Les parlementaires du PPS disent non au PLFR 2020    Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement    Amnesty. Première gifle de Tel Aviv    Covid-19: comment la France a célébré le 14 juillet    Du sang neuf à SG Maroc    Covid-19: Khalid Ait Taleb tire la sonnette d'alarme    Enseignement supérieur : Examens exceptionnels au profit des étudiants bloqués à l'étranger    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Présidentielles Polonaises: Réélection d'Andrzej Duda    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Orientation pédagogique : L'Université Mohammed V de Rabat conseille ses étudiants potentiels    Nouvelle rencontre réussie du président de l'ANME avec le ministre Othmane El Ferdaous    Remaniement ministériel en Tunisie    Le projet de loi de finances rectificative adopté par la Chambre des représentants    Air Arabia Maroc lance son programme de vols spéciaux    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Le roi Mohammed VI a écrit à Emmanuel Macron    Covid 19 : 111 nouveaux cas et 469 nouvelles guérisons ce mardi à 10h    Coronavirus : 111 nouveaux cas, 16.047 cas au total, mardi 14 juillet à 10h    Foot. Le Real se rapproche du titre    Impact Covid-19 – Tourisme : Le plan de relance en Conseil de gouvernement    France. Un 14 juillet pas comme les autres    Pêche au poulpe à Dakhla : Le quota global est fixé à 15.000 tonnes    Mauvaise gestion du patrimoine architectural de Casablanca: Le gouverneur limogé    Mahi Binebine n'ira pas à Perpignan    Un centre de ressources collaboratif pour la culture    Premières élections régionales en Espagne depuis la pandémie    Une première médicale à Dakhla    L'approvisionnement en eau potable pose problème à Meknès et Fquih Ben Saleh    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    La province de Jerada se dote d'un marché moderne de bestiaux    Spike Lee appelle à déboulonner les statues à l'effigie des "héros" des Etats esclavagistes    Devant du public, la rentrée tonitruante des "Quatre fantastiques" du PSG    La reprise de la demande intérieure pourrait faire rebondir l'économie marocaine en 20214    Feddal débarque au Sporting Lisbonne    Pour Mendy, le pic de forme arrive à point nommé    Pourquoi Christopher Nolan ne veut pas de chaise sur ses tournages ?    Le CCM dévoile les projets de films admis à l'avance sur recettes    Le Bureau politique regrette que la majorité n'ait pas été associée à la préparation de la loi de Finances rectificative    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Abdeladim Chennaoui    Victime de ses clusters : Tanger en portes closes    Mauvaises langues    Le détournement des aides humanitaires destinées aux camps de Tindouf se poursuit    Liga: Lionel Messi égale Thierry Henry !    Essaouira reprend son souffle    Manchester City: le TAS annule la sanction de l'UEFA    Lekjaâ veut un contrat programme entre la FRMF et la DTN    Un artiste charismatique s'en va    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le 4e Sommet mondial de l'alimentation sous l'angle des ODD
Publié dans Les ECO le 29 - 08 - 2019

Cette année, l'objectif du sommet, qui s'ouvre aujourd'hui à Copenhague, est de discuter des solutions concrètes à adopter pour transformer le système alimentaire mondial tout en assurant la sécurité alimentaire ainsi que l'amélioration de la santé et de l'efficacité des ressources.
Le 4e Sommet mondial de l'alimentation (29 et 30 août) s'ouvre aujourd'hui à Copenhague, au Danemark, sur le thème «Vers un système alimentaire mondial sain et durable pour les peuples et la planète». L'événement aura notamment lieu en présence de ministres, leaders d'opinion, chefs d'entreprises, universitaires et représentants de la société civile en provenance des quatre coins du monde. Cette année, les participants au sommet se baseront sur les objectifs de développement durable des Nations Unies (ODD), pour discuter des solutions concrètes à adopter pour transformer le système alimentaire mondial tout en mettant l'accent sur la garantie de la sécurité alimentaire et l'amélioration de la santé et de l'efficacité des ressources.
Diminuer l'impact de la production alimentaire sur l'environnement
«Les chercheurs ont montré que l'impact de la production alimentaire sur l'environnement augmenterait de 50 à 90% d'ici 2050 en raison de la croissance démographique et de la hausse des revenus, à moins que la production et la consommation d'aliments deviennent plus durables», indique Mogens Jensen, ministre de l'Alimentation, de la pêche et de l'égalité des chances et ministre de la Coopération nordique, qui souligne que cette question doit être prise au sérieux. «Si nous voulons vraiment réduire notre empreinte climatique, nous devrons prendre des décisions difficiles et décider des produits alimentaires que nous aurons à l'avenir, et comment nous pouvons les produire et les consommer. L'agriculture et la production alimentaire mondiales doivent être respectueuses du climat. Nous devons agir maintenant», ajoute-t-il. Pour confirmer ses propos, l'hôte du 4e Sommet mondial de l'alimentation a notamment rappelé le dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) des Nations Unies. Intitulé «Changement climatique et état des sols», celui-ci montre que le secteur agroalimentaire contribue de 21 à 37% aux émissions anthropiques totales de gaz à effet de serre.
Changer d'alimentation et de modèle agricole
Selon ce rapport, l'agriculture est à la fois l'une des principales causes du dérèglement climatique et l'une des victimes qui en subit les plus dures conséquences. Exemple: d'ici 2030, une hausse de 20% de la production de riz sera nécessaire pour nourrir la demande croissante en Chine, poussée par l'accroissement de la population et l'amélioration du niveau de vie. Chaque degré de réchauffement réduit les rendements de blé de 6%, de riz de 3,2%, de maïs de 7,4% et de soja de 3,1%. Or, ces cultures fournissent actuellement deux tiers des apports en calories de l'humanité et les revenus de millions d'individus. L'augmentation de la concentration en dioxyde de carbone dans l'atmosphère provoque aussi une baisse de la concentration en zinc et en fer des céréales et des légumes. Les carences en oligo-éléments sont déjà un problème sanitaire majeur, affectant la vie de près de 2 milliards d'êtres humains. Près de 63 millions en meurent chaque année. Alors, face à cela, que préconise le GIEC? Les experts préconisent un changement d'alimentation et de modèle agricole, tout en se gardant de soutenir ouvertement un régime alimentaire spécifique. C'est sur cela que va se pencher ce 4e Sommet mondial de l'alimentation à travers une panoplie d'ateliers et de tables rondes, en plus d'une cérémonie de signature des engagements en matière de qualité d'information, de sécurité et de prévention du gaspillage alimentaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.