Décès de Hosni Moubarak: Al-Sissi reçoit un message du roi Mohammed VI    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Nouveau coup dur pour Manchester City    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Maria Sharapova annonce sa retraite    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Ministère de la Santé : tests négatifs pour les 15 cas « possibles » de coronavirus    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Attijariwafa bank termine l'année 2019 sous le signe de la performance    Parricide à Salé: ce qui s'est réellement passé    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    La CSMD organise une séance d'écoute avec les représentants de la Confédération marocaine de l'agriculture et de développement rural    DFSK introduit ses SUV sur le marché marocain    Moins d'un Marocain sur deux en âge de travailler est actif    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Entretien avec SEM. LI Li, Ambassadeur de Chine à Rabat : « Le Maroc et la Chine ont fait preuve d'une haute confiance politique mutuelle et de soutien réciproque »    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Benabdelkader: Aucun nouveau cas de spoliation foncière d'autrui n'a été enregistré    Législatives iraniennes: Une très faible participation…    Ramid : Le bilan de la mise en œuvre du droit de pétition est en deçà des attentes    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Premier cas confirmé positif au coronavirus en Algérie    Saisie de fumigènes interdits, lors du match OCS- FAR    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Un Américain meurt en voulant prouver que la Terre est plate    Maintenir ou non le carnaval en Haïti    Rencontre sur la réforme du système judiciaire    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    Le Crédit Agricole du Maroc booste son soutien aux TPE et aux petites entreprises    Vers l'institutionnalisation des relations entre la Chambre des représentants et le Conseil saoudien de la Choura    Insolite : Pour sauver sa main    Une très grosse menace pèse sur l'Afrique    Divers    Eden Hazard Fissure de la cheville et gouffre d'inquiétudes    Botola Pro D2 : Aucune visibilité avant le dernier tiers de l'exercice    Divers sportifs    Les groupes "Meriem & Band" et "Khmissa" en concert à Casablanca et Rabat    Philippe Garrel revient à ses premières amours    3e édition de l'Afrique du Rire    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Apatride" de Narjiss Nejjar enfin en salles
Publié dans Les ECO le 21 - 02 - 2019

«Apatride», le dernier long métrage de la réalisatrice marocaine Narjiss Nejjar sera enfin en salles à partir du 6 mars. Le dernier opus de la réalisatrice des «Yeux secs» avait séduit la Berlinale en 2018 et a raflé le prix de la meilleure image au dernier Festival national du film de Tanger.
Film d'une beauté rare, «Apatride» raconte un drame vécu par une centaine de milliers de Marocains expulsés d'Algérie en 1975 et arrachés à leur famille en plein hiver au mois de décembre 1975. La caméra suit Hénia, brillamment interprété par El Ghalia Ben Zaouia qui se bat pour exister puisqu'elle n'a pas de carte d'identité nationale, le béaba de tout citoyen. Mystérieuse et triste, on suit la belle déambuler dans les beaux paysages de la frontière, perdue dans une maison où elle n'a pratiquement pas de repères avec une tante à peine présente qui lui promet un mariage avec un vieil homme aveugle (Aziz Fadili) alors qu'elle n'a d'yeux que pour son fils (Avishay Benazra). On apprend avec son père du côté de la frontière marocaine alors que sa mère a été forcée de rester en Algérie. Filmé à l'iranienne avec la dimension dramatique et la simplicité du cinéma chinois, Narjiss Nejjar réussi un film tableau où chaque plan est esthétiquement justifié. Ses acteurs sont justes et donnent de la profondeur à 95 minutes de pur bonheur.
Histoire d'une Jane Doe
Le film écume les silences car Hénia n'a pas de voix, elle n'existe pas ou à peine. Elle n'est pas reconnue par ses pays. Entre deux rives, elle cherche à quitter le père qui est le Maroc pour rejoindre la mère qui est l'Algérie mais sans carte d'identité, elle ne franchira pas les frontières. Elle ne peut même pas se marier. D'ailleurs ses va-et-vient à la préfecture sont d'une cruauté rare. L'héroïne grandit non loin de la frontière algérienne côté marocain et arrivée à l'âge de 35 ans elle n'a toujours qu'une seule et unique obsession : revenir en Algérie pour tenter de retrouver sa mère. Le film suivra le parcours de cette jeune fille hantée par une enfance déchirée par cet exil forcé qui n'a pas manqué de séparer de nombreuses familles maroco-algériennes et d'expulser pas moins de 350.000 Marocains. La réalisatrice du film, Narjiss Nejjar, a choisi de parler de cette tragédie en véhiculant toute une série de messages subtils. «Je suis avant tout une citoyenne du Maroc mais aussi du monde», rappelle-t-elle. C'est d'ailleurs pourquoi ce film est destiné à entrer en résonance avec les conflits contemporains dans de nombreuses régions du monde. En outre, en choisissant d'aborder une telle thématique, la réalisatrice ne l'a pas fait de manière historique, sociale ou politique mais plutôt de manière humaine et esthétique, voire poétique dans ce drame qui sonne comme un écho à d'autres drames humains à travers le monde. Son but était de réussir à appréhender l'histoire à travers une figure qui incarnerait, à elle seule, toute la souffrance de ces centaines de milliers de Marocains séparés de leurs familles.
Histoire de femme
La réalisatrice signe encore une fois un beau film de femmes. Tout en nuance et d'une belle finesse, «Apatride» met en avant une femme à la fois forte et fragile qui tente de s'affranchir d'une situation donnée en empruntant le laborieux chemin de la liberté qui serait à même de lui garantir davantage de dignité. Le spectateur entre facilement dans cet appel au secours de Hénia, un personnage attachant, qui tente de se frayer une place dans le monde. Elle se sent exister dans le regard de l'autre, notamment celui de Mohad animé par un Avishay Benazra touchant mais ce ne sera qu'à l'arrivée de Lise (Julie Gayet), la femme de son amour d'enfance qui pourtant apportera fraîcheur et bonheur dans cette maison morose. Hénia se sent vivre, elle semble retrouver un semblant d'amour maternelle au point qu'elle en oublierait presque que cette française l'éloigne de l'amour de sa vie. Une fresque sociale lumineuse qui assume son côté sombre en salle dans tout le Maroc à partir du 6 mars. …


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.