Un autre pays ouvre un consulat général à Dakhla    Le 3ème Forum Maroc-Etats insulaires du Pacifique se conclut par la « Déclaration de Laâyoune »    Résultats annuels : Un chiffre d'affaires en hausse de 3,8%, et un bon comportement de l'automobile    Plafonnement des honoraires : Une grève au menu pour les notaires    Immatriculation des véhicules : Près de 900.000 cartes grises délivrées    Fès : arrestation de deux individus pour implication présumée dans le détournement de médicaments publics    La NARSA met le paquet dans un vaste programme de sensibilisation    Coronavirus: l'Arabie saoudite suspend l'octroi de visas à sept nationalités    La direction des prisons répond à un proche de Zefzafi    Le Conseil de la concurrence se penche sur son inventaire de l'année 2019    Coronavirus / Maroc: le nombre de cas suspects en hausse    Brexit : Londres songe à se retirer des négociations dès juin    Mais où est Obama ? Le grand absent omniprésent face à l'ascension de Sanders    60e anniversaire du séisme d'Agadir    Agadir abrite le 27ème Rallye Maroc Classic en mars    Raja-Mazembe: à quelle heure et sur quelles chaînes ? (Champions League)    La FRMF annule la suspension à vie de l'arbitre Hicham Tiazi    Fouad Chafik prolonge avec Dijon!    Le Maroc, est-il une nation moderniste?    Sahara marocain: le Parlement espagnol précise sa position    La République dominicaine soutient l'intégrité territoriale du Maroc, au niveau des Nations unies    Il y a 60 ans, Agadir: Penser la catastrophe    Création à Kinshasa d'une Chambre de commerce RDC-Maroc    L'armée syrienne tue plus de trente soldats turcs dans la région d'Idlib    Nadia Fettah Alaoui : Le tourisme contribue de 7% au PIB national    Hakim Ziyech s'offre une nouvelle villa aux Pays-Bas    Célébration aujourd'hui du 13ème anniversaire de S.A.R la Princesse Lalla Khadija    La politique immobilière nationale décortiquée par le CESE    Le coronavirus plombe l'économie    Ligue des champions : Le Raja à l'assaut du Tout Puissant Mazembe    Divers sportifs    Moutaouali, la perle du Raja    La CCISCS scelle un partenariat avec l'AFEM    Bouillon de culture    L'Emir du Qatar reçoit Fouad Ali El Himma à Doha    L'OMDH demande la mise en adéquation des lois nationales avec les conventions internationales signées par le Maroc    Plaidoyer pour un modèle de démocratie participative et inclusive    Aucun cas de Coronavirus enregistré au Maroc    Le parc Murdoch victime d'un vandalisme aveugle    Caravane multidisciplinaire    Record absolu d'œuvres vendues en 2019 sur le marché de l'art    Avant une cérémonie sous tension, les César nomment une présidente par intérim    Oualas : Bilan exceptionnel du 3ème Festival "Afrique du rire"    Un don de Patrice de Mazières au profit des Archives du Maroc    Jeudis cinéma droits humains : Projection du film « Khartoum Offside»    «Trio Sophia Charaï» à l'Institut Cervantès de Casablanca    Taza à l'heure du 2e forum provincial pour la culture et le travail associatif    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Casablanca en quête d'un air plus frais
Publié dans Les ECO le 26 - 06 - 2019

Les nouveaux contrats de gestion déléguée des déchets et de nettoiement dans la métropole sont entrés en vigueur, ce mardi 25 juin 2019. Un événement qui "fera date dans l'histoire de la ville", considère-t-on. Pourvu que ce ne soit un nouveau pétard mouillé de ceux qui ont été élus pour améliorer la qualité de vie des Casablancais.
