PAM-PJD. Un débat qui risque de mal finir    Coronavirus: la CGEM lance un appel aux entreprises    Renault : 19.689 ventes à fin juin 2020    Le bout du nez    Durcissement à Tanger : ce qui va changer pour les entreprises    Aïd Al-Adha: voici le prix du mouton cette année (VIDEOS)    Coronavirus : plus de 13 millions de cas déclarés dans le monde    Kénitra : Sauvons les cigognes !    Aïd Al-Adha : Les préparatifs dans le respect des exigences sanitaires    Tourisme : 16 milliards de DH pour relancer le secteur    Urbanisme. La destruction du patrimoine se poursuit    Coronavirus : les autocars bientôt autorisés à transporter jusqu'à 75% de leur capacité    L'Espagne opère des reconfinement locaux en s'appuyant sur la Loi (video)    Bac 2020. Massar, le serveur est une tombe    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 84 nouveaux cas, 16.181 au total    La deuxième Chambre est dominée par l'opposition : Le PLFR à l'épreuve du feu des conseillers    Nouveau modèle de développement : Voici les premières conclusions de la CSMD    Covid-19: ce qu'il faut retenir de la réunion Laftit/CGEM    Chelsea. Une victoire signée Giroud    Syndrome de Tanger    Explications    Espagne: Arrestation de deux présumés terroristes algériens    La CNDP plaide pour une digitalisation réfléchie    Fête du Trône : Report des cérémonies et des festivités    Driss Lachguar se réunit avec les jeunesses de partis politiques    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Ibrahim Aboubakr Harakat    Netflix dévoile les coulisses du tournage de "The Old Guard" à Marrakech    Nouveau programme de diffusion de longs métrages marocains sur le site web du CCM    La famille Travolta en deuil    Stage de l'EN de futsal au Complexe Mohammed VI de football    La Turquie et le monde arabe    Le Maroc reconduit à la vice-présidence du comité exécutif du Centre Nord-Sud    Tenue de 362 procès à distance en moins d'une semaine    Retour sur six années de procédure    Les canoë-kayaks reprennent de plus belle au Bouregreg    France post-Covid-19: Macron décline les priorités de son plan de relance    Le WWF appelle les pays méditerranéens à lutter effectivement contre la pêche illégale des requins et des raies    Le café maure de la Kasbah des Oudayas rasé    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    L'émergence du cinéma digital    US Round Up du mardi 14 juillet – Déficit budgétaire, Angelina Jolie, Tyler Goodspeed, Ecoles, US coronavirus    Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Remaniement ministériel en Tunisie    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Foot. Le Real se rapproche du titre    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"
Publié dans Les ECO le 21 - 09 - 2019

La fiscalité locale marocaine se place dans les standards que l'on trouve dans d'autres pays, a indiqué, samedi à Rabat, le Wali directeur général des collectivités locales, Khalid Safir.
Taxant la propriété foncière et les activités économiques, la fiscalité locale permet de faire contribuer les ménages et les entreprises au financement des dépenses publiques, a relevé M. Safir lors du 13ème Colloque international sur les finances publiques. Elle permet notamment de faire participer l'usager effectif, en donnant la possibilité aux communes de lever des droits et redevances, a-t-il souligné.
Tenant compte de la responsabilisation des élus, ladite fiscalité selon Safir, leur accorde le pouvoir de modulation de certaines taxes et redevances, "ce qui donne à ces élus la possibilité de bâtir leur politique fiscale sur "l'effet taux" étant donné que "l'effet base" reste un monopole du législateur", a expliqué le Wali directeur général. Cependant, le dispositif fiscal "souffre d'incohérences qui se sont aggravées suite à l'évolution extraordinaire de l'environnement juridique, économique et social", a-t-il noté.
S'agissant de l'administration fiscale et au niveau de la gestion des taxes et des redevances, Safir a relevé que la situation d'éclatement institutionnel est source de nombreux dysfonctionnements importants, notamment au niveau de l'identification des contribuables, le recensement de la matière imposable ainsi que l'activité de surveillance et de contrôle. Il a, à cet égard, mis l'accent sur l'impérieuse nécessité de mettre fin à cet éclatement institutionnel, en confiant la gestion des taxes locales et des redevances à la même structure, en repensant le cadre de gestion des taxes et redevances et en instituant un organe de pilotage au niveau national.
Pour sa part, le président de l'Association pour la Fondation Internationale de Finances Publiques (FONDAFIP), directeur de la revue française des finances publiques Michel Bouvier, a affirmé que la fiscalité locale française s'est "rapidement décalée" par rapport à son environnement économique et social. "Alors que la fiscalité locale constitue une véritable mosaïque en se composant d'une très grande variété d'impôts directs et indirects, les débats autour de leur réforme, récurrents depuis des décennies, se sont relativement apaisés dans la période récente", a-t-il fait observer, notant qu'a la différence d'hier, les difficultés actuelles du système financier public conduisent à l'inverse à réexaminer la question de l'autonomie fiscale locale.
Si le "local" a pu prendre pendant un temps sa revanche sur le "central", notamment à la faveur de l'essor de son pouvoir fiscal, cette évolution a, toutefois, été ralentie à partir de la seconde moitié des années 1980", a-t-il expliqué, rappelant que c'est la crise des finances publiques, ou ce qui en son temps avait été qualifié de "crise de l'Etat-providence", qui fut l'une des raisons essentielles de la poussée décentralisatrice de la fin des années 1970 et du début des années 1980. Le colloque est organisé, deux jours durant, par le ministère de l'Economie et des Finances en partenariat avec la FONDAFIP avec le soutien de la Revue Française de Finances Publiques.
Les débats et les discussions ont porté sur trois axes: la Fiscalité locale en tant que variable clé des finances locales, la gouvernance et la gestion des finances locales à l'aune des impératifs de développement local, et le financement des investissements locaux, notamment l'emprunt et les redevances.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.