Projet de loi de finances /Droits de douane: Les mesures phares    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Akhannouch juge nécessaire la « mise à niveau » de l'entreprise marocaine    Missing    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Aéroport Marrakech Menara: Arrestation d'un Brésilien en flagrant délit de trafic de cocaïne    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    La justice fait renaître Samir de ses cendres    L'ANCP : « Le ministre de la Santé n'a pas pris cette mesure »    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    Flexibilité du dirham : la solution de Jouahri en cas de choc externe    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Faculté de droit d'Agadir: Un acte inadmissible!    Les Botolistes proches de la qualification    Compensation: le PLF 2020 prévoit une dotation de plus de 13 MMDH    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Météo: le temps qu'il fera ce dimanche    Vidéo. Le Maroc lance son premier nanosatelite dans l'espace    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Bella Hadid se livre sur son état mental    La Twittoma, ou comment les réseaux sociaux servent la bonne cause    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"
Publié dans Les ECO le 21 - 09 - 2019

La fiscalité locale marocaine se place dans les standards que l'on trouve dans d'autres pays, a indiqué, samedi à Rabat, le Wali directeur général des collectivités locales, Khalid Safir.
Taxant la propriété foncière et les activités économiques, la fiscalité locale permet de faire contribuer les ménages et les entreprises au financement des dépenses publiques, a relevé M. Safir lors du 13ème Colloque international sur les finances publiques. Elle permet notamment de faire participer l'usager effectif, en donnant la possibilité aux communes de lever des droits et redevances, a-t-il souligné.
Tenant compte de la responsabilisation des élus, ladite fiscalité selon Safir, leur accorde le pouvoir de modulation de certaines taxes et redevances, "ce qui donne à ces élus la possibilité de bâtir leur politique fiscale sur "l'effet taux" étant donné que "l'effet base" reste un monopole du législateur", a expliqué le Wali directeur général. Cependant, le dispositif fiscal "souffre d'incohérences qui se sont aggravées suite à l'évolution extraordinaire de l'environnement juridique, économique et social", a-t-il noté.
S'agissant de l'administration fiscale et au niveau de la gestion des taxes et des redevances, Safir a relevé que la situation d'éclatement institutionnel est source de nombreux dysfonctionnements importants, notamment au niveau de l'identification des contribuables, le recensement de la matière imposable ainsi que l'activité de surveillance et de contrôle. Il a, à cet égard, mis l'accent sur l'impérieuse nécessité de mettre fin à cet éclatement institutionnel, en confiant la gestion des taxes locales et des redevances à la même structure, en repensant le cadre de gestion des taxes et redevances et en instituant un organe de pilotage au niveau national.
Pour sa part, le président de l'Association pour la Fondation Internationale de Finances Publiques (FONDAFIP), directeur de la revue française des finances publiques Michel Bouvier, a affirmé que la fiscalité locale française s'est "rapidement décalée" par rapport à son environnement économique et social. "Alors que la fiscalité locale constitue une véritable mosaïque en se composant d'une très grande variété d'impôts directs et indirects, les débats autour de leur réforme, récurrents depuis des décennies, se sont relativement apaisés dans la période récente", a-t-il fait observer, notant qu'a la différence d'hier, les difficultés actuelles du système financier public conduisent à l'inverse à réexaminer la question de l'autonomie fiscale locale.
Si le "local" a pu prendre pendant un temps sa revanche sur le "central", notamment à la faveur de l'essor de son pouvoir fiscal, cette évolution a, toutefois, été ralentie à partir de la seconde moitié des années 1980", a-t-il expliqué, rappelant que c'est la crise des finances publiques, ou ce qui en son temps avait été qualifié de "crise de l'Etat-providence", qui fut l'une des raisons essentielles de la poussée décentralisatrice de la fin des années 1970 et du début des années 1980. Le colloque est organisé, deux jours durant, par le ministère de l'Economie et des Finances en partenariat avec la FONDAFIP avec le soutien de la Revue Française de Finances Publiques.
Les débats et les discussions ont porté sur trois axes: la Fiscalité locale en tant que variable clé des finances locales, la gouvernance et la gestion des finances locales à l'aune des impératifs de développement local, et le financement des investissements locaux, notamment l'emprunt et les redevances.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.