Plusieurs mesures pour renforcer la production agricole nationale et assurer des stocks confortables    Aswak Assalam lance prochainement «Aswak Delivery», un service de livraison à domicile    Coronavirus : le groupe CDG annonce de nouvelles mesures au profit des TPME    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    TIBU Maroc s'adapte au coronavirus    Coronavirus au Maroc: le bilan grimpe à 691 cas, 44 décès    Covid-19: Le ministère de la Santé appelle à la patience    Le vrai du faux sur le coronavirus au Maroc, ce jeudi 2 avril    Enchères de Sotheby's: Melehi et Belkahia en vedette    Confinement: nouvelles pratiques, vieilles fractures    Mohamed Belmou : «Nous sommes pour l'idée d'allouer le budget des festivals pour lutter contre le corona»    Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    Fonds Spécial Covid-19    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    CDM reporte les échéances des crédits pour les clients impactés    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Adieu Si Fadel    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Brèves Internationales    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Les réserves des centrales syndicales    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Le ministère de la Santé étoffe sa communication    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le Maroc n'y échappera pas    L'ONEE prend des dispositions spéciales pour préserver son personnel    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mixité au sein de l'entreprise : Le Maroc compte seulement 2% de femmes PDG
Publié dans Les ECO le 06 - 03 - 2017

C'est un chiffre qui reste loin des 5% en Afrique, mais les femmes marocaines sont plus performantes au niveau des postes de métier. La situation n'est pas reluisante non plus en France ou seule une ou deux femmes siègent au sein du club très masculin du CAC 40.
Le Maroc gagnera 30 milliards de dollars de PIB supplémentaire d'ici 2025 s'il initie une politique volontariste d'intégration de la femme dans le monde du travail, principalement dans les postes de top management. Ce n'est pas moins du tiers du PIB du pays, une occasion pour Georges Desvaux, directeur général Afrique et membre du Conseil mondial de McKinsey, de montrer toute l'importance de la mixité au sein de l'entreprise et la sphère publique (voir entretien). Justement, la mixité en tant que vecteur et facteur avéré de la performance de l'entreprise a été le thème d'une rencontre jeudi dernier à la résidence de France à Rabat. Elle a été organisée par le très dynamique réseau des conseillères françaises du commerce extérieur qui sont des dirigeantes d'entreprises ayant des filiales au Maroc. Plusieurs femmes chefs d'entreprises, directrices ou membres de conseils d'administrations y ont pris part.
Le moment fort de la rencontre a été surtout la présentation du rapport Women Matter 2016 de McKinsey sur l'Afrique avec un focus sur le Maroc. Il en ressort que les femmes PDG au Maroc représentent 2%, ce qui reste très peu comparé au taux global en Afrique qui est de 5%. Mais il ne faut pas s'en émouvoir outre mesure, sachant qu'en France, le très masculin CAC 40 ne compte pas plus d'une ou deux femmes dirigeantes d'entreprises. Pour Sandra Sancier-Sultan, directrice associée senior à McKinsey, la femme est dans le contexte actuel une vraie solution à la croissance.
Selon le rapport McKinsey, les femmes marocaines membres de l'équipe de direction représentent 13%, pas très loin en fait des 15% que l'on retrouve aux Etats-Unis. Tandis qu'en Afrique, ce taux est de 23%, toujours pas très loin de celui de l'Europe qui est de 26%. Alors que Sancier-Sultan a mis l'accent sur l'importance d'augmenter le nombre des heures travaillées par les femmes pour les aider à gravir les échelons au sein de l'entreprise, Emmanuelle Gagliardi, co-fondatrice de l'agence Connecting Women, privilégie plutôt la flexibilité et le home-office. L'organisatrice du plus grand rassemblement sur la mixité en France a attiré l'attention sur l'entreprenariat féminin qui en France connaît un vrai boom. C'est révélateur de toutes ces femmes diplômées qui ne trouvent plus leur place au sein de l'entreprise et préfère ainsi voler de leurs propres ailes. Autre phénomène mis en relief par Gagliardi, c'est le taux d'activité des hommes qui baisse face à celui des femmes. Mais pour elle, il y a encore du travail à faire au sein de l'entreprise pour lutter contre les stéréotypes et donner toute leur chance aux femmes qui, toutes les études le montrent, sont un vrai levier de performance et de croissance de l'économie.
Georges Desvaux
Directeur général Afrique et membre du Conseil mondial de McKinsey
Les femmes marocaines occupent des postes de métier
Les Inspirations ECO :Vous êtes co-auteur du rapport Women Matter, quelle est votre appréciation de la place de la femme dans l'économie africaine et au Maroc ?
Georges Desvaux : Par rapport à d'autres régions du monde, durant les deux dernières décennies, les femmes ont pris un vrai rôle. Les scores des femmes africaines dans le top management sont bons, parfois meilleurs qu'aux Etats-Unis et au Japon. Aujourd'hui, il y a une vraie reconnaissance des compétences des femmes leaders. Ce qui m'a toujours frappé dans les entreprises marocaines, c'est que les femmes occupent des fonctions de métiers, direction financière, d'activité commerciale, direction des risques depuis déjà 10 ans. Ce sont des métiers techniques et complexes. C'est un vrai exemple pour les jeunes générations. Et l'une des conclusions de notre rapport, c'est que le potentiel économique de renforcement du rôle de la femme dans l'économie marocaine est de 30 milliards de dollars de PIB. Cela vient avec deux leviers principaux. Primo, promouvoir la présence des femmes dans le monde économique. Secundo, qu'elles se dirigent vers les secteurs à forte valeur ajoutée dans l'industrie, les services au lieu que les métiers moins importants comme l'agriculture.
Quelles sont les principales recommandations inclues dans ce rapport ?
Il y en a trois. D'abord avoir une politique publique qui promeut la formation des femmes et facilite leur accès à l'entreprise tout en les dirigeant vers les secteurs à valeur ajoutée. Secundo, travailler sur l'engagement des dirigeants sur le rôle des femmes au sein de l'entreprise. Tertio, avoir un programme de transformation d'institutions à travers la formation des femmes, combattre les biais culturels et mettre en place des indicateurs pour suivre l'évolution de cette transformation.
En termes de perception du rôle de la femme, avez-vous ressenti une évolution dans ce sens ?
La sensibilisation de la société sur le rôle de la femme dirigeante est important. Et le Maroc n'est pas particulier là-dessus parce qu'on voit la même chose au Japon. On a besoin de comprendre que la femme peut combiner une vie professionnelle et une vie familiale. Et surtout que la présence de la femme au sein de l'entreprise est bénéfique pour la famille, l'économie et la société.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.