Maradona appelle à boycotter un film sur lui    Etude. Maîtriser l'anglais améliore-t-il nos conditions au travail?    Rabat. Un centre de santé lancé à Diour Jamaâ    Le Musée national d'histoire naturelle de Rabat célèbre la journée internationale des musées    Les détails du nouveau modèle pédagogique    La RSB fait l'essentiel à Berkane face au Zamalek, en attendant la confirmation au Caire    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    OCP : Le chiffre d'affaires grimpe de 20%    Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    Stress hydrique. La Chine et le Maroc allient leurs forces    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    RDC : Moïse Katumbi accueilli en héros national après son retour au bercail    La scène politique en deuil : Tayeb Bencheikh n'est plus    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    Professions libérales : L'Union nationale appelle à un front uni    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Immobilier. Un faux départ en 2019    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    Education : Le ministère annonce une version actualisée de la méthode d'enseignement pour le primaire    Christchurch : L'auteur de l'attaque inculpé pour terrorisme    La réponse de Huawei à Google    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Kamal Daissaoui fait chevalier de l'ordre pour le progrès des sciences et de l'invention    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le nouveau plan de la CGEM et de l'AMIC pour le financement des strartups
Publié dans Les ECO le 13 - 12 - 2018

Face à un écosystème des startups encore au stade embryonnaire, l'AMIC et la CGEM on lancé une étude dont les résultats ont été présentés lors d une rencontre au sein du siège du patronat des patrons. Ladite étude vise à dresser un état des lieux du capital amorçage au Maroc, réaliser un benchmark international du capital amorçage et risque, mais aussi élaborer des propositions d actions et une feuille de route (2019-2021).
Les principaux constats qui ressortent de l'étude sont:
-La lourdeur et complexité des démarches administratives.
-L'absence d'instruments financiers en phase avec les besoins des entrepreneurs.
-Le faible soutien financier public aux structures d'accompagnement.
-La faible dynamique des business angels.
-Le manque de soft skills et de competence businesses chez les porteurs de projets.
-Des programmes et orientations scolaires non adaptés aux enjeux et métiers d avenir.
-Un marché local réduit pour les startups.
À cet effet, une feuille de route détaillée a été définie sur un moyen/long terme (2017-2021), précisant le périmètre d'intervention de chaque membre de l'écosystème. L'étude note six actions prioritaires pour la mise en place d'un écosystème solide et attrayant:
1-Création d une instance nationale publique-privé pour le capital amorçage.
2-Elaboration d une vision commune pour la promotion de l'innovation.
3- Adaptation du système juridique et fiscal à la startup, aux fondateurs et aux investisseurs.
4- Mise en place de mesures de financement pour entrepreneurs et startups.
5- Renforcement des capacités d'accompagnement de l'écosystème.
6- Ouverture des marchés publics et stratégiques aux startups.
Ainsi afin d installer cet écosystème, Fayçal Mekouar vice-président, réitère l'engagement de la CGEM pour le développement de la startup au Maroc. D'ailleurs, une commission mixte a été créée entre la confédération et l'AMIC pour faciliter l'amorçage des startups marocaines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.