Quand le Maroco-Allemand, Mohamed Hajib, condamné pour terrorisme, faisait l'apologie des attentats-suicides    La CNSS va donner des indemnités aux salles de sport    Mohamed Essoulimani expose sa dimension spirituelle de la femme    Impots: la DGI fait une annonce destinée aux contribuables    Irak : le pape célèbre une messe devant des milliers de fidèles    Sahara : Les Nations unies reconnaissent la difficulté de nommer un envoyé spécial    CCISCS : Un partenariat stratégique pour encourager l'entrepreneuriat    Le Bayern rassure sur la blessure de Jérôme Boateng    La promotion des droits sociaux et économiques de la femme au cœur des objectifs majeurs de l'INDH    Les sociétés de distribution sur la sellette    Exposition: sensualité et audace    «Tisser le temps politique au Maroc»    Le WAC s'approche de la qualification en leader, El Kaabi s'illustre    L'or inexploré tchadien dans la ligne de mire du marocain Marita Group    Une semaine sous le signe de la stabilité    Ligue des champions : Le Zamalek et Al Ahly en difficulté    La femme est appelée à s'affirmer dans les divers registres de la vie sociétale    Alerte météo: fortes averses prévues au Maroc ce dimanche    Maroc-Royaume-Uni : une nouvelle route maritime pour contourner les problèmes frontaliers du post-Brexit    La Biélorussie réclame l'extradition de Svetlana Tsikhanovskaïa    Merkel et son parti voient leur étoile pâlir    L'émancipation des femmes passe par casser le «plafond de verre»    L'égalité des genres au centre des efforts de relèvement de la crise    VIDEO. Ksar Sghir : dégâts très lourds après les inondations    L'étape actuelle exige une implication de tous    Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Le Maroc reçoit 500 000 doses de vaccin de la Chine    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    CAN U20 : Le Ghana, champion d'Afrique !    Ligue des champions Afrique (3è journée): le point sur le groupe C    Hauteurs de pluie: jusqu'à 43 millimètres au Maroc    Interview avec Rachid El Guenaoui : Il brise les codes du luxe et revendique une mode « sport homme-femme » décomplexée    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    Programme des principaux matchs du dimanche 7 mars    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar        Des femmes qui comptent : Siham Alami    Obésité et Covid-19 : le choc fatal entre deux pandémies    Maroc : Les barrages remplis à 50%    Botola Pro D1: le classement provisoire (9e journée)    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    1ère Chambre: les députés absentéistes risqueront désormais la révocation    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    Des femmes qui comptent : Siham Alami    Chambre des représentants: Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Ghana    Armée américaine et insurgés du Capitole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La pollution de l'air impacte négativement la santé cardiaque ?
Publié dans Les ECO le 07 - 08 - 2018

L'étude semble tirer des conclusions plutôt inquiétantes surtout de nos jours. En effet, selon des chercheurs s'exposer même faiblement aux oxydes d'azote et aux particules fines pourrait mener à des malformations des ventricules du cœur, des signes avant-coureurs d'arrêt cardiaque.
Dans un monde où aujourd'hui tout va vite et où l'on est plus que jamais exposé à divers risques, un nouveau danger pourrait bien nous faire réfléchir. D'autant plus que cette thématique devient de plus en plus le cheval de bataille de plusieurs pays dans le monde : la pollution. Une étude vient d'être publiée par l'Université Queen Mary de Londres dans la revue scientifique américaine, Circulation, relayée par Sciences et Avenir. Son constat est sans appel : la pollution tue !
La recherche a été menée sur quelque 4.000 personnes, des Britanniques qui ont été étudiés jusque dans leur mode de vie et leur état de santé. Des investigations possibles grâce au financement de la British Heart Fondation (BHF, la fondation britannique pour le cœur). Dans le panel sélectionné, les scientifiques ont exclu de fait les personnes souffrant d'une pathologie respiratoire ou cardiaque, pour n'étudier que les personnes considérées en bonne santé. Parmi également ces participants écartés, ceux qui ont déménagé lors des deux ans d'étude car, «le lieu de vie importait pour connaître précisément l'exposition aux polluants».
