Bras de fer autour de Mellilia    La HACA sévit contre les dérapages : Carton rouge pour Radio Mars    Projet de loi organique sur la grève. L'impasse !    Procédure pénale. Aujjar livre sa copie    Sacré Maroc (12)    Habib El Malki invité à participer à la réunion de l'Assemblée parlementaire du Commonwealth    Le premier vice-président de la Chambre des conseillers décoré    Le Maroc primé à Libreville pour ses efforts en faveur de l'autonomisation de la femme    Maroc : 74% des ménages équipés en accès internet    Compact II : La CGEM et le MCA-Morocco main dans la main    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: Les chiffres montrent une nouvelle piste pour l'inclusion    Trésor: 4,6 milliards de DH de dividendes à fin juin    Al Omrane et le CNRST s'allient pour promouvoir la recherche en matière d'habitat    Commission des investissements : 9 projets à l'étude pour 5 MMDH    Hausse historique de 26,54% :Transport aérien : Plus de deux millions de passagers en juin    Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert    Trump se défend de tout racisme, silence des leaders républicains    Ursula von der Leyen verdit son discours pour convaincre le Parlement européen    La géopolitique du Maroc dans un nouvel ordre mondial en crise    L'Egypte expulse des supporters algériens après la demi-finale de la CAN    Au moins 180 morts de la mousson en Asie du Sud    Une délégation d'éminents hommes d'affaires africains en visite au Maroc    PSA augmente de 4,7% sa part de marché au Maroc    France. 282 personnes interpellées après la victoire de l'Algérie    L'organisation des Jeux Africains est un défi pour le Maroc, dixit Talbi Alami    Achraf Bencherki rejoint le Zamalek    La décision du TAS avant la fin du mois en cours    La FRMF dément la démission de Hervé Renard    Karaté. Le Maroc champion d'Afrique    L'Algérie mobilise 28 avions pour la finale    Un ancien footballeur sud-africain tué par balles    Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion    La loi-cadre de l'enseignement adoptée en commission parlementaire    Des braqueurs de camions sous les verrous    La plage Ba Kassem à Tanger hisse le Pavillon bleu pour la septième année consécutive    Lutte contre le sida en 2018: Ombres et lumière    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: A 33 contre 28, les jeux arrivent devant les espaces verts    Résultats du Bac: Nouveau record!    Le Groupe scolaire Jacques Chirac homologué    Rendez-vous, ce soir, avec l'éclipse lunaire    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    Il était une fois Hassan Megri    L'actrice Lashana Lynch va devenir l'agent 007 mais James Bond reste un homme    De l'urgence d'un plan «Maroc Culture»    The «Morocco Corner» s'invite chez les Vikings    Vers la création d'une Caisse sociale pour les auteurs    Farid Chamekh : "Il faut s'inspirer de tout, sans plagier bien sûr"    Le Maroc, invité d'honneur de la Foire internationale du livre de Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival Gnaoua et musiques du monde. Grande fête de la culture !
Publié dans Les ECO le 24 - 06 - 2019

Trois jours de festivités, trois jours de bonheur et de partage qui ont fédéré le Monde à Essaouira. Rues et concerts bondés, musique à tous les coins de rue,... la 22e édition du Festival Gnaoua et musiques du monde a tenu toutes ses promesses. Coulisses d'un festival à l'âme africaine, au coeur marocain et à l'esprit «citoyen du monde»
Place Hassan II. Le temps se fige, la musique commence. Le moment est d'une rare intemporalité. Si le concert ne se passait pas à Essaouira, il aurait pu se passer au coeur de la Havane ou en pleine savane africaine pendant un rituel zoulou. Telle est la magie d'Essaouira. Rassembler la magie de l'Afrique, puiser ses racines dans le monde et les offrir à un public avisé et chanceux. Une première soirée de festival qui a donné le ton à une 22e édition pleine de temps forts.
