Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fnacam-Umac : Chacun pour soi, en attendant la fusion...
Publié dans Les ECO le 20 - 02 - 2018

La montée au créneau des intermédiaires d'assurances membres de l'Union marocaine des agents et courtiers d'assurances au Maroc (Umac) n'a pas été du goût de leurs confrères affiliés à la Fédération nationale des agents et courtiers d'assurance au Maroc (Fnacam). Au lendemain de l'appel à la grève le 26 février de l'Umac, la Fnacam sort un communiqué dans lequel elle se désolidarise de la démarche revendicative de l'Umac.
«La Fnacam ne saurait souscrire à pareille démarche et encore moins à l'adopter car ne reposant sur aucune raison objective», peut-on lire dans le communiqué de la Fnacam, allusion ici faite à la décision du boycott de l'application Web'Inter mise en place par l'autorité de régulation, l'Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (Acaps). Cette application, poursuit la Fnacam, est venue répondre à un besoin précis, à savoir la dématérialisation des processus d'échanges entre l'Acaps et le réseau de distribution. Le communiqué abonde sur le sujet, mettant en avant les bienfaits de la transformation numérique. «L'heure est à la digitalisation et on ne peut se permettre d'aller à contre sens des évolutions que connaît le monde. Nous devons apprendre à accompagner le changement, notamment quand il peut servir le secteur dans le sens d'une meilleure visibilité : informations partagées en temps réel entre l'intermédiaire et l'Acaps, statistiques par branche et par région, cartographie des intermédiaires d'assurance, taux de croissance par risque et par région, suppression du support papier», renchérit la Fnacam. Contacté par «Les Inspirations ECO», le président de l'Umac, Youssef Bounoual, nuance ces propos et tient à clarifier le sens de la décision prise par son organisation. «Sur le principe, nous sommes pour la digitalisation et la dématérialisation de l'échange d'informations. L'application Web'Inter permet juste de déclarer à l'Acaps des informations récupérées auprès des compagnies, relevant de l'état de production et de reversement. Ce serait mieux de s'adresser directement aux compagnies qui centralisent ces données. D'ailleurs, contrairement à la déclaration annuelle obligatoire avant le 30 avril, la loi n'exige aucune déclaration trimestrielle», affirme Bounoual.
À chacun sa manière..
Par ailleurs, la Fnacam rebondit à la question de la TVA qui taraude l'ensemble des intermédiaires, y compris les membres de l'Umac. «La Fnacam suit ce dossier depuis 2001. C'est une taxe que nous rejetons car elle est indue. Les discussions avec la FMSAR et la DGI sont aujourd'hui bien avancées et sommes convaincus, confortés par les résultats du benchmarking international auquel nous avons procédé, qu'une solution sera trouvée. Nous y travaillons, mais sans trop de bruit», riposte la Fnacam. Idem pour le dossier de la rémunération des prestations des intermédiaires (l'Umac réclame une révision de la commission d'intermédiation dont le niveau stagne depuis plus de 40 ans) pour lequel la Fnacam recommande d'ouvrir des négociations avec les compagnies d'assurances au lieu de s'adresser à l'autorité de contrôle. «Nous partageons les mêmes objectifs, mais chacun sa manière. Rien ne nous empêche de travailler ensemble sur les questions de la TVA et de la rémunération», estime le président de l'Umac. La nouvelle vague de revendications des intermédiaires d'assurances remet au goût du jour le débat autour de la représentativité au sein de la profession. Au moment où la Fnacam, à travers son dernier communiqué, revendique la «reconnaissance unanime du secteur», Bounoual nous rappelle que «l'Umac est un organisme connu et reconnu, siégeant dans les instances de gouvernance de l'Acaps, notamment au sein des deux commissions de la régulation et de la discipline». L'Acaps, quant à elle, a maintes fois émis le souhait de fusionner ces deux organisations pour avoir un interlocuteur unique. Interrogé à ce sujet, le président de l'Umac se montre favorable à l'idée de créer un seul corps représentatif de la profession et propose trois pistes pour y arriver. La première consiste à mettre en place un Ordre national des intermédiaires d'assurances au Maroc. La deuxième retient le scénario de la fusion mais à condition de préserver la souveraineté de l'assemblée constitutive dans la désignation des instances de gouvernance. La troisième et dernière piste préconisée par l'Umac rejette la balle dans le camp de l'Acaps, celle-ci étant autorisée à fixer les critères de représentativité conformément à la loi 64-12 à l'origine de la création du gendarme du marché de l'assurance au Maroc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.