Benzarti: La victoire en SuperCoupe, un tremplin vers d'autres titres    Un centre régional des métiers d'éducation et de formation voit le jour à Dakhla    Le Maroc adopte le protocole FACTA    Les controverses des «villes sans bidonvilles»!    Le Maroc et le Tchad renforcent leur coopération    Fêtant ses 20 ans, ADMR lance un appel pour la construction de 100 nouveaux ponts    Dakhla et ses potentialités au centre d'un voyage de presse    Même gracié, Alberto Fujimori rattrapé par la justice    Akhannouch expose le projet du RNI à Agadir    L'apport des juifs amazighones à la mosaïque culturelle marocaine    Conférence-débat organisée par le Collectif Démocratie et Liberté    Tanger : Du haschich dans le frigo camion et les couches pour bébés    Le Centre d'Etudes et de recherches Abraham Zagouri sur le droit hébraïque ouvre ses portes à Essaouira    Dialogue interreligieux    Youssef El Arabi :mon sort est entre les mains d'Hervé Renard    Rabat : Un SDF pyromane s'en prend aux guichets bancaires    Taoufik Bouachrine fait l'objet de plaintes pour « agressions sexuelles »    Synonyme de raffinement, le caftan marocain sous les projecteurs à Abu Dhabi    Quand un livre court contre le temps pour sauver sa peau!    Entretien avec Ataa Allah Fadoua, Directrice du CEISIC    Nabil Abouzaid: "le marché digital est en plein essor"    Réaction de Yassine Bounou après la défaite contre le Barça    Justice – Des plaintes pour agressions sexuelles à l'origine de l'interpellation de Taoufik Bouachrine    Le Wydad au sommet de l'Afrique    African Digital Summit : les moments forts de la deuxième journée    38 morts dans un double attentat à Mogadiscio    Touafik Bouachrine sujet d'une enquête judiciaire    La SNRT remporte le premier prix de la meilleure innovation digitale    Le Maroc au Salon international de l'agriculture à Paris    Baccalauréat : « Aucune matière n'a été remplacée ou supprimée »    Deux morts dans une fusillade en plein centre de Zurich    Quatre morts et six blessés dans un accident sur l'autoroute Casablanca-Rabat    Brèves Internationales    Eco-Trail du Lac Lalla Takerkoust: Un nouveau souffle pour l'écotourisme sportif    «Nouvelle aventure» pour Vallaud-Belkacem avec Ipsos    Le musée YSL Marrakech expose les Robes Sculptures de Noureddine Amir    Mehdi Qotbi reçu à l'Elysée par Mme Brigitte Macron    Face au TP Mazembe en Supercoupe d'Afrique : Le Wydad a rendez-vous avec l'histoire    UE: Un sommet à 27 pour débattre du budget post-Brexit    3e Résidence francophone d'écriture pour le film d'animation à Meknès !    Le cerveau des attaques du 13 novembre est mort    Le président Trump veut armer « certains » enseignants pour faire face aux fusillades scolaires    Le DHJ et la RSB valident leur qualification    Arrestation à Fès de 3 individus impliqués dans l'enlèvement d'un enfant    Indice de perception de la corruption 2017 : Le Maroc gagne 9 places    Hiba Rec annonce ses gagnants de la session Rock    Sérieux outsider    Le gouvernement n'a pris aucune décision sur la suppression de certaines matières du cycle du baccalauréat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Loft Art Gallery au Salon international d'art contemporain africain à Marrakech !
Publié dans Les ECO le 19 - 01 - 2018

La galerie mettra en avant le talent de Hicham Benohoud, Joana Choumali et Mohamed Lekleti, les 24 et 25 février.
Utilisant diverses techniques, telles que la photographie, le dessin et la broderie, la sélection de Loft Art Gallery est une synthèse de différentes cultures et identités avec le Maroc comme point commun. Ainsi Loft Art Gallery se veut le promoteur d'un Maroc carrefour des identités, lieu de brassage culturel et pont entre l'Europe et l'Afrique subsaharienne. Hicham Benohoud, est né et vit au Maroc. Utilisant les leviers de l'humour et de l'autodérision, son travail photographique est une réflexion menée depuis plus de 20 ans sur les questions de l'identité, de la culture marocaine. Ses recherches l'ont conduit à concevoir une nouvelle série inédite qui sera révélée au public pour la première fois à 1:54 Marrakech.
Réalisée dans le Sahara marocain, place historique des échanges à travers l'Afrique, de l'Atlantique aux confins de la péninsule arabique et de l'Afrique subsaharienne, ce nouveau travail résume l'africanité marocaine et la richesse de chacune des régions du royaume, de ses savoirs ancestraux comme témoignage indélébile de la pluralité de la civilisation. À travers cette série, Hicham Benohoud marque le sud du Maroc de l'empreinte féconde et créatrice du royaume. Joana Choumali est une artiste visuelle ivoirienne basée à Abidjan, en Côte d'Ivoire, qui a vécu et étudié à Casablanca. Profondément marquée par son séjour, l'artiste dit elle-même «avoir gardé l'empreinte du Maroc». Joana ne traite pas seulement de l'Afrique, mais porte un message universel pour l'Humanité, un message d'espoir à travers la série «Ça va aller».. La place particulière du Maroc dans le cœur de l'artiste fait de Marrakech un lieu fort pour y présenter cette série qui contient une partie de son intimité profonde. Le travail de résilience de cette série, réalisée comme thérapie suite aux attaques de Grand-Bassam, est un symbole à l'échelle du monde dans sa globalité. Joana Choumali recoud à sa manière les blessures ancrées suite aux tragédies humaines.
Du Maroc à la Côte d'Ivoire, le parcours et le travail de Joana s'inscrivent dans une vision qui dépasse les notions de frontières et d'identités plurielles pour résumer l'identité humaine et universelle. Ainsi, chaque point de broderie peut être vu comme un petit pas, une étape d'un long chemin que doit emprunter l'Humanité pour enfin pouvoir regarder le présent et envisager sereinement le futur. Né à Taza, Mohamed Lekleti vit et travaille aujourd'hui en France à Montpellier. Marquées de sa culture marocaine, les œuvres de Lekleti, inédites et exposées pour la première fois, présentent des codes, des symboles liés à son histoire, mais plonge le spectateur dans un monde qui dépasse toute définition confinée pour «raconter des trajectoires de vies humaines, évoquer la précarité de l'existence, rendre compte de notre perception du monde» (Catherine Rigollet). La présentation des œuvres de Lekleti au Maroc résonne comme un retour aux sources et à ses origines tout en s'adressant à l'inconscient collectif des différentes composantes du Maroc et du continent africain dans son ensemble.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.