Coronavirus: nouvelle sortie rassurante de l'OMS    Ouverture d'un consulat à Laâyoune : la Côte d'Ivoire refuse qu'on lui dicte sa conduite dans les relations internationales    Les étudiants en masse dans la rue pour le 52ème mardi consécutif de contestation    Bon début d'année pour les aéroports marocains, Casablanca en tête    Béni Mellal: ils falsifiaient les dossiers de couverture médicale    Banque : des dizaines de milliers de suppressions de postes annoncées dans le monde    Escalade dans l'est de l'Ukraine: un soldat tué, cinq blessés (Kiev)    Virus : en Chine, le « cauchemar logistique » des entreprises étrangères    Le Souverain félicite le Président de la République de Gambie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Le Raja pouvait faire mieux…    AGO de la FRMT : Adoption des rapports moral et financier au titre de la saison 2018-2019    FIFM : Rémi Bonhomme nouveau directeur artistique de la 19ème édition    L'Oriental Fashion Show : Rajae Lahlou dévoile sa quête de soi    Un paysage politique recroquevillé!    Secousses telluriques: Au Maroc, la terre a tremblé    PJD : le Maire de Marrakech devant Chambre criminelle chargée des crimes financiers, une deuxième fois    Hooliganisme, monnaie courante    La constitution chilienne au cœur de la contestation populaire…    Programme intégré d'appui et de financement des entreprises, une rencontre dédié aux acteurs régionaux    Travailleurs indépendants : les modalités d'application de la couverture sociale finalisées    Liga: le Real Madrid accroché par le Celta Vigo    La Chronique de Nas: Notre Saint Valentin à nous…    Le thème est axé sur le terrorisme    En Allemagne, les autorités jugent «effrayants» les projets d'attentats déjoués ciblant des mosquées    Maroc Telecom : Les objectifs 2019 largement dépassés    Deuxième édition de la Conférence sur les défis de l'Union africaine : Objectif, renforcer l'intégration et l'émergence du continent    Voici le premier employeur privé étranger au Maroc    L'UE salue l'engagement du Maroc contre la traite des êtres humains    Un joueur du Wydad hospitalisé en urgence (PHOTO)    Championnat du monde de surf : Le Marocain Ramzi Boukhiam remporte l'étape de Hang Loose au Brésil    Starlink : Space X rate l'atterrissage en mer du premier étage de sa fusée    La SNRT rend hommage à Feu Abderahmane Achour    Rebondissements dans l'affaire de corruption du président de commune de Ouled Aissa dans la région de Taroudant    L'image du Maroc au-delà des frontières    La Côte d'Ivoire à l'honneur du "Marocuir" 2020    RAM et British Airways signent un accord de code-share    Mutandis enregistre une hausse de son chiffre d'affaires    85.000 vieilles condamnations liées au cannabis vont être effacées en Californie    Insolite : Robot-serveuse à Kaboul    Festival "Stop drogue" ou quand les arts plastiques se mettent au service de la lutte contre les addictions    L'OSFI organise un atelier de formation sur les NTIC à Oujda    Désaccord au sein de l'UE sur les moyens pour contrôler l'embargo en Libye    Divers sportifs    Participation politique des jeunes au Maroc    Près d'un demi-million de visiteurs au SIEL    La SNRT révèle la nouvelle vision de la chaîne "Attaqafia" au SIEL    Départ en trombe pour "Sonic" au box-office    Voici le nouveau directeur artistique du FIFM    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le casse-tête de la transmission
Publié dans Les ECO le 21 - 12 - 2011

Comme il n'y a pas que les entreprises familiales qui sont concernées par le processus de transmission entrepreunariale, la deuxième édition du Baromètre de la transmission des entreprises au Maroc, réalisé par le cabinet d'études BDO Maroc et l'Agence nationale pour la promotion des PME (ANPME), a mis l'accent sur les PME marocaines dans leur ensemble. Néanmoins, dans la masse des PME nationales, la préférence a été donnée aux PME les plus performantes sur la base de leur chiffre d'affaires et selon le classement Essor/Inforisk. C'est ainsi que 102 entreprises parmi les 1.000 classées par Essor/ Inforisk ont été sondées. 43 sont des entreprises familiales et 50 ont vécu des cas de transmissions avérées. 20 experts internationaux et 7 nationaux ont également été mis à contribution. Pour la deuxième année donc, les repreneurs et cédants d'entreprises, les cédants potentiels et des experts ou professionnels du conseil en entreprise ont été interrogés. Encore une fois, l'objectif était «d'apporter un éclairage sur la transmission de l'entreprise et de susciter une réflexion pour la mise en place d'actions en vue d'encourager et de faciliter son processus de transmission».
