Coronavirus : 45 nouveaux cas, 7.967 au total, jeudi 4 juin à 10h    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    El Othmani chez les députés jeudi prochain    Samir: La capacité de stockage louée à l'Onhym    L'APD se penche sur la résilience des entreprises post-Covid    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Crime social    Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Evolution de la pandémie: Les modèles prédictifs risqués    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Les principaux secteurs de l'économie nationale accusent le coup de la pandémie    Benzema a très envie de revenir à la compétition    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    Casablanca-Settat: Ce qu'il faut retenir de la 1ère réunion du comité régional de vigilance économique    Coronavirus: 56 nouveaux cas mercredi à 18 heures, 6866 guérisons    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    Le roman de Saeida Rouass adapté à l'écran par un producteur hollywoodien    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Réflexions sur quel Maroc de l'après covid-19?    ONU: les ambassadeurs de Suisse et du Maroc à New York lancent le processus    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Trois millions de personnes affiliées à la CNSS    Naples pense à Oussama Idrissi    Lions de l'Atlas: Feddal sur les traces de Naybet?    Madrid ne jouera plus à Bernabeu cette saison    Tourisme : les opérateurs se mobilisent pour la relance du secteur    Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Migration illégale. Comment retenir les mineurs au Maroc
Publié dans Les ECO le 18 - 07 - 2019

Selon la presse espagnole, le gouvernement régional catalan se penche sur un projet social visant à réduire les arrivées des jeunes migrants marocains en leur offrant des opportunités de travail auprès des entreprises catalanes basées dans le royaume.
Le gouvernement régional de Catalogne a décidé de prendre le taureau par les cornes en ce qui concerne le dossier des mineurs marocains arrivant dans cette communauté. Selon le pure-player espagnol www.eldiario.es, l'Exécutif catalan veut s'attaquer au problème à la source, en allant à la rencontre de ces jeunes au Maroc. D'après les sources de ce journal, le gouvernement catalan finalise un projet de coopération dans lequel il compte impliquer des entités sociales marocaines, afin de dissuader les jeunes migrants de prendre le large. Appelé «Al Amal», le programme en question compte offrir aux jeunes candidats à l'immigration des alternatives au projet migratoire aux conséquences incertaines, voire funestes dans certains cas. L'initiative fera la part belle à la mise en place de projets socioprofessionnels, créateurs d'emplois et générateurs de revenus. Ledit programme sera décliné en quatre phases. L'initiative émane du ministère local en charge du travail et des affaires sociales. Un département géré par un responsable d'origine marocaine, Chakir El Homrani. Cette administration catalane confiée à l'ex-syndicaliste et militant a écarté l'envoi d'éducateurs de la région. Celle-ci penche plutôt pour une participation des autorités locales afin de créer des opportunités au profit des jeunes prétendants marocains à l'immigration irrégulière.
De même, les promoteurs de cette initiative veulent impliquer les entreprises catalanes présentes au Maroc pour qu'elles s'engagent auprès de ces jeunes migrants en leur offrant des opportunités d'insertion professionnelle. Le projet en est toujours à la phase de prospection et d'analyse. Il devrait être décliné avec le concours de l'administration locale et des ONG marocaines ayant à leur actif une solide expérience en matière de gestion de projets similaires. Il est aussi question de sensibiliser les jeunes aux risques de l'immigration irrégulière et les dangers qu'ils encourent seuls dans la rue, une fois arrivés en Espagne.
À cet effet, des missions seront organisées dans les zones considérées comme le point de départ des enfants migrants, à savoir Tanger et Tétouan. L'autre aspect de cette initiative est de faire en sorte que les mineurs qui arrivent en Catalogne continuent à entretenir des liens avec leur famille restée au Maroc. Réalistes, les initiateurs du projet sont conscients du fait que dissuader la totalité des candidats est mission impossible. Si, malgré ces efforts, les jeunes migrants exécutent leur projet migratoire, le gouvernement catalan prévoit de mettre à la disposition du jeune migrant les moyens d'établir des contacts téléphoniques et par Internet avec ses proches, dans le but d'éviter son déracinement. D'après les statistiques du gouvernement catalan, plus de 79% des jeunes migrants foulant cette prospère région espagnole sont originaires du Maroc. Selon la Direction générale en charge de l'enfance et de l'adolescence, 1.129 mineurs marocains sont arrivés en Catalogne à fin juin 2019, soit 46 migrants de plus que l'année précédente.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.