Jazouli fait le point sur la politique africaine du Maroc    Le Roi Mohammed VI inaugure un Centre de soins de santé primaires à Casablanca    Startups africaines : Macron annonce une enveloppe de 65 millions d'euros    USA. Les dames en fer    L'ONCF supprime des trains sur l'axe Casablanca-Kénitra    Prix du poisson : Où sont les responsables communaux ?    Salé    6ème session ordinaire du Parlement panafricain    Édification d'un Centre de proximité pour la femme et l'enfant à Mers El Kheir    La fondation Hiba dévoile les lauréats de la World Music 2018    Projection «Nuba d'or et de lumières» à l'IMA de Paris    Le Maroc présent à la coupe d'Afrique de slam poésie en novembre 2018    Webhelp Maroc franchit la barre des 10.000 collaborateurs    En kiosque n° 1248 : Y EN A MARRE !    Régularisation des dossiers de contractuels    Préfecture de l'arrondissement de Hay Hassani : 816 projets INDH d'un investissement de plus de 301 MDH réalisés de 2005 à 2017    Le Burkina Faso rompt ses relations avec Taïwan    Transfert : Vissel Kobe déroule le tapis rouge à Andrès Iniesta, l'icône du Barça    La Mannschaft titille les autres sélections du monde    Sport scolaire : Le Maroc élu président continental de l'ISF    Le Groupe Crédit Agricole du Maroc primé pour ses actions d'inclusion financière    La Corée du Nord a démantelé son site d'essais nucléaires avant un sommet avec Washington    Arrestations de l'ex-président du conseil provincial de Barcelone et de 21 autres personnes    Les Emirats Arabes Unis soutiennent la marocanité du sahara    Casablanca: La police retrouve la fillette de 4 ans portée disparue    Des espèces menacées de disparition sauvées    Italie : Giuseppe Conte, « avocat du peuple », s'attelle à la composition du gouvernement    Les défis du modèle de développement à venir!    De la diplomatie politique à la diplomatie économique    En finir avec la cigarette    Les réseaux sociaux sauvent Ghazal (vidéo)    Libre cours    Zoom : Allo, le 0537718888 ?    Morocco 2026 débarque en Croatie    La Palestine devient membre de deux nouvelles agences de l'ONU    Omari supervise le projet du nouveau siège du parti    L'italien Enel injecte 169 millions de DH dans ses projets marocains    Commerce extérieur : Les exportations algériennes vers le Maroc en hausse de 60%    Le gouvernement épinglé pour ses objectifs utopiques    Humour: Les Inqualifiables font leur show en grand    Le roman de Ramadan: «Ibn khaldoun. Une biographie romancée»    Voilà pourquoi cette hôtesse n'a pas serré la main à Benatia !    Le Comptoir des Mines Galerie expose « Be Your Heart » de Mo Baala    Le Rwanda s'offre les service d'Arsenal pour développer son tourisme    Unai Emery prend la succession d'Arsène Wenger à Arsenal    C1 – Le jeûne de Mo Salah inquiète Liverpool    KASMA visite le Maroc rural    Les «voix de femmes» à la 6e édition des «Nuits du Ramadan»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Loft Art Gallery au Salon international d'art contemporain africain à Marrakech !
Publié dans Les ECO le 19 - 01 - 2018

La galerie mettra en avant le talent de Hicham Benohoud, Joana Choumali et Mohamed Lekleti, les 24 et 25 février.
Utilisant diverses techniques, telles que la photographie, le dessin et la broderie, la sélection de Loft Art Gallery est une synthèse de différentes cultures et identités avec le Maroc comme point commun. Ainsi Loft Art Gallery se veut le promoteur d'un Maroc carrefour des identités, lieu de brassage culturel et pont entre l'Europe et l'Afrique subsaharienne. Hicham Benohoud, est né et vit au Maroc. Utilisant les leviers de l'humour et de l'autodérision, son travail photographique est une réflexion menée depuis plus de 20 ans sur les questions de l'identité, de la culture marocaine. Ses recherches l'ont conduit à concevoir une nouvelle série inédite qui sera révélée au public pour la première fois à 1:54 Marrakech.
Réalisée dans le Sahara marocain, place historique des échanges à travers l'Afrique, de l'Atlantique aux confins de la péninsule arabique et de l'Afrique subsaharienne, ce nouveau travail résume l'africanité marocaine et la richesse de chacune des régions du royaume, de ses savoirs ancestraux comme témoignage indélébile de la pluralité de la civilisation. À travers cette série, Hicham Benohoud marque le sud du Maroc de l'empreinte féconde et créatrice du royaume. Joana Choumali est une artiste visuelle ivoirienne basée à Abidjan, en Côte d'Ivoire, qui a vécu et étudié à Casablanca. Profondément marquée par son séjour, l'artiste dit elle-même «avoir gardé l'empreinte du Maroc». Joana ne traite pas seulement de l'Afrique, mais porte un message universel pour l'Humanité, un message d'espoir à travers la série «Ça va aller».. La place particulière du Maroc dans le cœur de l'artiste fait de Marrakech un lieu fort pour y présenter cette série qui contient une partie de son intimité profonde. Le travail de résilience de cette série, réalisée comme thérapie suite aux attaques de Grand-Bassam, est un symbole à l'échelle du monde dans sa globalité. Joana Choumali recoud à sa manière les blessures ancrées suite aux tragédies humaines.
Du Maroc à la Côte d'Ivoire, le parcours et le travail de Joana s'inscrivent dans une vision qui dépasse les notions de frontières et d'identités plurielles pour résumer l'identité humaine et universelle. Ainsi, chaque point de broderie peut être vu comme un petit pas, une étape d'un long chemin que doit emprunter l'Humanité pour enfin pouvoir regarder le présent et envisager sereinement le futur. Né à Taza, Mohamed Lekleti vit et travaille aujourd'hui en France à Montpellier. Marquées de sa culture marocaine, les œuvres de Lekleti, inédites et exposées pour la première fois, présentent des codes, des symboles liés à son histoire, mais plonge le spectateur dans un monde qui dépasse toute définition confinée pour «raconter des trajectoires de vies humaines, évoquer la précarité de l'existence, rendre compte de notre perception du monde» (Catherine Rigollet). La présentation des œuvres de Lekleti au Maroc résonne comme un retour aux sources et à ses origines tout en s'adressant à l'inconscient collectif des différentes composantes du Maroc et du continent africain dans son ensemble.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.