« Surveiller » ! Le Maroc et la peu reluisante vocation des Apparatchiks d'Alger    Dakhla : L'inclusion financière et digitale au menu du Forum international de la TPE    Badr Banoun marque son premier but avec Qatar SC    Vague de chaleur vendredi et samedi dans plusieurs provinces du Royaume    Covid-19: 148 nouveaux cas en 24H    Bejaad : Festival du cinéma et des arts plastiques    Les emprunts bancaires des ENF augmentent de 1,9% en 2021 (rapport)    Joe Biden relance la production des semi-conducteurs aux Etats-Unis    Célébration de la « Journée du migrant » : Entre acquis et défis des temps futurs    CAF : Ce mercredi, lancement officiel de la '' Super League Africaine'' par Motsepe et Infantino    CAF/ CAN féminine : Le Maroc organisateur de la prochaine édition (2024)    Le Raja trouve des difficultés à se séparer de l'un de ses joueurs    Réforme de la santé : le gouvernement activera les ressorts la loi-cadre    ONU-Palestine : Appel pour une enquête sur le meurtre de trois Palestiniens    Vaccins contre le Covid: L'UE et Moderna anticipent les livraisons    Brésil : "Monsieur l'agent, on n'a rien à manger"    Ukraine: La vente du cargo de céréales au Liban annulée    Bourse de Casablanca: Ouverture en légère hausse    Gravement malade, Brahim Ghali aurait été évacué à l'étranger    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule « dans de bonnes conditions », un pic attendu fin août    Cours des devises du mercredi 10 août 2022    USA: Comprendre la perquisition lundi au domicile de Donald Trump    Biden paraphe la ratification des adhésions de la Finlande et la Suède à l'Otan    L'Algérie et la Russie en exercices militaires près de la frontière avec le Maroc    Vidéo. Sebta: arrestation de 2 personnes à bord d'une embarcation avec 600 Kg de haschich    Egypte : une nouvelle étudiante poignardée à mort par un camarade éconduit    Réunion ce Mercredi pour Ziyech à Londres    Journée nationale du migrant: Le CCME soutient les initiatives des Marocains du monde envers leurs régions    Québec : La piste de meurtre privilégiée dans la mort d'un étudiant marocain    Le détail des exportations marocaines au 1er semestre    Charte de l'investissement, réforme de la santé, PLF 2023 : Les dossiers chauds de la rentrée parlementaire    Dari Couspate s'implante en Europe    Hôpital: accord sur les rémunérations en retard des médecins    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC et le Raja exemptés du premier tour préliminaire    Lutte contre les incendies : Le Maroc se dote de trois nouvelles Canadair    Vahid : « J'y suis, je reste ! »    Interview avec Rita Al Khayat : Pour créer, le cinéaste a besoin de la liberté intérieure    Histoire : Les archives des Cahiers d'El Jadida remises aux Archives du Maroc    La Zaouia Habria Derquaouia tient son 120ème moussem    Un film marocain sorti en 2016 continue de reçevoir des prix    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.210 blessés en une semaine    La revue de presse du mercredi 10 août    Météo: les prévisions du mercredi 10 août    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    Les murales forcent l'admiration par leur esthétique    Maroc : La SNRT ouvre ses portes aux associations des Marocains du monde    Célébration de « Baba Achour »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'AMDH conteste la légitimité du CCDH
Publié dans Les ECO le 02 - 12 - 2009

Encore une fois, la question des droits de l'homme et les recommandations de l'Instance équité et réconciliation (IER) refont surface. Quatre ans après la présentation, le 30 novembre 2005, du rapport final de cette instance au Roi Mohammed VI, l'AMDH n'a pas manqué d'émettre un communiqué où elle émet des réserves sur le dossier des violations des droits de l'homme. Plus encore, l'association conteste la légitimité du Conseil consultatif des droits de l'homme (CCDH) sur ce dossier. Pour Khadija Ryadi, présidente de l'AMDH, ce dernier «n'a pas le pouvoir, ni la compétence pour appliquer les recommandations de l'IER». Ahmed Herzenni, le président du CCDH est directement visé !
