Tanger: Arrestation d'un ressortissant français d'origine algérienne pour son implication présumée dans le trafic international de drogue    France : Jean Yves Le Drian userait-il de son réseau pour défendre les intérêts de son fils ?    Compteur coronavirus : 424 nouveaux cas et 6 décès en 24H    Election des représentants de magistrats: Taux de participation de 50,42% à midi pour les Cours d'appel    Un chercheur serbe souligne le bien-fondé de l'appel à l'expulsion de la pseudo «rasd » de l'UA    Obligation de pass vaccinal : La CNDP se prononcera prochainement    Cannabis : Signature de quatre conventions pour le renforcement de la recherche scientifique    L'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici 2060    Covid-19 : Le CHU Ibn Sina dément le décès d'une étudiante à cause du vaccin    L'exercice conjoint bilatéral Pakistan-Maroc 2021 touche à sa fin (Vidéo)    Coronavirus : Le vaccin Pfizer efficace à 90% chez les 5-11 ans    Aérien. Le Maroc actualise la liste des pays de la liste B    Sahara marocain: La Jordanie réaffirme son soutien à l'autonomie dans le cadre de l'intégrité territoriale du Maroc    Afghanistan: L'état islamique revendique une attaque à l'origine de la panne de courant à Kaboul    En quoi la décision royale dérange le clan Aziz Akhennouch ?    Football féminin : Rencontre entre le président de la Fédération espagnole et Mme Khadija Ila, présidente de la Ligue nationale    Football : Assemblée générale ordinaire à distance de l'IRT    Meurtre du député britannique David Amess : le suspect sera jugé en mars 2022    Royal Air Maroc. Vols Casablanca-Montréal: ce qu'il faut savoir    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Faut-il continuer à s'endetter ?    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Chambre des représentants : Séance plénière lundi prochain consacrée aux questions orales    A quoi joue la Russie?    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Afrique reste sur son nuage économique en 2013
Publié dans Les ECO le 29 - 01 - 2013

Croissance. Le FMI confirme des perspectives stables de croissance pour le continent. Le PIB africain devrait progresser de 5% en moyenne sur la période 2012-2014. L'amélioration attendue de l'économie européenne devrait tirer les performances de plusieurs pays . La Banque mondiale confirme : une demande locale robuste, des prix de matières premières élevés, des volumes d'exportation en croissance, sont les principaux facteurs.
Ce début d'année sera décidément marqué par la confirmation de la stabilité de la dynamique économique du continent, malgré les instabilités politiques et les dommages collatéraux de la crise économique européenne. C'est en tout cas la lecture globale que l'on pourrait tirer des conclusions des traditionnels rapports annuels que viennent de publier la Banque Mondiale (BM) et le Fonds monétaire international (FMI). Cette dernière institution a livré en début de semaine dernière les mises à jour de ses perspectives sur la croissance économique mondiale pour 2012-2013. Dans un contexte où l'économie globale entrevoit des issues de secours à la crise, la croissance économique continentale demeurera bien stable sur les deux prochaine années. «Selon le scénario de référence, qui table sur le maintien de tensions limitées dans la zone euro et une expansion économique mondiale de 3,4 à 3,2% pour 2012 et 2013, l'Afrique subsaharienne continuera d'enregistrer un taux de croissance supérieur à 5% en moyenne, sur la même période», prédit le FMI. En effet, pour 2013, cette variation est attendue par le même organisme à 5,8%, avant de passer légèrement à 5,7% en 2014. Dans le détail des chiffres, ce sont évidemment les pays africains exportateurs de pétrole qui semblent les plus dynamiques.
L'or noir continue en effet d'être un grand pourvoyeur de richesse pour le continent. Les projections de l'institution financière internationale révèlent en effet que la croissance restera élevée dans ces économies, avec un taux de près de 6 % déjà relevé pour 2012. Ce chiffre est légèrement au dessus de la moyenne continentale estimée pour 2013. Le cas de l'Angola est des plus édifiants, selon le FMI. Un accroissement de la production pétrolière gonflera son PIB de près de 6,4 % en 2012. Au Nigéria, un autre géant pétrolier du continent noir, la croissance du PIB hors pétrole ralentira sous l'effet de l'affaiblissement du contexte extérieur et du durcissement des politiques macroéconomiques, mais une légère reprise de la production pétrolière permettra à la croissance globale du PIB de se maintenir à 7 % en 2012. Toutefois, ce chiffre devrait redescendre à 6,1% en 2013, selon les dernières actualisations du FMI. Il faut savoir que ce pays détient l'une des meilleures performances de la catégorie de pays exportateurs de pétrole.
