Marché de capitaux : Près de 77 MMDH de levées en 2020    En-Nesyri buteur de la Liga grâce à un nouveau triplé    CHAN : La Guinée rattrapée par la Zambie sur le fil !    CHAN / Namibie-Tanzanie : Une première... les 3 arbitres étaient des femmes !    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Africa Investment Conference : Le Royaume-Uni post-Brexit cible des marchés clés en Afrique    Précisions sur les conditions de détention de Maâti Mounjib    Orange Maroc se prépare à la 5G    Compteur coronavirus : 925 cas testés positifs et 23 décès en 24 heures    MOROCCO MALL: Les soldes d'hiver de retour    ICESCO : Technologies intelligentes et agriculture en Afrique    Hamid Bouchikhi classé parmi les théoriciens du management les plus influents    C'est parti pour la campagne de vaccination    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Origine du Covid-19: l'OMS estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions    COVID-19 : La Grèce prolonge le confinement jusqu'au 1er février    Le Crédit Agricole du Maroc à l'écoute des professionnels de la filière céréalière    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Coronavirus : le Maroc autorise le vaccin de Sinopharm    Vaccins Astrazeneca et SinoPharm au Maroc: ce que l'on sait    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    Vaccin AstraZeneca : les précisions de l'ambassade de l'Inde à Rabat    Des experts internationaux plaident pour une approche coordonnée de la lutte contre la corruption    Quand l'Espagne nourrit l'ambiguïté envers le Maroc !    La contribution du Maroc au désarmement mise en exergue à Genève    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    «Le secret de la lettre», nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Climate Chance : «We Are Still In» en force à Agadir
Publié dans Les ECO le 12 - 09 - 2017

Bien que le gouvernement fédéral américain ait quitté l'Accord de Paris, la société civile et les acteurs économiques font en sorte que les promesses de réduction des émissions de la première puissance mondiale soient respectées. Pour cela, ils ont participé, en tant que mouvement -We Are Still In- à la seconde édition du Climate Chance à Agadir.
Deux ans après la conclusion de l'Accord de Paris sur le climat, le président américain, Donald Trump, avait décidé, il y a quelques mois, de sortir les Etats-Unis de ce traité international, ratifié par 160 pays sur 196. Mais bien que ce désengagement ne soit effectif que d'ici 4 ans, soit quelques semaines avant les élections américaines, ce retrait continue d'alimenter le débat au sujet de l'objectif de contenir la hausse des températures bien en dessous du seuil des 2°C. C'est à Agadir, où cette question, a été davantage soulevée, lors de l'ouverture de la seconde édition du Climate Chance, qui a regroupé plus de 5.000 opérateurs non-étatiques. À cet égard, bien que le deuxième émetteur mondial de gaz à effet de serre, n'ait pas honoré ses promesses, les acteurs non-étatiques, notamment américains, continuent d'appuyer l'Accord de Paris à travers la participation significative d'une délégation américaine faisant partie de l'initiative «We Are Still In» (Nous sommes toujours dedans, ndlr). «Alors que le gouvernement fédéral a quitté l'Accord de Paris, la société civile et les acteurs économiques continuent de soutenir cet accord, au niveau des Etats, afin de maintenir les promesses de réduction des émissions à effet de serre», annonce Matt Rodriguez, secrétaire à la protection de l'environnement de la Californie, qui fait partie des Etats américains, des villes ainsi que des entreprises qui ont adopté cette initiative. C'est pourquoi, «l'enjeu de l'Accord de Paris n'est pas uniquement lié aux Etats ou pays, mais aussi, il est entre les mains des acteurs non-étatiques», explique Hakima El Haité, Championne de Haut niveau pour le climat. «À 60 jours de la tenue de la COP23 à Bonn, les effets dévastateurs du changement climatique, notamment l'ouragan Irma, démontre qu'il faut maintenir la mobilisation au sein de la communauté internationale», insiste Brigette Collet, ambassadrice française, chargée des négociations sur le changement climatique.
À cet égard, il convient de préciser que la tâche ne sera pas aisée puisque les prochaines COP seront tenues dans deux Etats charbonniers (l'Allemagne et la Pologne) alors que la France accueillera, le 12 décembre, un sommet sur le climat avec la participation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec). «La meilleure façon de protéger les emplois, allusion faite aux métiers de charbon, est de mettre des politiques pour anticiper les répercussions du changement climatique à travers le développement de système de protection sociale», explique Anabella Rosenberg, conseillère senior en environnement à la Confédération syndicale internationale. Cependant, c'est la question du financement qui pose toujours problème. Les recommandations sur ce sujet sont assez consensuelles, mais la mise en place de ces recommandations (100 milliards de dollars annuels) ne suit pas forcément le même rythme, en particulier pour les pays touchés par le changement climatique.
Ronan Dantec
Président de l'association Climate Chance
2015 fut l'année de l'adoption de l'Accord de Paris, mais ce fut aussi l'année de l'adoption de 17 objectifs de développement durable à New-York. Leur mise en œuvre nécessite la stabilisation du climat, et les politiques de lutte contre le dérèglement climatique n'ont de sens que si elles intègrent l'ensemble des enjeux de développement, c'est notre conviction, et les sessions que nous organiserons ici sur l'agenda 2030 ou sur le plan d'action femme le rappelle fortement. En ce sens, le renforcement des actions contre le dérèglement climatique est aussi une opportunité pour réaliser plus rapidement les ODD. Agadir est donc un moment très important dans notre lutte contre le réchauffement climatique. Il est une réponse concrète, commune, à ces quelques dirigeants du monde qui refusent encore l'effort collectif, nient l'évidence du risque climatique, au risque d'être eux aussi balayés par les tourbillons de l'Histoire. Et je salue tout particulièrement aussi la délégation américaine présente ici, et qui nous dit justement et fortement : «We are still in».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.