Un marocain remporte le marathon de Poitiers-Futuroscope    Le Maroc et l'Espagne préparent l'opération Marhaba    L'ex-manager de Stan Lee arrêté pour abus de faiblesse    Marouane Chamakh prend sa retraite    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Les Berkanis à un pas du sacre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Une réaction curieusement ingrate!    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Apatride" de Narjiss Nejjar enfin en salles
Publié dans Les ECO le 21 - 02 - 2019

«Apatride», le dernier long métrage de la réalisatrice marocaine Narjiss Nejjar sera enfin en salles à partir du 6 mars. Le dernier opus de la réalisatrice des «Yeux secs» avait séduit la Berlinale en 2018 et a raflé le prix de la meilleure image au dernier Festival national du film de Tanger.
Film d'une beauté rare, «Apatride» raconte un drame vécu par une centaine de milliers de Marocains expulsés d'Algérie en 1975 et arrachés à leur famille en plein hiver au mois de décembre 1975. La caméra suit Hénia, brillamment interprété par El Ghalia Ben Zaouia qui se bat pour exister puisqu'elle n'a pas de carte d'identité nationale, le béaba de tout citoyen. Mystérieuse et triste, on suit la belle déambuler dans les beaux paysages de la frontière, perdue dans une maison où elle n'a pratiquement pas de repères avec une tante à peine présente qui lui promet un mariage avec un vieil homme aveugle (Aziz Fadili) alors qu'elle n'a d'yeux que pour son fils (Avishay Benazra). On apprend avec son père du côté de la frontière marocaine alors que sa mère a été forcée de rester en Algérie. Filmé à l'iranienne avec la dimension dramatique et la simplicité du cinéma chinois, Narjiss Nejjar réussi un film tableau où chaque plan est esthétiquement justifié. Ses acteurs sont justes et donnent de la profondeur à 95 minutes de pur bonheur.
Histoire d'une Jane Doe
Le film écume les silences car Hénia n'a pas de voix, elle n'existe pas ou à peine. Elle n'est pas reconnue par ses pays. Entre deux rives, elle cherche à quitter le père qui est le Maroc pour rejoindre la mère qui est l'Algérie mais sans carte d'identité, elle ne franchira pas les frontières. Elle ne peut même pas se marier. D'ailleurs ses va-et-vient à la préfecture sont d'une cruauté rare. L'héroïne grandit non loin de la frontière algérienne côté marocain et arrivée à l'âge de 35 ans elle n'a toujours qu'une seule et unique obsession : revenir en Algérie pour tenter de retrouver sa mère. Le film suivra le parcours de cette jeune fille hantée par une enfance déchirée par cet exil forcé qui n'a pas manqué de séparer de nombreuses familles maroco-algériennes et d'expulser pas moins de 350.000 Marocains. La réalisatrice du film, Narjiss Nejjar, a choisi de parler de cette tragédie en véhiculant toute une série de messages subtils. «Je suis avant tout une citoyenne du Maroc mais aussi du monde», rappelle-t-elle. C'est d'ailleurs pourquoi ce film est destiné à entrer en résonance avec les conflits contemporains dans de nombreuses régions du monde. En outre, en choisissant d'aborder une telle thématique, la réalisatrice ne l'a pas fait de manière historique, sociale ou politique mais plutôt de manière humaine et esthétique, voire poétique dans ce drame qui sonne comme un écho à d'autres drames humains à travers le monde. Son but était de réussir à appréhender l'histoire à travers une figure qui incarnerait, à elle seule, toute la souffrance de ces centaines de milliers de Marocains séparés de leurs familles.
Histoire de femme
La réalisatrice signe encore une fois un beau film de femmes. Tout en nuance et d'une belle finesse, «Apatride» met en avant une femme à la fois forte et fragile qui tente de s'affranchir d'une situation donnée en empruntant le laborieux chemin de la liberté qui serait à même de lui garantir davantage de dignité. Le spectateur entre facilement dans cet appel au secours de Hénia, un personnage attachant, qui tente de se frayer une place dans le monde. Elle se sent exister dans le regard de l'autre, notamment celui de Mohad animé par un Avishay Benazra touchant mais ce ne sera qu'à l'arrivée de Lise (Julie Gayet), la femme de son amour d'enfance qui pourtant apportera fraîcheur et bonheur dans cette maison morose. Hénia se sent vivre, elle semble retrouver un semblant d'amour maternelle au point qu'elle en oublierait presque que cette française l'éloigne de l'amour de sa vie. Une fresque sociale lumineuse qui assume son côté sombre en salle dans tout le Maroc à partir du 6 mars. …


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.