Tagnaouite à l'âme africaine
Pour le début des festivités, Hassan Boussou, le plus international des mâalems, a su fusionner sa musique avec celle, afro-cubaine, d'Osain Del Monte. Un concert de toute beauté où les deux groupes se sont rejoints sur les rythmes et les tempos du berceau de l'humanité. Tantôt les percussions, tantôt les danses endiablées, les instruments et les voix ont communié pour offrir un spectacle passionné. «Je ne connaissais pas la musique Gnaoua, j'avais un peu peur au départ mais lorsque nous avons commencé, j'ai pris confiance. La passion commune pour la musique et notre héritage commun ont créé cette magie de la fusion. C'était génial!», confie Adonis, directeur du groupe, percussionniste, danseur et multi-instrumentaliste. Maâlem Hassan Bassou, heureux de la fusion, explique que les répétitions, rares, se sont très bien passées et que la musique cubaine, chère à son coeur, est une musique africaine. «Les rythmes et les tempos sont pareils, on a tout de suite trouvé des terrains d'entente. Ce n'est jamais facile de fusionner mais avec Osain Del Monte, ça l'était un peu plus. Ils sont ouverts et passionnés». Dans un univers plus pop, l'auteur-compositeur, arrangeur, chanteur, joueur de balafon et guitariste virtuose, Moh! Kouyaté a proposé un concert métissé avec Maâlem Omar Hayat, disciple de Mahmoud Guinéa. Une fusion pleine de grâce et de talent qui a été suivie par un concert «père-fils» proposé par les maâlems Abdelkebir et Hicham Merchane.
Grande fête de la musique
Après des concerts qui ont marqué comme ceux de Nabyla Maan , Betweenatna, Baloji ou encore de troupes de maâlems aussi talentueuses et rigoureuses les unes que les autres, un des moments les plus marquants de cette édition est sûrement le concert du vendredi 21 juin du groupe Blues touareg Tinariwen. Saisissant et minimaliste, le groupe qui défend les libertés, les belles valeurs sur des mélodies envoûtantes, a invité le public d'Essaouira à un voyage au coeur du désert. Un enchantement pour les oreilles et les coeurs. Et quand le grand maâlem Mustapha Baqbou se permet une fusion avec le groupe, le résultat est empreint de justesse et d'humanité. Un grand moment de musique a marqué cette belle édition, ponctuée par les grands débats et les moments d'échanges harmonieux comme cette nouvelle édition du Forum des droits de l'Homme autour de la force du la culture face à la culture de la violence. Un parterre de personnalités du monde entier s'est posé la même question pendant le festival. Si la culture est un bouclier contre toute forme de violence pour Laure Adler, citant l'exemple des migrants et soulevant la question de l'hospitalité et d'un pacte social avec l'Humanité, Abdelkrim Jouaiti explique que toutes les sociétés sont violentes et qu'elles passent toutes par des cycles de violences. Des échanges riches ont soulevé le rôle de la culture comme pour le cas de Mohamed Rafiki qui sort de l'obscurantisme grâce aux livres et au cinéma, Mouna N'Daye et Seif Kousmate qui font la différence et parlent des minorités à travers leur art, ou aux enfants de Sidi Moumen de Mahi Binebine dont les centres un peu partout au Maroc créent le miracle. En revanche, pour Edwy Plenel, la culture n'est pas suffisante pour éviter la barbarie puisque si les sociétés pensent que leur culture est supérieure à une autre, ils font preuve de barbarie. Quant au concert de clôture, après que l'excellent Hamid El Kasri ait envoûté la place Moulay Hassan et transformé en karaoké géant, le groupe Third World est venu fêter ses 45 ans d'existence au festival. Des musiciens de grand talent, véritables ambassadeurs de la musique Reggae qui se permettent une reprise de «Con te partiro» d'Andrea Bocelli qui donne la chair de poule. Une édition qui restera à jamais dans les annales du Festival Gnaoua et musiques du monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.