Ce grand groupe a pu livrer «un large éventail des situations de vie, entre ceux vivant à la campagne et ceux habitant près des grands axes de circulation». Afin de mener à bien la recherche, tout le monde a passé des tests sanguins et des IRM pour déterminer taille, poids et vitalité du cœur de chacun à intervalles réguliers. Dans les résultats les auteurs ont observé que «les personnes qui vivent près des grands axes de circulation très fréquentés, sont exposées à de fortes teneurs en dioxyde d'azote (NOx) et en particules fines et possèdent des ventricules droit et gauche plus grands». Ainsi plus l'exposition est importante, plus larges sont les ventricules. Or, la dilatation des ventricules est à l'origine des arrêts cardiaques. Bien qu'en bonne santé et ne présentant aucun symptôme de maladie cardiaque, tous les participants ont vu le volume de leur cœur s'accroître.
Même en bonne santé, nous sommes exposés aux risques
Pour bien comprendre les étapes de cette recherche, l'échantillon de personnes «était exposé à des teneurs en PM2.5 de 8 à 12 microgrammes par m3 en moyenne annuelle, soit bien en dessous de la norme européenne de 25 microgrammes et autour de la valeur retenue par l'Organisation mondiale de la santé de 10 microgrammes». Quant aux NOx, le fossé se creuse entre 10 et 50 microgrammes ce qui tourne autour de la valeur de l'OMS fixée à 40. L'étude nuance néanmoins, puisqu'elle confirme ce que l'OMS répète sans arrêt : «Il n'y a pas de seuil en dessous duquel les teneurs en PM2,5 et en NOx n'auraient pas d'effet néfaste pour la santé. Au premier microgramme, les polluants agissent sur l'organisme».
Sauf que cette enquête n'est qu'une observation et les résultats sont tirés de ce qu'ont constaté les auteurs. «Nous avons observé des changements significatifs au niveau du cœur même à un niveau relativement bas d'exposition à la pollution de l'air», explique Dr. Nay Aung, l'un des auteurs de l'étude. «Nos futurs travaux incluront les données de personnes vivant dans les villes comme Manchester et Londres et nous utiliserons des instruments de mesures plus précis de l'activité cardiaque. Nous aurons alors des résultats plus poussés au niveau clinique».
Des efforts encore nécessaires en faveur de la santé publique
Dans cette même lignée, l'OMS annonce qu'environ 58% des décès prématurés liés à la pollution de l'air extérieur ont été provoqués, en 2016, par des cardiopathies ischémiques et des accidents vasculaires cérébraux. 18% par des bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) ou des infections aigües des voies respiratoires inférieures. Quant aux 6% restants, ce sont des cancers du poumon. Plusieurs réglementations sont mises en place en Europe afin de minimiser ces résultats, sauf qu'elles sont jugées insuffisantes.
À l'instar de la France qui présenterait des résultats équivalents, compte tenu d'une exposition aux polluants quasiment similaires. En effet, le Royaume-Uni et l'Hexagone sont poursuivis par la Commission européenne depuis mai 2018 pour «dépassement des valeurs limites de qualité de l'air fixées et manquement à l'obligation de prendre des mesures appropriées pour écourter le plus possible les périodes de dépassement». Par exemple, les interdictions de circulation des véhicules les plus émetteurs ne réduisent qu'à la marge les niveaux de polluants et ces mesures ne constituent pas des solutions pérennes, mais une réponse tardive aux pics de pollution, comme le relate la source. Ceci dit, les scientifiques en charge de l'étude proposent de nouvelles idées : ils souhaitent un renforcement des mesures envisagées, «le plus vite possible», notamment sur les transports pour diminuer l'exposition de la population britannique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.