Le Maroc et l'Italie déterminés à renforcer leur coopération dans le domaine de la justice administrative
 
    Drame de Bouknadel.. le verdict du procureur général    2,3 milliards DH pour réhabiliter les anciennes médinas    Un magnifique sans faute de Philippe Rozier montant Cristallo ALM    5ème journée de la Botola Maroc Telecom : Le Wydad débloque son compteur    8ème Conférence internationale sur l'ingénierie des modèles et des données se tiendra à Marrakech    Dialogue social : Le gouvernement cherche un compromis    Mohammed Ben Salmane, un prince héritier (bientôt) déshérité?    Des migrants subsahariens refoulés vers leurs pays d'origine par les autorités marocaines    Yémen: L'ONU tire la sonnette d'alarme    «Parcours amoureux de Salé», un guide pour revisiter Salé avec Rita Aouad    Fake news. Un observatoire voit le jour    PLF 2019 : Les points forts de la présentation de Benchaâboun (Photos)    Kamal Lahlou: participation «très honorable»    Botola: Enfin une journée complète!    (Vidéo) Meurtre de Khashoggi.. Erdogan sort l'artillerie    E-Learning: le Maroc se distingue en Afrique    PLF 2019 : Divergence d'opinions entre la majorité et l'opposition    Grandes écoles. 300 bourses pour les études en France    Le ministère lance une plateforme dédiée aux MRE    Télémédecine. Lancement officiel au Maroc    Edito : Mobilisation générale    La place de la Femme dans le soufisme débattue à Fès    PLF 2019. Le gouvernement ne touche pas à la TPI    Festival de Fès de la culture soufie: Coup d'envoi ce samedi    «Voyage aux sources de l'art», l'exposition qui fait polémique    Lopetegui tremble avant une semaine infernale    Malgré procès et scandales, l'argent reste tabou dans le sport universitaire américain    200 migrants irréguliers entrent en force à Mellilia    Le Paraguay réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    News    18 morts dans un accident de train au Taïwan    Daniel Kretinsky, un golden boy tchèque amateur des médias traditionnels    Des chercheurs ont compté le nombre de joints dans les clips de rap    Insolite : Alliance retrouvée    Divers    Les trois voies de l'industrialisation en Afrique    80 entreprises exportatrices marocaines au SIAL Paris    Driss Lachguar au Colloque international sur «La reconsidération du modèle de développement à la lumière des évolutions que connaît le Maroc»    Les opérateurs chinois satisfaits du climat des affaires au Maroc    Clôture du Salon maghrébin du livre à Oujda    Le Maroc invité d'honneur du Salon international du livre à Belgrade    Les influences africaines sur les travaux des artistes peintres occidentaux    L'ONU et L'OMS appellent à mettre un terme aux tests de virginité    Retrait américain d'un traité nucléaire : John Bolton à Moscou pour explications    Khashoggi : La presse turque implique « MBS » avant des révélations attendues d'Erdogan    Andalousies Atlantiques. Raymonde El Bidaouia et Hajja El Hamdaouia en "cœur" à Essaouira    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Meknès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Loft Art Gallery au Salon international d'art contemporain africain à Marrakech !
Publié dans Les ECO le 19 - 01 - 2018

La galerie mettra en avant le talent de Hicham Benohoud, Joana Choumali et Mohamed Lekleti, les 24 et 25 février.
Utilisant diverses techniques, telles que la photographie, le dessin et la broderie, la sélection de Loft Art Gallery est une synthèse de différentes cultures et identités avec le Maroc comme point commun. Ainsi Loft Art Gallery se veut le promoteur d'un Maroc carrefour des identités, lieu de brassage culturel et pont entre l'Europe et l'Afrique subsaharienne. Hicham Benohoud, est né et vit au Maroc. Utilisant les leviers de l'humour et de l'autodérision, son travail photographique est une réflexion menée depuis plus de 20 ans sur les questions de l'identité, de la culture marocaine. Ses recherches l'ont conduit à concevoir une nouvelle série inédite qui sera révélée au public pour la première fois à 1:54 Marrakech.
Réalisée dans le Sahara marocain, place historique des échanges à travers l'Afrique, de l'Atlantique aux confins de la péninsule arabique et de l'Afrique subsaharienne, ce nouveau travail résume l'africanité marocaine et la richesse de chacune des régions du royaume, de ses savoirs ancestraux comme témoignage indélébile de la pluralité de la civilisation. À travers cette série, Hicham Benohoud marque le sud du Maroc de l'empreinte féconde et créatrice du royaume. Joana Choumali est une artiste visuelle ivoirienne basée à Abidjan, en Côte d'Ivoire, qui a vécu et étudié à Casablanca. Profondément marquée par son séjour, l'artiste dit elle-même «avoir gardé l'empreinte du Maroc». Joana ne traite pas seulement de l'Afrique, mais porte un message universel pour l'Humanité, un message d'espoir à travers la série «Ça va aller».. La place particulière du Maroc dans le cœur de l'artiste fait de Marrakech un lieu fort pour y présenter cette série qui contient une partie de son intimité profonde. Le travail de résilience de cette série, réalisée comme thérapie suite aux attaques de Grand-Bassam, est un symbole à l'échelle du monde dans sa globalité. Joana Choumali recoud à sa manière les blessures ancrées suite aux tragédies humaines.
Du Maroc à la Côte d'Ivoire, le parcours et le travail de Joana s'inscrivent dans une vision qui dépasse les notions de frontières et d'identités plurielles pour résumer l'identité humaine et universelle. Ainsi, chaque point de broderie peut être vu comme un petit pas, une étape d'un long chemin que doit emprunter l'Humanité pour enfin pouvoir regarder le présent et envisager sereinement le futur. Né à Taza, Mohamed Lekleti vit et travaille aujourd'hui en France à Montpellier. Marquées de sa culture marocaine, les œuvres de Lekleti, inédites et exposées pour la première fois, présentent des codes, des symboles liés à son histoire, mais plonge le spectateur dans un monde qui dépasse toute définition confinée pour «raconter des trajectoires de vies humaines, évoquer la précarité de l'existence, rendre compte de notre perception du monde» (Catherine Rigollet). La présentation des œuvres de Lekleti au Maroc résonne comme un retour aux sources et à ses origines tout en s'adressant à l'inconscient collectif des différentes composantes du Maroc et du continent africain dans son ensemble.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.