En fait, selon l'AMDH, l'approche du traitement de ce dossier est restée fragmentaire et les recommandations finales de l'IER que présidait feu Driss Benzekri ont été vidées de leur «sens positif». Plus encore, l'association considère que le CCDH n'a jamais consenti à désigner du doigt les responsables au niveau des institutions de l'Etat, qui ralentissent sciemment ou non l'application des recommandations de l'Instance. Pour étayer son propos, l'association cite le cas de l'affaire Ben Barka, une affaire qui reste en suspens depuis 40 ans et où l'Etat doit lever le voile sur les informations qu'il détient. De plus, elle considère que le vide juridique actuel fait, qu'aujourd'hui encore, le pays assiste à des violations graves, contraires aux droits universels.
Les exigences de l'AMDH
En fait, dans son dernier communiqué, l'AMDH n'y est pas allé de main morte et ce qu'elle exige pour la résolution de ce dossier repose essentiellement sur quelques fondamentaux, notamment le devoir de révéler l'ampleur des violations, leurs résultats et leurs conditions, tout en fixant les responsabilités dans leur perpétration : responsabilité des individus et des appareils exécutifs de l'Etat impliqués. Sur ce volet, Khadija Ryadi ne comprend pas «pourquoi l'impunité sévit toujours, alors que la poursuite judiciaire des responsables des violations graves est plus que primordiale sur ce dossier». Pour rappel, et dès l'annonce de la décision de créer l'IER en 2003 sur la base de la plateforme élaborée par le CCDH, l'AMDH avait annoncé la couleur : la création de l'IER est une initiative positive, Néanmoins, pour l'association, l'approche de l'IER «comporte des insuffisances essentielles qui ne permettront assurément pas la clôture du dossier des violations graves, une fois les travaux de l'IER achevés».D'ici le prochain «anniversaire» de la remise du rapport de l'IER, le CCDH aura sûrement son mot à dire...
Le dossier reste ouvert
La position de l'AMDH sur les violations des droits de l'homme n'a pas réellement changé. Comme l'annonçait, il y'a plus d'un an, Abdelahamid Amine, «le processus de règlement du dossier des violations graves des droits humains par l'Etat, y compris celle de l'IER, reste incomplet, pas seulement du point de vue de l'AMDH, mais pour l'ensemble des victimes et des mouvements des droits humains, et pour l'Etat lui-même qui n'a pu déclarer sa clôture». Pourquoi ? Pour le vice-président de l'AMDH, ce dossier reste ouvert à plus d'un titre : le CCDH continue encore à prendre en charge ce dossier. De plus, les récentes violations des droits de l'homme, notamment la répression des libertés d'expression (presse, rassemblements, manifestations, activités syndicales,...) ne démentent pas l'idée que les institutions de l'Etat n'augurent rien de bon sur ce dossier. Selon l'AMDH, l'action pour le règlement du dossier des violations graves doit aller dans le sens d'une redynamisation de l'instance de suivi des recommandations et surtout œuvrer à son élargissement à d'autres organisations des droits humains.
Le CCDH fuit ses responsabilités
Les Echos : Qu'est-ce qui justifie la sortie de l'AMDH en ce moment précis ?
Khadija Ryadi : Notre communiqué fait suite à une évaluation globale de la situation des droits de l'homme, quatre années après la présentation du rapport final de l'Instance équité et réconciliation (IER, ndlr) au
Roi Mohammed VI.
Quelle est votre position par rapport
au CCDH ?
Le CCDH n'a ni la compétence,
ni le statut et encore moins le pouvoir pour appliquer les recommandations de l'IER. Nous l'avons déjà dit et répété et le communiqué de l'année dernière du bureau central de l'AMDH en est d'ailleurs la preuve. En fait,
le CCDH fuit ses responsabilités
et à aucun moment il n'a osé désigner, de manière directe,
les instances qui ralentissent l'application de ces recommandations.
Considérez-vous que les instituions
de l'Etat n'ont pas suivi à la lettre
les recommandations de l'IER?
Les institutions législatives et exécutives du pays sont les premiers responsables de ce dossier. On ne peut résoudre la question de «l'impunité», s'il n'y a pas de volonté politique qui suit. Et je suis certaine que pour la plupart des recommandations, notamment sur certains points d'achoppements comme «le pardon de l'Etat», les associations des droits de l'homme qui adhèrent à notre position ne sollicitent rien de plus que cette même volonté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.