les études supérieures, mais les enseignes ne se contentent plus aujourd'hui d'attendre que la demande leur tombe entre les mains. Elles vont la chercher sur les marchés émetteurs subsahariens. Dans les pages qui suivent, nous remarquerons que plusieurs facteurs structurels, mais aussi conjoncturels, soutiennent cette tendance. Nous dressons ainsi une radioscopie, non exhaustive, mais suffisamment significative pour prendre le pouls de cette dynamique de positionnement du royaume comme un pôle d'activité stratégique pour l'enseignement supérieur privé sur le continent. Le premier facteur de soutien de cette tendance est évidemment lié à l'effervescence économique que connaît actuellement le continent. Qui dit boom des investissements, dit forcément créations d'entreprises et donc de besoins accrus en ressources humaines, en qualité et en quantité.
«L'Afrique est en croissance régulière. Elle intéresse des groupes et des entreprises du monde entier et de ce fait, les entreprises et les groupes qui se développent en Afrique ont besoin de talents», pense Thami Ghorfi, pérsident de l'ESCA, école de management (Voir pages suivantes). Par ailleurs, face aux incapacités et insuffisances d'infrastructures de formation des pays africains, les instituts privés de formation et d'enseignement supérieur trouvent toute leur place dans la complémentarité des offres du public, pour fournir au continent les hommes qu'il faut à son développement économique. «Les pays qui connaissent un développement économique et social rapide ont besoin d'augmenter rapidement le taux de pénétration dans l'enseignement supérieur. Le secteur privé est appelé à jouer un rôle important pour compléter l'offre du public, afin d'augmenter la capacité totale de chaque pays et de répondre avec plus d'acuité au besoin du marché de l'emploi», explique pour sa part Antonio Maceda, président de l'Université internationale de Casablanca. L'autre enjeu, est aussi de «fixer» l'offre estudiantine africaine traditionnellement destinée aux pays occidentaux, en développant, cerise sur le gâteau, des programmes universitaires faits sur mesure pour le continent. Pour la plupart des enseignes consultées sur le marché local, cette «appropriation» du savoir et sa connexion aux enjeux actuels et futurs de l'économie du continent est un impératif.
Hicham Bekkali
Consultant en formation «Business in the World»
«Il n'y a de richesse, ni force, que d'hommes». Cette citation de Jean Bodin qui date de 1577 est toujours d'actualité: le développement économique et par conséquent social d'un pays ou d'un continent passe inexorablement par une ressource humaine qualifiée et fortement scolarisée. Par l'amélioration de la formation, nous développons de la compétence et nous permettons à nos ressources humaines l'accès au marché de l'emploi au niveau national, régional et international. Plus on développe des compétences et plus les investisseurs étrangers sont encouragés à venir investir en Afrique et à développer leurs affaires, car ils bénéficieront d'une ressource locale bien formée. Le challenge de l'Afrique est de créer un continent fort d'une jeunesse créative, dynamique, éduquée et ouverte sur le monde. Dans ce challenge, les business schools ou écoles de commerce ont un rôle important, toute la formation doit être orientée sur le développement de l'élite de demain. Leur pédagogie doit favoriser la formation par la pratique à l'instar des écoles américaines, le développement des études de cas et des simulations adaptées à la réalité du pays, la mise en place de ponts avec le milieu professionnel, l'apprentissage des langues, des TIC. En bref, former un citoyen du monde tout en gardant ses valeurs et son identité. Pour finir, les business schools ne doivent pas former juste pour l'employabilité ou pour satisfaire les investisseurs étrangers mais doivent encourager l'entrepreneuriat, véritable levier de richesse et d'indépendance économique».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.