Coronavirus : 826 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 34.063 cas cumulés lundi 10 août à 18 heures    Maigre salaire et grosse déconvenue    Covid-19 : 826 nouveaux cas, 18 décès et 1.177 guérisons en 24H    Les cours mondiaux des huiles végétales et des produits laitiers poursuivent leur ascension    EEP: Liquidation de plus de 70 entités    Louis Tripard ou les souvenirs d'un colon exproprié    Vols spéciaux de Royal Air Maroc: les précisions de la compagnie aérienne    L'e-commerce, une tendance qui s'installe au Maroc    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    Sondage: Biden devance Trump au Wisconsin et en Pennsylvanie    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Report imminent du match IRT-RSB    Deux cas de Covid-19 à l'Atlético : Premiers remous à la Ligue des champions    Algérie: trois ans de prison ferme pour le journaliste Khaled Drareni    Abdallah Boussouf, secrétaire général du CCME    El Jadida : Opération d'immigration illégale avortée    Sidi Bennour célèbre la journée internationale de la jeunesse    Alerte météo: averses orageuses ce lundi au Maroc    Gad Elmaleh de retour sur scène    France Télévisions prépare un concert caritatif pour le Liban    Une rentrée des classes sous le signe du mystère    Le Conseil National des Droits de l'Homme plaide pour un nouveau contrat social    Hommage aux contributions des Marocains du monde    Covid-19 : le Ministère de l'Intérieur évalue l'impact sur les ressources humaines des collectivités locales    Un an après l'abrogation du statut d'autonomie    Youssef Zalal sur le toit du monde!    Getafe veut se séparer de Fayçal Fajr    Schalke 04: Amine Harit sur le départ?    Société générale creuse ses pertes à cause du Covid-19    Enjeux et défis pour le Maroc (2e partie)    Projet d'Akon en Afrique    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages    Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine    Casablanca: une voiture folle provoque d'importants dégâts sur l'autoroute (VIDEO)    Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le MMVI retrace la genèse artistique au Maroc    Au bord du naufrage!    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La rente des bureaux d'études
Publié dans Les ECO le 23 - 09 - 2019

Parmi les vertus des rapports de la Cour des comptes l'on trouve que des pratiques décriées par tous, y compris les partis au pouvoir, sont aujourd'hui légion. Parlons un peu de ce phénomène de recours, par certains ministères, aux cabinets d'études, marocains et internationaux, et qui coûtent aux contribuables des milliards de dirhams.
Ainsi, à la lecture du dernier rapport des auditeurs de Jettou l'on constate qu'un ministère a «excellé» par le nombre d'études confiées pratiquement toutes au même cabinet! Deux questions majeures s'imposent alors. Un, pourquoi tant d'études et à quel point ce recours est-il justifié ? Deux, est-ce qu'il n'y a qu'une seule enseigne à pouvoir réaliser ce genre d'études ? Nous allons vous livrer quelques ingrédients de réponses qui montrent clairement que le nombre d'études est exagéré et donc non justifié et cela est valable pour tous les ministères qui font appel à ce service externe.
D'abord, ces derniers sont dotés de compétences de différents rangs et on ne pourra pas nous convaincre qu'au niveau de la fonction publique, il n'y a que des bras cassés. C'est faux. C'est un discours malintentionné et dont l'objectif est de justifier l'injustifiable. Ensuite, comment se fait-il que l'essentiel du «gâteau» est reparti entre les mêmes cabinets et principalement en faveur d'un bureau d'études appartenant à un ministre toujours en fonction et qui a bénéficié de plus de 200 MDH de commandes auprès d'un seul ministère ! Si ce n'est pas un conflit d'intérêts, on se demande ce serait quoi alors ? Cela nous rappelle cette secrétaire d'Etat qui dès sa nomination a entamé sa mission par une commande d'une étude pour 13 MDH auprès de son «collègue» au bureau politique de son parti qui venait à peine de créer ledit cabinet ! Franchement, est-ce qu'avec ce genre de «responsables», qui font des deniers publics une oasis de rentes pour les copains et les coquins, on pourrait bâtir un nouveau modèle de développement et espérer un Maroc autrement géré ? Déplorable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.