Le président du Forum Crans Montana voit en Dakhla un laboratoire de développement pour l'Afrique    Vers un business dialogue entre le Maroc et le Royaume-Uni    Forum de Davos : le modèle américain est un exemple pour le reste du monde, selon Donald Trump    Botola Pro D1 : Le fauteuil du leader n'est plus immunisé    Le Maroc prend part au Comité des Représentants permanents de l'Union africaine    HCR au Maroc : 6.656 réfugiés et 3.100 demandeurs d'asile au 31 décembre 2019    L'ex-patron chinois d'Interpol condamné à treize ans de prison    Botola Pro: Le WAC passe en tête du classement    Tirage au sort Coupe du Monde 2022: Zone Afrique, à quelle heure et sur quelle chaîne ?    L'Asie en « alerte maximale » face au nouveau virus chinois    Tanger Med : Plus de 65 millions de tonnes de marchandises traitées en 2019    L'Etat islamique aurait trouvé son nouveau chef    Suite à la fin de la convention de la concession «Assiaqa Card» : M2M anticipe une baisse de ses résultats 2020    Compétitivité : le Maroc au bas de l'échelle    Les Parlementaires enquêtent sur les marges des banques    Des tacles forts, et volonté délibérée de faire mal    Congrès régional de Drâa Tafilalet du PPS    La saison agricole sera-t-elle compromise ?    Najate Limet: «Nous voulons sensibiliser des donateurs marocains»    Pearl Jam de retour avec un nouvel album    Le Maroc abrite la 13e édition du festival du théâtre arabe    Le nombre de chômeurs dans le monde devrait repartir à la hausse    Lahcen Es-saady : «L'initiative avance d'une manière constante et enregistre une forte interactivité des Marocains»    Venezuela: Reconnaître Guaido comme président, mais payer ses impôts à Maduro    Casablanca : Rick's Café devant la justice    Le procès historique de Donald Trump entre dans le vif du sujet    Escroquerie financière et piratage de cartes de paiement électroniques : Quatre individus devant le parquet à Rabat    Tunisie : Elyes Fakhfakh, ex-ministre des Finances, désigné Premier ministre, appelé à former rapidement un gouvernement    Le patrimoine amazigh à l'honneur à Imintanoute    L'Inspecteur Général des FAR reçoit le DG de l'Etat-Major Militaire International de l'OTAN    La Bolivie retire sa reconnaissance de la « rasd »    Handball : le Maroc perd face à la Tunisie    Taroudant : couple soupçonné d'agression sur leur fille    Nouveau système d'évaluation du handicap, les précisions d'El Moussali    Voici le temps qu'il fera ce mardi    Accord international pour relancer les efforts de paix en Libye    Des ex-guérilleros salvadoriens protègent la forêt qui leur avait donné refuge    Insolite : Klinsmann épinglé    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Trois raisons qui expliquent une rapide prise de poids chez les hommes    RSB-Raja, un choc qui a tenu toutes ses promesses    Les sales besognes de Larbi Naji    Les femmes mises au ban du développement    Les EEP bénéficient de plus de 28 MMDH de déblocages à fin novembre    Société Générale et Yamed capital annoncent la création d'une joint-venture    Agadir à l'heure des "Journées de Tiznit"    "Bad boys for life" en tête du box office nord-américain    Abdelouahab Doukkali enchante le public saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sénégal - Réduction du mandat présidentiel: La polémique enfle
Publié dans Les ECO le 28 - 01 - 2016


Macky Sall, président du Sénégal./DR
La polémique sur la durée du mandat en cours du président de la république de 7 à 5 ans, n'est pas partie pour connaître son épilogue, en dépit de la volonté affichée par le chef de l'Etat, Macky Sall, de s'appliquer le quinquennat. En effet, la classe politique sénégalaise, notamment la mouvance présidentielle et l'opposition, tout comme la société civile, sont partagées sur la question.
Alors qu'il était candidat à la course présidentielle, Macky Sall avait fait la promesse aux Sénégalais, lors de la campagne électorale de 2012, de réduire son mandat de 7 à 5 ans. Une fois élu, le président du Sénégal est confronté à la dure réalité de l'exercice du pouvoir et au respect de la Constitution.
À l'orée du nouvel an, Macky Sall propose une révision de la Constitution, projet composé de 15 mesures, allant des droits et devoirs citoyens, le pouvoir de l'Assemblée nationale et la réduction de la durée du mandat présidentiel, entre autres. Un package de mesures, réparti dans 22 points, fera l'objet d'une saisine, pour avis, du président de l'Assemblée nationale et du Conseil constitutionnel, avant d'être soumis au peuple par voie référendaire.
Cette voie à suivre pour tenir «parole de campagne électorale», continue de diviser la classe politique. Au sein même de la mouvance présidentielle, les avis sont partagés. Certains pontes de l'Alliance pour la république (Apr), parti au pouvoir, ont affiché leur rébellion ouverte contre la réduction du mandat, en cours, de Macky Sall, promettant de battre campagne pour le septennat. D'autant plus que, soutiennent-ils, le président de la république a été élu sur la base des 7 ans, comme clairement stipulé dans l'article 27 de la Constitution. «La durée du mandat du président de la république est de sept ans. Le mandat est renouvelable une seule fois. Cette disposition ne peut être révisée que par une loi référendaire», lit-on. D'autres, en revanche, se sont engagés à suivre la volonté, telle qu'exprimée, par leur mentor, de s'appliquer le quinquennat à la place du septennat pour lequel il a été élu.
L'opposition dégage en touche
Pendant ce temps, l'opposition rue dans les brancards en soutenant que le projet de révision, appelé à être soumis par voie référendaire, constitue un package que les Sénégalais ne peuvent pas voter par un «Oui» ou un «Non». L'opposition, non plus, ne compte pas répondre à l'appel de Macky Sall autour d'une concertation sur les réformes constitutionnelles, tant que leur candidat à la prochaine présidentielle, Karim Wade, est en prison. L'ancien ministre, sous le régime de son père, a été condamné à 6 ans de prison et à une amende de 138 milliards FCfa par la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), juridiction spéciale sénégalaise. C'était dans le cadre de la traque des biens mal acquis, déclenchée par le gouvernement actuel contre les anciens dignitaires du défunt régime.
Des élections coûtent cher au Sénégal
Malgré ce tohu-bohu sur la réduction du mandat présidentiel, l'Etat du Sénégal est appelé à débourser des milliards pour l'organisation des élections présidentielles. Quelles soient en 2017 ou 2019. Ajouter à cela les élections législatives prévues en 2017. Rien que les élections locales de 2014, elles ont coûté 15 milliards FCfa aux contribuables sénégalais.
La pomme de discorde
L'avis tant attendu du Conseil constitutionnel, sur la réduction du mandat présidentiel de 7 à 5 ans, constitue le point nodal de la pomme de discorde entre la classe politique et surtout les Constitutionnalistes. C'est la sortie du ministre conseiller du président de la république, le professeur Ismaïla Madior Fall, soutenant que le chef de l'Etat serait obligé de respecter l'avis du conseil relatif à sa volonté de réduire son mandat, qui a irrité ses collèges universitaires. Dans la foulée, ils dégagent en touche l'avis contraignant dudit conseil. Ils soutiennent que la saisine du Conseil constitutionnel n'est qu'à titre consultatif, et sous ce rapport un avis ne lie personne, selon eux. Du camp du parti au pouvoir, il n'est pas question que Macky Sall rame à contre-courant de l'avis du Conseil.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.