Profil des dirigeants
Plusieurs éléments ressortent de cette étude. Tout d'abord, elle a permis de dessiner un profil du dirigeant d'entreprise souhaitant céder sa société. C'est ainsi qu'en moyenne, les dirigeants interrogés avait démarré leur activité dans leur entreprise actuelle depuis 12 ans. Le constat est sensiblement identique pour les entreprises familiales puisque celles-ci ont déclaré avoir démarré leur activité depuis 13 ans, en moyenne. De la même façon, le passé du dirigeant était mis en lumière. Dans l'ensemble, seuls 16% des dirigeants ont lancé leur entreprise actuelle directement après leurs études. Les repreneurs, en revanche, sont sensiblement plus nombreux à se lancer dans l'entrepreunariat sans expérience (31%). Néanmoins, le baromètre a montré que 84% des dirigeants interrogés opéraient déjà dans une activité, identique ou pas, avant de créer ou reprendre une entreprise : 41% étaient salariés dans le même secteur (53%) ou dans un autre (47%), 44% possédaient déjà une affaire dans le même secteur (72%) ou dans une autre activité (28%) et 15% ont cumulé diverses expériences dans le salariat et dans l'entrepreunariat. Enfin, 93% des dirigeants interrogés étaient des hommes.
La création d'entreprise répond à un besoin
d'autonomie
Sans surprise, le baromètre 2011 a révélé également que pour 30% des dirigeants sondés, la création ou la reprise d'une entreprise répondait surtout à un besoin d'autonomie et à une volonté de créer et de gérer seul son affaire. 20% des entrepreneurs se sont lancés dans l'entrepreunariat à la suite d'une opportunité qui s'est présentée à eux. En revanche, ce qui est révélateur c'est le manque d'enthousiasme des dirigeants à l'idée d'avoir à céder leur activité. 54% des dirigeants interrogés n'ont ainsi jamais songé à céder leur entreprise et ne pensent toujours pas le faire à moyen terme. 30% ont déjà réfléchi ou sont en train de la transmettre et 16% ont dores et déjà repris l'entreprise actuellement gérée. La motivation de la cession de son activité varie bien sûr d'un individu à un autre. Cependant les résultats de l'étude BDO Maroc/ ANPME révèlent que 55% des dirigeants ont évoqué des raisons personnelles pour justifier la réalisation ou l'éventualité d'une cession de celle-ci. Il ressort également que 46% des dirigeants d'entreprises familiales acceptent l'idée de transmettre leur société. Ils n'étaient que 39% en 2009. Autrement dit, l'idée semble faire son chemin parmi les PME. Néanmoins, beaucoup de travail reste à faire pour faciliter les démarches, notamment grâce à la formation des cédants, repreneurs et experts en conseil. Un premier guide, baptisé Guide de la transmission des entreprises au Maroc, a d'ailleurs été produit par BDO Maroc et l'ANPME. De la même façon, ces deux organismes ont décidé de mettre en place un observatoire de la transmission entrepreneuriale. Réalisé avec le concours du spécialiste de la récupération d'informations légales, Inforisk, cet observatoire doit venir combler le vide en matière de statistiques sur le phénomène de la transmission des sociétés. La relève de l'actuel baromètre est finalement assurée.
Président de BDO Maroc
Zakaria Fahim,
«L'observatoire de la transmission est prévu au cours du 1e trimestre 2012»
Les Echos quotidien : Disposez-vous de chiffres permettant d'avoir une idée sur l'ampleur du phénomène de la transmission entrepreneuriale ?
