Le roi Mohammed VI a félicité Antonio Guterres    Russie: Une Américaine disparue mardi a été retrouvée morte, un suspect arrêté    Météo Maroc: les prévisions pour le dimanche 20 juin 2021    Le Maroc change de fusil d'épaule...    Clôture de l'exercice combiné maroco-américain « African Lion 2021 » au Cap Draâ [Vidéo]    Ligue des Champions : Le WAC s'incline à domicile face à Kaizer Chiefs    Les remises exceptionnelles dans les hôtels étendues à tous les Marocains    Covid-19: les Etats-Unis offrent 2,5 millions de doses de vaccins à Taïwan    Le rapport médical de Soulaimane Raissouni révèle qu'il se porte bien    Euro 2020 : La France tenue en échec par la Hongrie    Hillary Clinton ressort sa photo en caftan (PHOTO)    Raja: Chebbi dévoile le prix de Rahimi    Le Paris Saint-Germain fait une nouvelle proposition pour Hakimi    La terre a tremblé ce samedi dans cette province du Maroc    Fès: les exportations d'artisanat ont baissé en 2020    Officiel : Le huis clos pour les deux demi-finales africaines du Wydad et du Raja    Covid-19 au Maroc : 439 cas et 4 décès enregistrés en 24 heures    Le Maroc reçoit un million de doses du vaccin Sinopharm    Covid-19: le nombre de décès à la baisse en France    Amal Saqr fait des confidences sur sa vie privée (VIDEO)    Handball / Avant-dernière journée : La Rabita bat le KACM à Marrakech    Fin de la deuxième épidémie d'Ebola en Guinée    Casablanca: la gare Oulad Ziane rouvrira bientôt ses portes    Chine/Covid-19: l'aéroport de Shenzhen annule des vols après un cas positif    Le roi Mohammed VI, personnalité de la semaine selon le quotidien hollandais NRC Handelsblad    Commissions paritaires/ Ministère de la Jeunesse et Sports : L'UGTM remporte largement les élections dans les provinces du sud    Bourse de Casablanca: l'essentiel du résumé hebdomadaire    Aïd al-Adha 1442 (2021) : 5,8 millions de têtes d'ovins et caprins identifiées    Encore 3 000 migrants à Sebta, un mois après la marrée inédite    La titrisation est un formidable moyen pour libérer des capacités de financement    Copa America : L'Argentine bat l'Uruguay et se hisse en tête    Union Africaine: une pléiade d'experts africains appellent à exclure le polisario    Salé: un policier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Clôture au Cap Draâ des manœuvres militaires maroco-américaines    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    Antonio Guterres officiellement reconduit pour un second mandat de Secrétaire général de l'ONU    Inde: mort du « Flying Sikh » Milkha Singh, l'un des sportifs les plus célèbres du pays    BBC News: Le ministre des Finances du Qatar arrêté dans le cadre d'une enquête pour corruption    Pérou: 27 morts dans un accident d'autocar    En Colombie, le blocage des routes ne sera plus considéré comme manifestation pacifique    Je suis venu travailler au Qatar pour poursuivre mes rêves, mais ma vie est un cauchemar    Etat civil : la nouvelle loi finalisée    Voici pourquoi un bon nombre de stars de la chanson française sont à Marrakech    [Interview avec Nabil Ayouch] «Haut et fort», de Casablanca à Cannes    Rabat : La joie au coeur de l'exposition « Joy »    Bientôt un prix national des meilleures publications dans les encyclopédies digitales    «Le Feu qui forge» : Une exposition collective à L'Atelier 21    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le 2 septembre 1909 : Exécution de Rogui «Bouhmara»
Publié dans Les ECO le 02 - 09 - 2019

Le 2 septembre 1909, Jilali ben Driss Zerhouni el Youssefi surnommé Rogui Bou Hmara, le sultan contrefait du Maroc, a été exécuté, mettent ainsi fin à sa rébellion que les journaux français ont décrit comme «guerre civile marocaine».
Entre 1902 et 1909, Bou Hamara dirigea une rébellion dans l'Oriental, profitant de la situation politique turbulente de l'époque et de la faiblesse de l'autorité centrale pour convaincre beaucoup qu'il était le fils aîné du sultan Moulay Hassan I, dont il détenait également le sceau.
