Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    Tholot : “Aït Bennasser a perdu son niveau”    Larache, capitale des fruits rouges    Le BTP termine l'année sur une bonne note    Ces routes migratoires et ceux qui les empruntent    Chikayates: 194.000 réclamations reçues    Projets de lois votés aujourd'hui par les conseillers    Comment sommes-nous devenus si cons?    Plus d'un milliard de DH pour la réhabilitation d'écoles en 2019    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Nasser Bourita : l'ouverture de consulats dans les provinces du Sud souligne la marocanité du Sahara    La corruption endémique fait florès    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Les députés russes approuvent les amendements constitutionnels de Poutine    S.M le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Le Bahreïn réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Ziyech victime d'une déchirure musculaire au mollet    Yassin Ayoub signe au Panathinaïkos    Mohamed Wahab désigné meilleur officiel technique africain 2019 par la CAA    Ecologique pendant son utilisation, la trottinette électrique l'est un peu moins lors des phases de production et de recyclage    Le Conseil de la concurrence et l'IFC renforcent leur partenariat    La ménopause prématurée augmente le risque d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    A Essaouira, le travail de mémoire commune des juifs et des musulmans    Parution de l'ouvrage "Renouveau pour le Maroc" de ses coauteurs Abdelaâli Benchekroun et Nour-Eddine Saoudi    IFC accorde un prêt de 100 millions de dollars à la Région Casablanca-Settat    Affaire « Hamza mon bb » : les derniers éléments du procès    La Tribune de Nas : Pas la guigne habituelle…    La tempête Gloria fait 10 morts et 4 disparus    Thomas Reilly : « le Maroc et le Royaume-Uni ont énormément à offrir au continent africain »    Nouveau virus : trois villes chinoises déclarées en quarantaine, les festivités du Nouvel An annulées à Pékin    La sélection nationale de handball approche de la qualification à la Coupe du monde    Arrestation d'un individu pour trafic de psychotropes à Fnideq    Programme national d'approvisionnement en eau potable et d'irrigation 2020-2027 : La communication se renforce autour du dispositif    Botola Pro D1 : Le Hassania d'Agadir renoue avec la victoire    Destitution Trump: l'accusation en appelle au courage des sénateurs républicains    BCE: Pleins feux sur la future stratégie et les risques    La République centrafricaine ouvre sa représentation diplomatique à Laâyoune    Exil médical: Une véritable hémorragie    Présidentielles boliviennes: Evo Morales désigne son candidat…    En Grèce, une femme élue pour la première fois à la présidence    Edito : Civisme    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Climate Chance : «We Are Still In» en force à Agadir
Publié dans Les ECO le 12 - 09 - 2017

Bien que le gouvernement fédéral américain ait quitté l'Accord de Paris, la société civile et les acteurs économiques font en sorte que les promesses de réduction des émissions de la première puissance mondiale soient respectées. Pour cela, ils ont participé, en tant que mouvement -We Are Still In- à la seconde édition du Climate Chance à Agadir.
Deux ans après la conclusion de l'Accord de Paris sur le climat, le président américain, Donald Trump, avait décidé, il y a quelques mois, de sortir les Etats-Unis de ce traité international, ratifié par 160 pays sur 196. Mais bien que ce désengagement ne soit effectif que d'ici 4 ans, soit quelques semaines avant les élections américaines, ce retrait continue d'alimenter le débat au sujet de l'objectif de contenir la hausse des températures bien en dessous du seuil des 2°C. C'est à Agadir, où cette question, a été davantage soulevée, lors de l'ouverture de la seconde édition du Climate Chance, qui a regroupé plus de 5.000 opérateurs non-étatiques. À cet égard, bien que le deuxième émetteur mondial de gaz à effet de serre, n'ait pas honoré ses promesses, les acteurs non-étatiques, notamment américains, continuent d'appuyer l'Accord de Paris à travers la participation significative d'une délégation américaine faisant partie de l'initiative «We Are Still In» (Nous sommes toujours dedans, ndlr). «Alors que le gouvernement fédéral a quitté l'Accord de Paris, la société civile et les acteurs économiques continuent de soutenir cet accord, au niveau des Etats, afin de maintenir les promesses de réduction des émissions à effet de serre», annonce Matt Rodriguez, secrétaire à la protection de l'environnement de la Californie, qui fait partie des Etats américains, des villes ainsi que des entreprises qui ont adopté cette initiative. C'est pourquoi, «l'enjeu de l'Accord de Paris n'est pas uniquement lié aux Etats ou pays, mais aussi, il est entre les mains des acteurs non-étatiques», explique Hakima El Haité, Championne de Haut niveau pour le climat. «À 60 jours de la tenue de la COP23 à Bonn, les effets dévastateurs du changement climatique, notamment l'ouragan Irma, démontre qu'il faut maintenir la mobilisation au sein de la communauté internationale», insiste Brigette Collet, ambassadrice française, chargée des négociations sur le changement climatique.
À cet égard, il convient de préciser que la tâche ne sera pas aisée puisque les prochaines COP seront tenues dans deux Etats charbonniers (l'Allemagne et la Pologne) alors que la France accueillera, le 12 décembre, un sommet sur le climat avec la participation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec). «La meilleure façon de protéger les emplois, allusion faite aux métiers de charbon, est de mettre des politiques pour anticiper les répercussions du changement climatique à travers le développement de système de protection sociale», explique Anabella Rosenberg, conseillère senior en environnement à la Confédération syndicale internationale. Cependant, c'est la question du financement qui pose toujours problème. Les recommandations sur ce sujet sont assez consensuelles, mais la mise en place de ces recommandations (100 milliards de dollars annuels) ne suit pas forcément le même rythme, en particulier pour les pays touchés par le changement climatique.
Ronan Dantec
Président de l'association Climate Chance
2015 fut l'année de l'adoption de l'Accord de Paris, mais ce fut aussi l'année de l'adoption de 17 objectifs de développement durable à New-York. Leur mise en œuvre nécessite la stabilisation du climat, et les politiques de lutte contre le dérèglement climatique n'ont de sens que si elles intègrent l'ensemble des enjeux de développement, c'est notre conviction, et les sessions que nous organiserons ici sur l'agenda 2030 ou sur le plan d'action femme le rappelle fortement. En ce sens, le renforcement des actions contre le dérèglement climatique est aussi une opportunité pour réaliser plus rapidement les ODD. Agadir est donc un moment très important dans notre lutte contre le réchauffement climatique. Il est une réponse concrète, commune, à ces quelques dirigeants du monde qui refusent encore l'effort collectif, nient l'évidence du risque climatique, au risque d'être eux aussi balayés par les tourbillons de l'Histoire. Et je salue tout particulièrement aussi la délégation américaine présente ici, et qui nous dit justement et fortement : «We are still in».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.