Zakaria Fahim : Aujourd'hui, nous mentirions en donnant des chiffres. Avec notre partenaire Inforisk, spécialisé dans le recueil d'informations légales, nous sommes justement en train de mettre en place un observatoire de la transmission. Nous travaillons sur le concept depuis un mois et espérons le lancer au cours du premier trimestre 2012. Celui-ci permettra d'observer le flux de tout ce qui concerne les cessions de fonds de commerce et les cessions d'entreprises. Bien sûr, nous établirons des critères, afin de distinguer les vraies transmissions. En l'état actuel des choses, il est très difficile de rassembler des statistiques et d'avoir une idée sur l'ampleur du phénomène. Personne ne centralise les statistiques de façon claire. Toutefois, ce que nous pouvons d'ores et déjà annoncer c'est que par rapport à l'échantillon que nous avons pris pour réaliser la deuxième édition du baromètre, il y a aujourd'hui un marché potentiel d'au moins 46% d'entreprises familiales qui seraient concernées par le processus de transmission. Néanmoins, nous ne sommes pas encore en mesure d'affirmer que notre échantillon est représentatif. Nous pensons tout de même ne pas être loin de la réalité. La majorité des entreprises familiales qui ont aujourd'hui pignon sur rue ont démarré dans les années 70. Considérant l'âge du capitaine, ces entreprises sont concernées à plus d'un titre. Parmi elles, certaines ont fait leur révolution, d'autres pas encore.
Malgré tout, avons-nous une idée du profil type du repreneur dans les cas de transmission au Maroc ? S'agit-il plus souvent d'un parent, d'un cadre interne, de salariés réunis en collectif ou encore d'une entreprise concurrente ?
D'une part, les gens restent très souvent secrets sur ce volet. D'autre part, la manière dont l'information est centralisée aujourd'hui ne permet pas de faire remonter cette information. Malheureusement, il n'y a pas encore de mécanisme qui permette de faire remonter cette information. Nous essayons, avec Inforisk, de changer la donne.
Puisque personne ne centralise l'information, comment allez-vous mettre en place votre observatoire ?
Au début, nous allons être obligés d'aller chercher l'information. Spécialisée dans la récupération d'informations légales, Inforisk saisira par exemple 11 informations au lieu d'en saisir actuellement 10. L'idée est de vérifier au fur et à mesure la moindre information (changement de nom) permettant de déceler une transmission d'entreprise.
Actuellement, quels sont les obstacles qui bloquent les opérateurs voulant transmettre leur entreprise ?
Ce qui est malheureux pour l'instant, c'est que la culture de la transmission n'est pas encore présente. C'est pourquoi nous avons réalisé cette année le «Guide de la transmission des entreprises au Maroc», en collaboration avec l'Agence nationale pour la promotion de la PME (ANPME). Nous espérons que le type de manifestation que nous organisons vont vulgariser le concept. L'idée est de mobiliser plus d'entreprises familiales qui seraient intéressées à sortir un peu des sentiers battus et de les convaincre que l'affaire serait intéressante pour elles. Nous estimons également que l'expert comptable a un rôle majeur. Tous les chefs d'entreprises sont d'accord pour gagner de l'argent, mais peu sont prêts à miser. Il faut donc arriver à financer 70% du coût de la reprise.
Justement, nous avons l'impression que beaucoup de mécanismes existent pour faciliter la création d'entreprises, mais trop peu cherchent à encourager la reprise d'entreprises. Quelles sont aujourd'hui les aides disponibles dans ce domaine ?
Il n'y en a aucune. La seule exception est quand vous êtes de la famille, puisque dans ce cas, vous avez l'avantage d'un droit de succession à taux zéro. Nous pensons également que l'absence de fiscalité sur la transmission des entreprises lorsque le propriétaire est vivant fait qu'aujourd'hui la plupart des transmissions se passent mal. Si demain, on décide que la transmission du vivant du propriétaire doit se réaliser en suivant un certain processus, je pense qu'on pourra réussir plus de transmissions.
Les fameux fonds publics-privés, imaginés par le ministère de l'Industrie, du commerce et des nouvelles technologies, qui englobent une enveloppe de 700 MDH, répartis à 50 /50 entre l'Etat et le privé, sont un premier pas. Il faut cependant aller plus loin et développer d'autres moyens de financement à coût modéré.
Au final, quels sont les efforts qui restent à faire pour faciliter le processus de transmission ?
En premier lieu, il faut que le repreneur soit protégé dans son opération. Il faut qu'il ait une garantie pour récupérer sa mise si demain il subit un échec, comme c'est déjà le cas dans d'autres pays. De la même façon, il faut mettre l'accent sur la formation à la fois des cédants et des experts. Il est également évident que de nombreux efforts sur l'aspect fiscal doivent être appliqués.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.