Effets de relance
Quant aux économies dites «à revenu intermédiaire», l'Afrique du Sud devrait renouer, selon les mêmes projections, avec une meilleure dynamique économique. Après une croissance en berne en 2012 - 6%, l'une des performances les plus basses de cette catégorie -, le géant sud-africain devrait marquer une légère reprise à 3% de sa croissance en 2013, selon le FMI, «sur la base des conditions extérieures relativement favorables». Le Ghana vient tout juste derrière, avec des perspectives de croissance de 7,8% pour cette année, en léger recul par rapport à 2012. Ce pays d'Afrique de l'Ouest demeure toutefois celui qui dispose des meilleures perspectives dans la catégorie des économies à revenu intermédiaire. L'embellie économique est également attendue au Cameroun (5%) - le secteur non pétrolier étant soutenu par de grands projets d'investissement public et des mesures visant à doper le secteur agricole - Bostwana (4,1%) et le Sénégal, dont les prévisions du FMI sont à 4,3% pour cette année, contre 3,7% en 2011, en raison notamment de l'amélioration en cours du climat des affaires dans ce pays. Dans la troisième et dernière catégorie des économies continentales, vues par le FMI, les perspectives d'évolution sont à des appréciations variables. L'Ethiopie, par exemple, poursuit un rythme de ralentissement de sa croissance, passant de 7,5% en 2011, à 7% en 2012, puis à 6,5% selon les perspectives confirmées la semaine dernière par le FMI pour 2013. L'organisme international explique ce ralentissement par «l'affaiblissement de la demande extérieure» et par la prévalence d'un «environnement de plus en plus rigide pour l'activité du secteur privé». La République démocratique du Congo et le Mozambique devraient, quant à eux, porter leur croissance économique respective au-delà de la barre des 8% en 2013. C'est du moins ce que projette le FMI, qui fait de ces deux pays parmi les plus dynamiques sur les deux dernières années dans leur région respective. Par contre, la plus petite variation en termes de croissance économique attendue pour 2013, parmi les «pays à faible revenus» du continent, devrait se réaliser au Kenya. «La consommation dans ce pays a été freinée par des conditions monétaires restrictives», explique-t-on auprès du FMI. «Cependant, l'activité dans le secteur de la construction et l'investissement des entreprises restent soutenus et favoriseront une accélération de la croissance, qui atteindra 5 % en 2012 et 5,2% cette année», poursuit-on dans le rapport du FMI.
Facteurs de stabilité
Si la Banque mondiale partage globalement ces perspectives, l'organisme a plutôt tenté d'attirer l'attention des observateurs sur les facteurs de stabilité de la croissance africaine. «Une demande locale robuste, des prix de matières premières durablement élevés, des volumes d'exportation en croissance (du fait de flux d'investissement accrus dans le secteur des ressources naturelles ces dernières années)», sont les principaux ingrédients de la recette. Cependant, en plus du frein représenté par une économie mondiale affaiblie, des facteurs locaux, y compris un resserrement antérieur des politiques monétaires (Kenya et Ouganda), des conflits sociaux prolongés (Afrique du Sud) et des troubles politiques (Mali et Guinée Bissau) ont affaibli la croissance dans plusieurs pays de la région, selon la BM. Pour cette dernière, l'activité économique était similairement diversifiée sur le continent, reflétant des prix de matières premières qui restent élevés et des perspectives de croissance relativement robustes. Il faut savoir, par ailleurs, que les flux nets de capitaux ont augmenté de 3,3%, atteignant un record de 54,5 milliards de dollars en 2012. Une bonne partie de l'accroissement des flux nets de capitaux est sous la forme de flux d'investissements étrangers directs vers la région, qui sont passés à 37,7 milliards de dollars en 2012, contre 35,7 milliards de dollars en 2011. Cela, en dépit du déclin général de 6,6% des flux d'investissements directs étrangers vers l'ensemble des pays en développement en 2012. Par ailleurs, les exportations ont crû rapidement au cours de la première moitié de l'année, cependant qu'une décélération abrupte des exportations de matières premières industrielles et de pétrole a eu lieu au troisième trimestre. Le tourisme, un moteur important de la croissance dans la région, est resté robuste, avec des arrivées de touristes élevées dans de nombreuses destinations populaires, y compris en Afrique du Sud, à l'Île Maurice, au Sierra Leone, à Madagascar et au Cap Vert.
IDE : flux dynamiques
Quant aux perspectives globales de l'activité économique dans la région subsaharienne, elles «restent bonnes à moyen terme», selon les projections de la BM et devraient «être soutenues par une reprise de l'économie mondiale, des prix de matières premières qui restent élevés et un investissement accru». L'institution internationale se base sur le fait que depuis 2000, l'investissement dans la région a augmenté de manière continue depuis 15,9% du PIB à plus de 22% du PIB en 2012. Ceci devrait se poursuivre, surtout du fait qu'un nombre croissant d'économies de la région sont capables de puiser dans les marchés internationaux de capitaux, afin d'aider à réduire des contraintes d'infrastructure pénalisantes. Pour l'exemple, en 2012, la Zambie a émis sa première obligation internationale, un emprunt de 750 millions de dollars, qui a été sur-souscrit 15 fois. Outre cela, «la croissance continue des volumes d'exportation de plusieurs pays, qui ont découvert des gisements de minerais ces dernières années (Ghana, Kenya, Mozambique, Niger, Sierra Leone, Tanzanie, et Ouganda), devrait gonfler les perspectives de croissance. Dans l'ensemble, la région est projetée en croissance à son niveau d'avant la crise de 5% en moyenne sur la période 2013-15 (4,9% en 2013, se renforçant progressivement à 5,2% en 2015). Hors Afrique du Sud, la croissance moyenne de la région sera de 6% sur la période 2013-15, selon les dernières actualisations de la BM.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.