Bou Hmara est né en 1860 dans le village de Ould Youssef au nord de Zerhoun, au nom de Jilali Ben Idriss Zerhouni el Youssoufi, surnommé Bou Hamara, ll tient son surnom du fait qu'au début de sa mutinerie, il usurpa l'identité du frère du sultan, Moulay M'hammed en utilisant une ânesse. Cette posture avait pour but d'unir autour de lui les Marocains, qui avaient une dévotion profonde pour le frère aîné de Abdelaziz et fils de Hassan Ier, tout en se montrant proche du peuple. Il souleva les tribus en s'imposant comme le défenseur de la religion islamique et en dénonçant les abandons successifs de pouvoirs de la nation à la France et l'Angleterre.
Il a été nommé à la cour de Moulay Hassan Ier après avoir été diplômé de la prestigieuse université de Kayraouine au corps des Tolba Mouhendissine mais aussi à Tlemcen, à Alger avant de recevoir une bourse en France où il aurait obtenu le diplôme d'ingénieur topographe dans la prestigieuse Ecole des ponts et chaussées.
Il devint, quelque temps, le secrétaire de Hassan Ier, sultan du Maroc, avant d'être emprisonné quelque temps pour falsification.
Après avoir quitté la prison, Bou Hmara s'est rendu compte qu'il pouvait se faire passer pour Moulay Mohamed, profitant de sa connaissance approfondie des affaires judiciaires grâce au temps passé au palais.
La première chose qu'il fit, fut de se déplacer vers l'Algérie. En 1902, il revint à Fès, qui était en ébullition après l'assassinat du missionnaire britannique, David Cooper. Jilali a profité de cette ébullition pour se déplacer dans les montagnes afin de lancer sa rébellion et obtenir le soutien de nombreuses tribus de l'est du pays, qu'il a réussi à convaincre qu'il était le frère du sultan Moulay Abdel Aziz et qu'il se déclarait sultan.
Jusque-là, le sultan Abdul Aziz n'a pas pris Bou Hamara au sérieux et lui a envoyé une armée dirigée par son frère cadet, qui a été vaincue, permettant ainsi l'invasion de l'est du Maroc par Bou Hamara pour atteindre les portes de Taza, occupée par l'armée de 15.000 hommes.
Abdel Aziz a ensuite libéré son frère emprisonné, afin de dévoiler la supercherie de Bou Hmara, mais la certitude de ses partisans n'a pas changé : Abdel Aziz a envoyé une autre armée pour éliminer Bou Hamara, campagne qui s'est soldée par une nouvelle défaite qui a conféré une plus grande légitimité à Bou Hmara, selon selon l'historien CR Pinell.
En janvier 1903, Abdel Aziz, remporte une première victoire, puis une deuxième en mai, ce qui contraignit Bou Hmara à se retirer loin dans l'Oriental où il régna pendant 6 années.
En 1909 Le sultan Abdelhafid, qui avait renversé son frère Abdel Aziz, en 1908, activement aidé par la France, en munitions et en officiers encadrant la M'halla du sultan. Voyant son armée décimée et sa fin proche, il se réfugia dans une mosquée de la zaouïa Darkaouia, croyant que sa vie serait épargnée. En dépit de leur caractère sacré, les lieux furent bombardés et détruits par l'artillerie lourde fournie au sultan par ses alliés français. Jilali Zerhouni, ses lieutenants, Ben Jilali, Si Allal Zemrani, Aakka... Ses femmes, ses enfants sont finalement capturés avec 400 survivants de ses soldats et de son personnel le 21 août 1909 et emmené à Fès.
À la suite de traitements inhumains, seuls 160 des 400 prisonniers arrivèrent vivants à destination. Le 2 septembre 1909, Bou Hmara est torturé une dernière fois et exécuté par dépeçage en public, puis livré aux fauves avec 32 de ses partisans. Ce qui resta de sa dépouille est incinérée à Bab Al Mahrouk, mettant ainsi fin à des années de guerre civile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.