Tawtik.ma : Plus de 400.000 opérations gérées annuellement sur la plateforme    Forum Sino-Arabe : une alliance stratégique renforcée    Interview – NoboxLab: Une startup tangéroise qui promeut la formation à distance    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 3 juillet    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Bac au Maroc: coup d'envoi des examens    Edito : Bac    Mohamed Ziane écope d'une année de suspension d'exercice de la fonction    Une hausse pour démarrer le mois de juillet    Bac: Comment la Covid a façonné la nouvelle ingénierie    Covid19: 218 nouveaux cas ce jeudi à 10h00    Musées: Le ministère de la Culture appuie la FNM    Et si Casablanca retrouvait son statut de «ville monde»?    Le Maroc réitère sa demande à Amnesty international    Toutes les mesures de prévention ont été prises pour la sécurité sanitaire des candidats    Aymane Mourid signe à Leganés jusqu'en 2024    Championnat national virtuel de muai-thaï    Installation à Lima du groupe d'amitié parlementaire Pérou-Maroc    Le CSPJ plaide pour la préservation de l'indépendance de la justice    Plan israélien d'annexion : le groupe arabe auprès de l'Unesco, présidé par le Maroc, vent debout contre le projet    Amekraz/CNSS. Il y'a encore plus grave    Le CMC plaide pour un Etat stratège, régulateur et soucieux d'améliorer le niveau de vie des populations    L'appel de la Palestine à la communauté internationale pour contrecarrer l'arbitraire israélien    Chômage et inégalités obèrent les politiques publiques    Hausse des subventions accordées aux agriculteurs de la région du Gharb en 2019    Mohamed Tahiri, directeur de l'enseignement supérieur et de l'innovation pédagogique    Nasser Bourita : La pandémie, un test pour la capacité du multilatéralisme à innover    Le WAC se prépare à défendre son titre    Marocains bloqués à l'étranger: rapatriement d'un nouveau groupe depuis l'Égypte    Après l'allégement des mesures de confinement, la reprise des tournages fait face à une série de difficultés    Nouvelles "mesures de résistance" en faveur du cinéma    Cinq œuvres de réalisateurs marocains subventionnées par Doha Film Institute    Driss Lachguar préside vendredi et samedi trois réunions régionales    Lions de l'Atlas. Chadli pour succéder à Revel ?    Lampard a déjà un programme pour Ziyech    Les allégations des adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume mises à nu    Détournement de l'aide par le polisario et l'Algérie: le Parlement européen se saisit officiellement de l'affaire    Officiel: Achraf Hakimi rejoint l'Inter    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    Novak Djokovic testé négatif au coronavirus    Conflit israélo-palestinien: Des voix prônent la paix alors que la colère gronde à Gaza    Birmanie : au moins 113 morts dans un glissement de terrain dans des mines de jade    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Comment Kabila détournait les richesses de la RDC    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    Liga: un Marocain signe à Leganés    Visite de soutien et de solidarité du Premier secrétaire à l'Ambassadeur de Palestine à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le 2 septembre 1909 : Exécution de Rogui «Bouhmara»
Publié dans Les ECO le 02 - 09 - 2019

Le 2 septembre 1909, Jilali ben Driss Zerhouni el Youssefi surnommé Rogui Bou Hmara, le sultan contrefait du Maroc, a été exécuté, mettent ainsi fin à sa rébellion que les journaux français ont décrit comme «guerre civile marocaine».
Entre 1902 et 1909, Bou Hamara dirigea une rébellion dans l'Oriental, profitant de la situation politique turbulente de l'époque et de la faiblesse de l'autorité centrale pour convaincre beaucoup qu'il était le fils aîné du sultan Moulay Hassan I, dont il détenait également le sceau.
Bou Hmara est né en 1860 dans le village de Ould Youssef au nord de Zerhoun, au nom de Jilali Ben Idriss Zerhouni el Youssoufi, surnommé Bou Hamara, ll tient son surnom du fait qu'au début de sa mutinerie, il usurpa l'identité du frère du sultan, Moulay M'hammed en utilisant une ânesse. Cette posture avait pour but d'unir autour de lui les Marocains, qui avaient une dévotion profonde pour le frère aîné de Abdelaziz et fils de Hassan Ier, tout en se montrant proche du peuple. Il souleva les tribus en s'imposant comme le défenseur de la religion islamique et en dénonçant les abandons successifs de pouvoirs de la nation à la France et l'Angleterre.
Il a été nommé à la cour de Moulay Hassan Ier après avoir été diplômé de la prestigieuse université de Kayraouine au corps des Tolba Mouhendissine mais aussi à Tlemcen, à Alger avant de recevoir une bourse en France où il aurait obtenu le diplôme d'ingénieur topographe dans la prestigieuse Ecole des ponts et chaussées.
Il devint, quelque temps, le secrétaire de Hassan Ier, sultan du Maroc, avant d'être emprisonné quelque temps pour falsification.
Après avoir quitté la prison, Bou Hmara s'est rendu compte qu'il pouvait se faire passer pour Moulay Mohamed, profitant de sa connaissance approfondie des affaires judiciaires grâce au temps passé au palais.
La première chose qu'il fit, fut de se déplacer vers l'Algérie. En 1902, il revint à Fès, qui était en ébullition après l'assassinat du missionnaire britannique, David Cooper. Jilali a profité de cette ébullition pour se déplacer dans les montagnes afin de lancer sa rébellion et obtenir le soutien de nombreuses tribus de l'est du pays, qu'il a réussi à convaincre qu'il était le frère du sultan Moulay Abdel Aziz et qu'il se déclarait sultan.
Jusque-là, le sultan Abdul Aziz n'a pas pris Bou Hamara au sérieux et lui a envoyé une armée dirigée par son frère cadet, qui a été vaincue, permettant ainsi l'invasion de l'est du Maroc par Bou Hamara pour atteindre les portes de Taza, occupée par l'armée de 15.000 hommes.
Abdel Aziz a ensuite libéré son frère emprisonné, afin de dévoiler la supercherie de Bou Hmara, mais la certitude de ses partisans n'a pas changé : Abdel Aziz a envoyé une autre armée pour éliminer Bou Hamara, campagne qui s'est soldée par une nouvelle défaite qui a conféré une plus grande légitimité à Bou Hmara, selon selon l'historien CR Pinell.
En janvier 1903, Abdel Aziz, remporte une première victoire, puis une deuxième en mai, ce qui contraignit Bou Hmara à se retirer loin dans l'Oriental où il régna pendant 6 années.
En 1909 Le sultan Abdelhafid, qui avait renversé son frère Abdel Aziz, en 1908, activement aidé par la France, en munitions et en officiers encadrant la M'halla du sultan. Voyant son armée décimée et sa fin proche, il se réfugia dans une mosquée de la zaouïa Darkaouia, croyant que sa vie serait épargnée. En dépit de leur caractère sacré, les lieux furent bombardés et détruits par l'artillerie lourde fournie au sultan par ses alliés français. Jilali Zerhouni, ses lieutenants, Ben Jilali, Si Allal Zemrani, Aakka... Ses femmes, ses enfants sont finalement capturés avec 400 survivants de ses soldats et de son personnel le 21 août 1909 et emmené à Fès.
À la suite de traitements inhumains, seuls 160 des 400 prisonniers arrivèrent vivants à destination. Le 2 septembre 1909, Bou Hmara est torturé une dernière fois et exécuté par dépeçage en public, puis livré aux fauves avec 32 de ses partisans. Ce qui resta de sa dépouille est incinérée à Bab Al Mahrouk, mettant ainsi fin à des années de guerre civile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.