Nouveau modèle de développement: le monde carcéral invité à s'exprimer    Relance: Gouvernement, CGEM et GPBM s'engagent    Le Fonds d'investissement stratégique sur les rails    Arrivée à Beyrouth de l'aide marocaine médicale et humanitaire    Le tourisme: Une affaire de santé aussi    Ligue des champions : les résultats et le programme des quarts    Saisie près de Casablanca de plus de 5 tonnes de chira    Rabat constitue son parc à sculpture    Un concours pour révéler les talents arabes du court-métrage    Champions League: le Real s'effondre face à City, Lyon sort la Juve (VIDEOS)    Le classement général de la Botola (mise à jour)    Covid-19 : le Maroc retiré de la liste des pays sûrs    Education Nationale : 2.587 inspecteurs affectés au titre de 2020    La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution    Rachid Yazami : Je n'en reviens toujours pas qu'une telle quantité de nitrate d'ammonium ait été stockée pas loin du centre de Beyrouth    Berkane s'offre le WAC    Aguerd vers Rennes et En-Neysiri en quart de l'Europa League    Examen de passage pour Gattuso    Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    La hausse des cas touchés par le coronavirus perçue différemment    Réunion du Conseil de gouvernement    Sur Hautes instructions Royales : Mise en place d'un hôpital militaire de campagne à Beyrouth    Covid-19: 1018 nouveaux cas confirmés au Maroc ce vendredi    Etat d'urgence sanitaire: ce que dit le projet de loi adopté ce vendredi    Macron réclame une enquête internationale    Le chômage poursuit son envolée au deuxième trimestre sous l'effet du Covid-19    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    Prime exceptionnelle pour les professionnels de santé: C'est pour bientôt !    Tourisme national : un secteur d'avenir    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Liban : une instabilité explosive    Ligue des champions : Huit chocs pour quatre billets pour Lisbonne    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Accord de sponsoring : Le Raja et OLA Energy renforcent leur partenariat    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    La terre a tremblé en Algérie    Trump interdit TikTok et WeChat et la Chine crie à la « répression politique »    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sénégal - Réduction du mandat présidentiel: La polémique enfle
Publié dans Les ECO le 28 - 01 - 2016


Macky Sall, président du Sénégal./DR
La polémique sur la durée du mandat en cours du président de la république de 7 à 5 ans, n'est pas partie pour connaître son épilogue, en dépit de la volonté affichée par le chef de l'Etat, Macky Sall, de s'appliquer le quinquennat. En effet, la classe politique sénégalaise, notamment la mouvance présidentielle et l'opposition, tout comme la société civile, sont partagées sur la question.
Alors qu'il était candidat à la course présidentielle, Macky Sall avait fait la promesse aux Sénégalais, lors de la campagne électorale de 2012, de réduire son mandat de 7 à 5 ans. Une fois élu, le président du Sénégal est confronté à la dure réalité de l'exercice du pouvoir et au respect de la Constitution.
À l'orée du nouvel an, Macky Sall propose une révision de la Constitution, projet composé de 15 mesures, allant des droits et devoirs citoyens, le pouvoir de l'Assemblée nationale et la réduction de la durée du mandat présidentiel, entre autres. Un package de mesures, réparti dans 22 points, fera l'objet d'une saisine, pour avis, du président de l'Assemblée nationale et du Conseil constitutionnel, avant d'être soumis au peuple par voie référendaire.
Cette voie à suivre pour tenir «parole de campagne électorale», continue de diviser la classe politique. Au sein même de la mouvance présidentielle, les avis sont partagés. Certains pontes de l'Alliance pour la république (Apr), parti au pouvoir, ont affiché leur rébellion ouverte contre la réduction du mandat, en cours, de Macky Sall, promettant de battre campagne pour le septennat. D'autant plus que, soutiennent-ils, le président de la république a été élu sur la base des 7 ans, comme clairement stipulé dans l'article 27 de la Constitution. «La durée du mandat du président de la république est de sept ans. Le mandat est renouvelable une seule fois. Cette disposition ne peut être révisée que par une loi référendaire», lit-on. D'autres, en revanche, se sont engagés à suivre la volonté, telle qu'exprimée, par leur mentor, de s'appliquer le quinquennat à la place du septennat pour lequel il a été élu.
L'opposition dégage en touche
Pendant ce temps, l'opposition rue dans les brancards en soutenant que le projet de révision, appelé à être soumis par voie référendaire, constitue un package que les Sénégalais ne peuvent pas voter par un «Oui» ou un «Non». L'opposition, non plus, ne compte pas répondre à l'appel de Macky Sall autour d'une concertation sur les réformes constitutionnelles, tant que leur candidat à la prochaine présidentielle, Karim Wade, est en prison. L'ancien ministre, sous le régime de son père, a été condamné à 6 ans de prison et à une amende de 138 milliards FCfa par la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), juridiction spéciale sénégalaise. C'était dans le cadre de la traque des biens mal acquis, déclenchée par le gouvernement actuel contre les anciens dignitaires du défunt régime.
Des élections coûtent cher au Sénégal
Malgré ce tohu-bohu sur la réduction du mandat présidentiel, l'Etat du Sénégal est appelé à débourser des milliards pour l'organisation des élections présidentielles. Quelles soient en 2017 ou 2019. Ajouter à cela les élections législatives prévues en 2017. Rien que les élections locales de 2014, elles ont coûté 15 milliards FCfa aux contribuables sénégalais.
La pomme de discorde
L'avis tant attendu du Conseil constitutionnel, sur la réduction du mandat présidentiel de 7 à 5 ans, constitue le point nodal de la pomme de discorde entre la classe politique et surtout les Constitutionnalistes. C'est la sortie du ministre conseiller du président de la république, le professeur Ismaïla Madior Fall, soutenant que le chef de l'Etat serait obligé de respecter l'avis du conseil relatif à sa volonté de réduire son mandat, qui a irrité ses collèges universitaires. Dans la foulée, ils dégagent en touche l'avis contraignant dudit conseil. Ils soutiennent que la saisine du Conseil constitutionnel n'est qu'à titre consultatif, et sous ce rapport un avis ne lie personne, selon eux. Du camp du parti au pouvoir, il n'est pas question que Macky Sall rame à contre-courant de l'avis du Conseil.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.