« Darkweb »: Un réseau international de pédophiles tombe    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    Aéronautique: Le challenge de la valeur ajoutée et de la taille critique    Le Maroc réagit à la démission de Horst Köhler    Elections européennes: Les réformes passées au crible    L'ISIC accueille son nouveau directeur    El Othmani chez les conseillers    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Divers sportifs    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Atlantique Assurances se lance dans le coton    Lancement de l'étude TIMSS 2019 avec la participation du Royaume    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    Divers    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    5è édition du Prix Mohammed VI de l'art décoratif marocain sur papier    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    Vodafone suspend ses achats de téléphones 5G Huawei    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Nouvelle date de l'examen régional de la première année du baccalauréat    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Enseignement préscolaire. 60% des enfants ciblés intégrés    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    BAM: l'immobilier en berne    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Nike accusé de contrefaçon    Meknès. Un inspecteur de police fait usage de son arme pour arrêter un individu    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une équation complexe à Imi Ouaddar
Publié dans Les ECO le 13 - 07 - 2018

Le boom touristique dans la zone d'Imi Ouaddar s'est traduit par la multiplication de projets touristiques, souvent entrepris au détriment des infrastructures de base. Des dysfonctionnements concernant l'assainissement liquide et la gestion des déchets ont également été constatés.
Tout a commencé lorsque «O. N.» a posté une séquence vidéo sur son compte Facebook montrant les fondations en ciment d'un projet de restaurant en cours de réalisation sur la plage d'Aghroud, dans la localité d'Imi Ouaddar, au nord d'Agadir. Il a ensuite décidé de créer, en avril 2018, un groupe baptisé «Plage Imi Ouaddar Km 26 en danger» pour dénoncer les constructions autorisées sur le domaine public maritime entre le Km 26 et la plage d'Aghroud. Mais lorsqu'il s'est engagé dans cette voie, il ne savait pas qu'il serait convoqué par la Gendarmerie royale de Tamri suite à une plainte déposée par les porteurs de projets, avant que l'affaire soit classée sans suite. Sur les lieux, on peut constater la présence de trois restaurants, dont deux structures déjà aménagées sur le domaine public maritime. Et parmi elles, un restaurant déjà opérationnel, tandis que le deuxième attend son raccordement au réseau public d'eau et d'électricité; le troisième, en cours de réalisation, n'est encore qu'une ossature métallique. Ceux qui contestent ces occupations temporaires pointent du doigt la nature des installations réalisées, au moyen de fondations en béton, alors que selon eux, il faut opter pour des structures légères en bois, notamment des chiringuitos. Du côté du ministère de l'Equipement et du transport, dont les attributions couvrent notamment le domaine public maritime, le socle en ciment avec ossature en charpente métallique revêtue de bois sont mises en œuvre pour s'adapter à la nature du sol sablonneux et garantir la sécurité des estivants, tout en permettant d'offrir des services optimaux sur place. Cependant, dans ces trois cas, les restaurants installés au niveau du domaine public maritime ne nécessitent pas d'autorisation de construire puisqu'ils ne sont pas bâtis en dur. Toujours est-il que l'occupation temporaire après décision d'autorisation délivrée par l'Equipement n'exempt pas les porteurs de projet, selon l'article n°6 de ladite autorisation, d'acquérir les permis nécessaires à la réalisation des travaux et à l'exploitation du projet, ainsi qu'à la vérification de la conformité technique par un bureau d'étude agréé. Mais au-delà des aspects techniques, les demandes de réalisation de ces projets ont été déposées en 2016, alors que leur occupation temporaire varie entre 5 et 10 ans. Autrement dit, leur installation n'est pas soumise aux dispositions de la nouvelle circulaire qui a abrogé, le 17 mai 2018, l'ancienne circulaire signée conjointement par le ministre d'Etat à l'Intérieur et du ministre de l'Equipement n°84 du 8 juin 1998 relative à la gestion et à la protection, par la commune, des plages de baignade. Quoi qu'il en soit, l'ancienne circulaire a été établie dans l'objectif de faire des communes un acteur essentiel de la gestion des plages. Toutefois, plusieurs dysfonctionnements subsistent en matière de gestion des plages, notamment en raison des contraintes liées à sa mise en œuvre. C'est pourquoi la gouvernance des plages est actuellement le fait de la commission provinciale ou préfectorale des plages (CPP), et les communes sont obligées de présenter leur Plan d'utilisation et de gestion des plages (PUGP) qui doivent décrire l'organisation des espaces et les activités à exercer. Dans le cas d'Imi Ouaddar, toutes les demandes ont été transférées à la wilaya qui préside la CPP, tandis que les autorisations d'exercice des activités économiques, commerciales, etc. sur les plages sont désormais octroyées par le wali sur proposition du président de la commune concernée. À cet égard, la priorité d'octroi de ces autorisations a été donnée, selon la nouvelle circulaire, aux établissements touristiques dans les espaces situés à proximité immédiate, et ce pour la pose de mobilier étroitement lié à leur activité touristique (parasols, table et chaises). Il faut souligner aussi que, dans le cadre de l'application de l'ancienne circulaire conjointe des ministères de l'Intérieur et de l'Equipement datant de 1998, les communes pouvaient demander l'occupation temporaire des plages relevant de leur territoire, à condition de n'exploiter que 30% de la superficie totale de la plage à des fins commerciales, les 70% restants devant demeurer à usage public (gratuit). Dans le cadre de la nouvelle circulaire, cette superficie est passée à 80% pour le grand public et 20% pour les activités économiques, commerciales, etc. qui ne doivent pas être concentrées au niveau du même espace, devant être répartis sur la surface utile totale de la plage. Par ailleurs, l'occupation de l'espace public en bord de mer requiert le paiement de redevances annuelles, la moitié du montant fixé allant à la Trésorerie générale du royaume et l'autre au Fonds de délimitation du domaine public maritime et portuaire (FDDPMP).
