Marouane Chamakh prend sa retraite    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Les Berkanis à un pas du sacre    Une réaction curieusement ingrate!    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Banque privée : Les principaux requis de succès    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Mammifères    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce que pensent les politiques du limogeage royal !
Publié dans Les ECO le 26 - 10 - 2017

En raison des retards enregistrés dans l'exécution des projets programmés dans le cadre d'«Al Hoceima Manarat Al Moutawassit», le roi a décidé de démettre quatre ministres de leurs fonctions, et ce en vertu de l'article 47 de la Constitution. Au lendemain de cette décision, Leseco.ma a contacté plusieurs acteurs politiques pour avoir leur analyse de ce «séisme politique».
Milouda Hazib, du Parti authenticité et modernité (PAM): On s'attendait à des décisions fortes mais pas de cette envergure. La décision royale dépasse toutes les attentes. Elle s'inscrit en cohérence avec le discours royal lors de l'ouverture de la session d'automne du Parlement qui a fait de la reddition de comptes un principe élémentaire de l'action politique au royaume. Il faut répandre cette culture de responsabilisation pour qu'elle devienne une garantie contre la mauvaise gestion. À mon avis, le Maroc a entamé une nouvelle étape dans laquelle chaque responsable doit comprendre qu'il sera comptable de ses actes et ses manquements, quelle que soit la nature de sa fonction. C'est un message fort qu'envoie le roi à l'ensemble de la classe politique et aux hauts fonctionnaires.
Abdellah El Bakkali, du Parti de l'Istiqlal (PI): C'est une décision historique, une première en la matière. Cela ne s'est jamais produit dans l'histoire du Maroc indépendant. Cela ancre la reddition de comptes dans la sphère politique et c'est bénéfique pour la démocratisation du pays et la moralisation de la vie publique. À mon avis, avec ces mesures, le roi a mis fin au «Hirak du Rif» car son action répond aux revendications populaires, dont le principe de reddition des comptes. Si j'ai bien compris, le communiqué du cabinet royal explique que ce principe ne concerne pas que le Rif, mais qu'il sera appliqué sur l'ensemble du territoire et c'est une approche, à mon avis, efficace.
Mohammed Ziane, du Parti libéral (PL): C'est un geste courageux et un pas de l'avant dans la résolution des problèmes du Rif, mais il ne faut pas se contenter de cela. Il faut continuer sur la même voie, et à mon avis, cela passe impérativement par la libération de tous les détenus du «Hirak» car cette décision prouve que les revendications des détenus étaient justifiées. D'autre part, il faut procéder à une sanction judiciaire et ne pas se contenter de la sanction politique. Il faut que certains servent d'exemple!
Younes Moujahid, de l'Union socialiste des forces populaires (USFP): Cette décision est en cohérence avec l'allocution du roi devant le Parlement, dans laquelle le souverain avait parlé de la reddition des comptes. Et le communiqué du palais royal hier ainsi que les décisions prises sont une bonne entrée en matière. L'application de l'article 47 de la Constitution est une conséquence logique des études et d'investigations qui accablent plusieurs responsables. Rappelons-nous que l'Inspection générale du ministère des Finances ainsi que l'Inspection générale de l'administration territoriale avaient émis des rapports qui ont été présentés au roi. La Cour des comptes a approfondi les recherches et livré son verdict, et le roi a pris les décisions qui s'imposaient. À mon avis, le pays va poursuivre dans cette direction, et ce à tous les niveaux de la gestion de la chose publique.
Omar Balafrej, du Parti socialiste unifié (PSU): La Cour des comptes a publié un bon rapport. Je l'incite vivement à faire de même pour plusieurs grands chantiers sur l'ensemble du territoire qui connaissent des problèmes systémiques. Je cite l'exemple de «Rabat ville lumière» qui connaît de grands retards. Si la Cour des comptes s'y attarde, elle trouvera sans l'ombre d'un doute plusieurs dysfonctionnements. Pour ce qui est du limogeage des ministres, je suis pour le principe de la reddition des comptes, mais pas de cette façon-là. Ce principe doit être un point qui mène à la démocratisation du pays, non à la consolidation de la monarchie exécutive. Il faut renforcer le rôle du Parlement pour qu'il puisse contrôler l'action du gouvernement et des hauts fonctionnaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.