Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja    Mercure est passée devant le soleil ce lundi    La DGAPR : Les mesures disciplinaires prises à l'encontre de détenus du hirak remplissent toutes les conditions juridiques    Casablanca: Commémoration du 101è anniversaire de la fin de la première guerre mondiale    Transport routier : le ministère poursuit ses consultations    Le Maroc continuera à soutenir le développement de la Libye, promet El Othmani    Tribune libre : Le marchand de bons mots    CEA : Peut-il y avoir une intégration africaine sans intégration maghrébine ?    L'agriculture bio au centre des débats à Marrakech    Paiement mobile: Comment protéger ses données ?    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    L'ex-numéro 2 de la FIFA contre-attaque devant la justice européenne    Ifrane, ville la plus froide pour demain mardi    Le Maroc à l'honneur du festival des villes anciennes à Chenguit    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    L'UE annonce la lutte contre la fraude à la TVA    Angleterre: Liverpool coule City et s'envole en tête    Experts de l'ONU : Les conditions de détention «brutales» auraient entraîné la mort de Morsi    Chili: Le gouvernement accepte de changer de Constitution    Pédocriminalité dans l'Eglise: Les évêques de France votent pour une indemnisation des victimes mineures    Raja : Patrice Carteron out !    Hong Kong paralysé par le mouvement pro-démocratie, un manifestant blessé à balle réelle    Comment le foncier public est mobilisé ?    Hyundai Heavy Industries perd son distributeur au Maroc    Botola: Première défaite de la saison pour le WAC    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : La FRMF obtient l'autorisation d'utiliser la VAR    Le Maroc se déplace à Clermont-Ferrand... et pas pour le football !    Le réalisateur Costa Gavras sera bientôt au Maroc...et vous pouvez le rencontrer !    Le zoo de Rabat se dote d'un vivarium    Bayt Dakira, la mémoire juive d'Essaouira    Radio SNRT de Dakhla, un joyau régional d'informations    Aya Nakamura : Ma fille ne connaît pas mon métier    S.A.R la Princesse Lalla Meryem préside un dîner offert par S.M le Roi en l'honneur d'Ivanka Trump    Premier League : Derrière Liverpool-City, des chocs à tous les étages    Ligue Europa : Manchester United et Séville qualifiés, la Lazio en danger    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Le régime trop sévère de Céline Dion    Leonardo DiCaprio : Greta Thunberg est un leader de notre temps    Menu copieux pour le 12ème Forum MEDays    L'initiative marocaine pour l'autonomie au cœur d'une réunion de la Chambre des représentants    Gestion du patrimoine culturel : Un atelier national à Rabat    La voie ferrée à Agadir, un bonheur!    Tajeddine El Husseini : "Le Maroc est passé d'une logique défensive à une stratégie offensive"    Discours de SM le Roi à l'occasion du 44e anniversaire de la Marche verte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Double sanction
Publié dans Les ECO le 17 - 09 - 2019

On ne peut certes pas bâtir une démocratie sans partis politiques mais on peut, en revanche, diriger un pays, à ses risques et péril, en outrepassant cette règle. C'est ce qui est en passe de se réaliser en Tunisie. Les élections de ce dimanche ont émergé deux figures en tête contre toute attente. Un professeur universitaire et un homme d'affaires, tous les deux indépendants ou presque. Les observateurs constatent donc une double sanction infligée par les électeurs à la vie politique dans le berceau du printemps arabe. Huit ans après la révolution du jasmin, il est clair que les Tunisiens n'ont plus confiance en la classe politique, pour preuve deux actions qui caractérisent le séisme de ces élections.
Un, les deux candidats qui disputeront le deuxième tour des présidentielles sont l'indépendant Kaïss Saïed et l'homme d'affaires Nabil Karoui, qui vient à peine de créer un parti.
Deux, le taux de participation n'a guère dépassé 44%. Ces deux constats constituent un désaveu à l'échiquier politique tunisien et militent pour une revue de la méthodologie d'approche des partis.
La cuisante défaite des Chahed, premier ministre, Zbidi, ministre de la Défense et Marzouki, ancien chef d'Etat, est un message clair, net et précis et démontre que les partis ont échoué et que l'électeur les a sanctionnés. Ceci est la face de la médaille. En revanche, son revers est inquiétant car dans quelques semaines, les électeurs auront à choisir leur députés pour former le Parlement et émerger un gouvernement qui sera issu des partis politiques. Se dressera alors la problématique de la cohérence entre un président de l'Etat, investit des prorogatives liées à la Défense et aux Affaires étrangères et un chef de gouvernement en charge de la gestion opérationnelle du pays. La cohabitation sera alors une condition sine qua non de la bonne marche des affaires en Tunisie. En tout état de cause, il est clair que ces élections constituent le prélude de la naissance d'une grande démocratie dans le monde arabe. Bravo aux frères tunisiens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.