L'assainissement liquide fait défaut
En plus des dysfonctionnements liés à la mise en œuvre des circulaires, la région d'Imi Ouaddar, à l'instar d'autres localités (Aourir et Taghazout) qui ont récemment bénéficié de l'assainissement liquide, est en grande partie non reliée au réseau collectif d'assainissement; l'ONEE branche Eau, ne gère actuellement que l'eau potable dans cette zone. Le boom touristique que cette dernière connaît (plus de 5.000 lits) s'est traduit par une multiplication des unités résidentielles et touristiques, souvent au détriment des infrastructures de base. Et bien que les services de l'environnement imposent aux gestionnaires de ces projets l'installation de stations d'épuration (STEP) dans le cadre d'études d'impact sur l'environnement, des incidents techniques de débordements sont toujours enregistrés. Résultat, en l'absence d'un réseau collectif des eaux usées qui couvre toute la zone, la majorité des projets utilisent les STEP pour la réutilisation des eaux, destinées à l'arrosage des espaces verts ou aux fosses septiques pour évacuer les rejets. Dans ce cas, trois façons de les traiter existent. Il y a le rejet dans le milieu naturel avec des normes réglementées, mais avec toutefois des risques de stagnation. Les alternatives consistent en la réutilisation des eaux usées pour l'arrosage ou leur déversement dans le réseau d'assainissement. Mais selon plusieurs experts, c'est la dernière solution qui est la plus durable puisqu'il est difficile de contrôler en permanence l'ensemble des STEP en question.
Une décharge sauvage pour la gestion des déchets
Outre l'assainissement liquide, la zone est aussi confrontée à la problématique de la gestion des déchets ménagers et assimilés. La commune rurale de Tamri, qui a produit, au titre de l'année 2017, 2.656 tonnes, ne fait pas partie des 10 communes signataires de la convention intercommunale portant sur la gestion des déchets en vue de leur évacuation vers la décharge contrôlée de Tamellast, aux environs d'Agadir. Les ordures échouent dans des dépôts sauvages, tandis que le coût de transport vers la décharge contrôlée de Tamellast reste onéreux, quel que soit le tonnage généré par la collecte et les trajets, estimés à 30 km par jour au sein de la commune et à 70 km jusqu'à la décharge d'Agadir. Face à cette situation, le Plan directeur préfectoral de gestion des déchets ménagers et assimilés des préfectures d'Agadir-Ida Outanane et d'Inezgane-Aït Melloul a déjà prévu un centre de transfert intercommunal qui couvrira les communes rurales de Taghazout et de Tamri. Par ailleurs, les estimations des déchets ménagers et assimilés produits dans la station d'Imi Ouaddar est de 6 tonnes par jour. Selon ledit plan, la commune de Tamri dispose d'un seul véhicule (pick-up) qui assure la collecte et la mise en décharge des déchets.
Plage Km 26 : le propriétaire de la pelleteuse toujours introuvable
Plusieurs jours après le lancement d'une enquête par la Wilaya de la région Souss-Massa, le propriétaire de la pelleteuse retrouvée sur le chantier de la plage du Km 26 n'a toujours pas été identifié (cf:ww. leseco.ma). Une vidéo a été postée sur les réseaux sociaux, montrant une pelleteuse de marque Poclain creusant une partie du rocher qui sépare la plage du km 25 de celle du km 26, au nord d'Agadir. Cette courte vidéo a suscité de vives réactions de la part des internautes depuis sa publication. En attendant, le promoteur du projet, qui a préalablement obtenu l'autorisation de construire n°03/2018 le 29 janvier dernier, a nié toute implication de ces engins dans l'acte de creuser. Le ministère de l'Equipement a, lui, déjà publié un communiqué précisant que la commission dépêchée sur place a constaté l'absence de l'engin utilisé. Toutefois, des dégradations de faible importance ont été relevées sur le rocher en question.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.