Les huit nouveaux contrats, dont le budget annuel est estimé à 893 millions de dirhams sur une période de 7 ans, ont comme particularité, l'obligation de résultats, l'amélioration de la qualité des prestations, la collecte nocturne, l'initiation au tri bi-flux, l'aménagement des points de regroupements des conteneurs, l'équipement de certains quartiers par la conteneurisation enterrée, avec un contrôle informatisé instantané afin d'atteindre une meilleure qualité des prestations et une satisfaction des Casablancais qui seront la cible de campagnes de sensibilisation quant à la nécessité de garder leur ville propre.
Averda et Derichebourg doivent, ainsi, mettre en œuvre tous les moyens matériels nécessaires (parc roulant, en qualité et en quantité, une conteneurisation suffisante et adaptée à la typologie d'habitat, matériel du balayage et autres accessoires) et le personnel (cadre et agents d'exécution) ayant les qualités et les compétences professionnelles requises pour accomplir les tâches prévues par le cahier des charges.
Cela aurait pu être une bonne nouvelle pour les citoyens, mais au vu des expériences précédentes et des couacs répétitifs dans la gestion de ce secteur, c'est le scepticisme qui règne, voire le désintérêt pour des Casablancais plus préoccupés par les parasols et la baignade.
Les plus optimistes qui attendent pour voir si les prochains mois apportent du nouveau dans le secteur, dont la mauvaise gestion, au cours des dernières années, est pointée du doigt.
"Il suffit de se rendre dans certains coins de la ville pour constater de visu que la métropole n'est plus blanche et que des points noirs persistent partout", regrette un Casablancais.
Les déchets de différents types traînent, a fortiori, sur les trottoirs, au coin des grandes artères et rues ou à côté des terrasses de cafés et restaurants, formant des conglomérats de bacs individuels ou collectifs éparpillés un peu partout. C'est le constat général fait par les autochtones que par les passagers.
Bref, on se trouve souvent face à des décharges à ciel ouvert avec des relents insoutenables des fois même à quelques pas de lieux très fréquentés par des touristes, comme c'est le cas, à titre d'exemple, des environs de la gare ferroviaire de Casa Port et le centre-ville historique.
Même avant de signer les nouveaux contrats avec les deux délégataires, nul ne peut nier le fait que la gestion des déchets à Casablanca a toujours posé un grand problème malgré la désignation des précédentes sociétés délégataires et un projet de décharge écologique à l'étude, fait remarquer un observateur, rappelant l'échec de Sita Blanca, filiale de Suez Environnement, dont le contrat avec la ville a été résilié début 2018.
Si le système de collecte des déchets est un système complexe, qui fait intervenir de nombreux acteurs publics et privés, renchérit un écologiste, on oublie souvent que le problème de l'accumulation des déchets est aussi le fait des citoyens, qui n'hésitent plus à utiliser la rue comme dépotoir.
Deux phénomènes contradictoires apparaissent alors. A la fois, les gens veulent se débarrasser le plus vite possible de leurs poubelles, quitte à les jeter n'importe où et en même temps, beaucoup d'habitants ne supportent plus les décharges, supposées être les lieux de stockage des déchets. Si une police de l'environnement a déjà vu le jour pour lutter le phénomène des ordures dans l'espace public, sensibiliser les opérateurs qui produisent de grandes quantités de déchets et veiller au respect du cahier des charges, les associations de protection de l'environnement qui œuvrent sur le terrain n'ont eu de cesser d'appeler à une action concertée et une coopération plus étroite avec cette police.
Dans le cas des décharges, explique encore cet écologiste, la question qui se pose à terme reste de savoir si on peut continuer sur le modèle de la décharge contrôlée et la méthode par enfouissement. D'après l'évaluation des différentes organisations de la société civile, il est temps de passer à une autre méthode de gestion des déchets à travers leur valorisation par le tri à la source et le recyclage.
Les acteurs associatifs pointent, le plus souvent du doigt, la décharge de Médiouna, à destination de laquelle quelque 4.000 tonnes de déchets sont transportés tous les jours, et tout ce qui s'ensuit comme nuisances écologiques aux riverains. Après 30 ans d'enfouissement, c'est devenu une bombe à retardement pour toute la métropole.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.