Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    Fonds Spécial Covid-19    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    CDM reporte les échéances des crédits pour les clients impactés    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Covid-19: le Maroc enregistre un 40ème décès    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Adieu Si Fadel    Dette : Quel geste politique demandé au Maroc ?    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Commerce extérieur : Les indices reculent au quatrième trimestre 2019    Balance commerciale : Le déficit s'aggrave à 2%    Brèves Internationales    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Les réserves des centrales syndicales    L'artiste marocain Marcel Botbol meurt du coronavirus    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le Maroc n'y échappera pas    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Le ministère de la Santé étoffe sa communication    Des patients guéris du coronavirus livrent leurs témoignages    Des sans-abris hébergés par des ONG de Tanger    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    L'ONEE prend des dispositions spéciales pour préserver son personnel    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Sancho, le digne héritier de CR7 à United?    Le CCM divertit les citoyens marocains en période de confinement    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    Coronavirus : L'Arabie saoudite appelle à reporter les plans du hajj    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine : Les filières d'enseignement et de recherche publiées au BO    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TICs : Le Maroc, premier de la classe au Maghreb
Publié dans Les ECO le 12 - 07 - 2016

Le royaume a été classé à la 78e place sur 139 pays dans l'édition 2016 du rapport du World Economic Forum (WEF), ce qui lui permet d'accéder à la première place parmi les pays maghrébins. Par rapport à 2015, le Maroc fait du «surplace» mais dispose du potentiel nécessaire pour profiter pleinement des opportunités socioéconomiques qu'offre l'utilisation des TICs dans le contexte mondial actuel.
Le World Economic Forum (WEF) a rendu public son édition 2016 du «Global Information Technology Report 2016» dans lequel figure le classement des pays en fonction de leur indice de préparation aux réseaux (NRI), lequel est consacré à l'utilisation des technologies de l'information et de la communication (TIC). Cette année, le Maroc figure à la 78e place sur 139 pays classés, la même place que dans l'édition de 2015 mais le royaume confirme son leadership régional en la matière puisqu'il pointe à la première place des pays du Maghreb. La Tunisie qui se distinguait jusque-là par sa relative avancée est arrivée à la 81e place mondiale, l'Egypte à la 96e alors que l'Algérie pointe à la 117e mondiale. Dans la région MENA, les Emirats arabes unis occupent la 26e place juste devant le Qatar à la 27e bien loin devant le Koweït, classé 61e et le Liban à la 88e place, ces deux derniers figurant toutefois parmi les meilleures progressions de l'indice NRI 2016. Le Maroc fait donc du surplace dans cette édition qui a consacré à l'échelle mondiale Singapour en tant que tête d'affiche, suivi par la Finlande, la Suède, la Norvège et les Etats-Unis.
Critères
L'étude du WEF se base sur la situation des pays en fonction de leur environnement politique et réglementaire, le climat des affaires ou l'état de l'infrastructure technologique. De même, ledit rapport prend en compte le taux d'utilisation des TICs par les citoyens, les entreprises et les administrations publiques ainsi que leur impact sur l'économie et les autres pans de la société. Le Maroc qui figure au rang des pays à revenu moyen intermédiaire a ainsi obtenu une moyenne générale de 3,9 points sur 10. L'une des performances les plus marquantes pour le Maroc, c'est en matière d'accessibilité des TICs où le royaume gagne 4 places et se classe à la 20e place mondiale. Dans les détails, il ressort qu'en matière d'environnement des TICs, le Maroc a obtenu un score de 3,8, la même notation qu'en matière de régulation, ce qui permet au royaume de se hisser à la 70e place au niveau mondial en prenant en compte ces deux aspects. En termes d'infrastructures, la 102e place du Maroc est peu enviable au vu des ambitions des autorités dans le domaine tout comme en matière de compétences disponibles avec une pas très reluisante 110e place. Pour ce qui est de l'usage des TICs dans le monde des affaires, le score du Maroc est de 4,1, il se place donc à la 87e place.
Perspectives
En dépit des efforts fournis par le Maroc, notamment la stratégie Maroc Numéric, beaucoup reste à faire. Le ministre de l'Industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique vient en effet de dévoiler les grandes lignes de la nouvelle politique du Maroc en la matière. Cette nouvelle stratégie va se traduire, selon Moulay Hafid Elalamy, par une prise en compte des objectifs de la refonte de la stratégie digitale avec comme axe focal la création d'une agence dédiée à l'économie numérique et au e-gouvernement afin d'accompagner la mise en œuvre de Maroc Digital 2020. «La nouvelle agence annonce une rupture dans l'exécution de la stratégie digitale et vient nourrir l'ambition numérique du royaume en répondant à l'impératif de services administratifs dématérialisés et performants à destination du citoyen», a ainsi déclaré le ministre la semaine dernière. En clair, il s'agit de donner une nouvelle impulsion à la volonté des autorités d'accélérer la transformation numérique du Maroc, ce qui va certainement engendrer des gains de compétitivité. «Le numérique est appelé, en somme, à se positionner en véritable levier de croissance inclusive avec plus de transparence dans la gestion de l'action publique et plus d'équité dans l'accès aux opportunités socio-économiques», souligne le département de tutelle. Avec ces ambitions affichées au plus haut sommet de l'Etat et au regard des enjeux en la matière, nul doute que l'atteinte de ces objectifs permettra d'améliorer significativement les indicateurs du Maroc en matière de TICs et d'accélérer la transformation digitale pour l'émergence d'une véritable économie numérique.
Les ambitions d'un hub numérique
La mise en œuvre de cette nouvelle stratégie Maroc Digital 2020 vise précisément et d'ici les quatre prochaines années à assurer une transformation numérique accentuée de l'économie nationale avec l'objectif de mettre en ligne 50% des démarches administratives, de réduire de 50% la fracture numérique et de connecter 20% des PME marocaines. Elle entend ainsi permettre au Maroc de se positionner en hub économique régional et en 1er hub numérique d'Afrique. Pour ce faire et selon les explications du ministère en charge de son déploiement, le Maroc va capitaliser sur l'infrastructure datacom en place et sur la force de frappe RH Maroc-Afrique qui prévoit le doublement de la cadence de formation de profils IT. «Les réalisations de ces objectifs ambitieux tracés pour le secteur se trouvent confortés par les infrastructures de qualité développées dans le royaume actuellement sur le podium de la région MENA, ainsi que par l'écosystème numérique national à structurer prochainement», selon Moulay Hafid Elalamy d'après qui l'écosystème va regrouper un tissu d'acteurs performants dont 5 locomotives marocaines dans le top 30 africain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.