Le pape Francois invite 1.500 démunis à sa table    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Karim Benzema répond à Noël Le Graët    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Les députés du PPS décortiquent un projet obsolète    Le PPS et la Loi de Finances 2020    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Lutte ouvrière!    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Le Maroc réélu membre du conseil d'administration de l'Euromed Postal    MEDays : Appel à une approche ascendante du multilatéralisme    Après le buzz de la vidéo le montrant en train de négocier l'allègement d'une peine, la police arrête un "semsar"    Suite à l'alerte météo, le ministère de l'Equipement appelle à la vigilance    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son soutien à la marocanité du Sahara    Jury au festival international du film, Asma Graumiche va faire rayonner le Maroc au Caire    Khalid Echajari s'adjuge l'Open national des échecs à El Jadida    L'agroalimentaire marocain, un secteur en pleine expansion en Afrique    L'industrie 4.0, une opportunité à saisir pour accéder à un nouveau palier de développement    Ce que la reine Elisabeth apprécie le plus chez Kate Middleton    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Les indices Amadeus mis en avant à Tanger    Vincenzo Amendola : Le Maroc, un partenaire crédible de l'Italie et de l'Union européenne    La culture marocaine dans ses multiples facettes en vedette à Toronto    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    En Afrique du Sud, le sel sacré qui épice la grande cuisine    Présentation du nouveau staff technique du Raja    L'hommage posthume de la famille du basket à Abderrahmane Sebbar    Miley Cyrus opérée des cordes vocales    Nicki Minaj gâtée pour son mariage    Ben Affleck à l'affiche d'"Hypnotic"    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La rente des bureaux d'études
Publié dans Les ECO le 23 - 09 - 2019

Parmi les vertus des rapports de la Cour des comptes l'on trouve que des pratiques décriées par tous, y compris les partis au pouvoir, sont aujourd'hui légion. Parlons un peu de ce phénomène de recours, par certains ministères, aux cabinets d'études, marocains et internationaux, et qui coûtent aux contribuables des milliards de dirhams.
Ainsi, à la lecture du dernier rapport des auditeurs de Jettou l'on constate qu'un ministère a «excellé» par le nombre d'études confiées pratiquement toutes au même cabinet! Deux questions majeures s'imposent alors. Un, pourquoi tant d'études et à quel point ce recours est-il justifié ? Deux, est-ce qu'il n'y a qu'une seule enseigne à pouvoir réaliser ce genre d'études ? Nous allons vous livrer quelques ingrédients de réponses qui montrent clairement que le nombre d'études est exagéré et donc non justifié et cela est valable pour tous les ministères qui font appel à ce service externe.
D'abord, ces derniers sont dotés de compétences de différents rangs et on ne pourra pas nous convaincre qu'au niveau de la fonction publique, il n'y a que des bras cassés. C'est faux. C'est un discours malintentionné et dont l'objectif est de justifier l'injustifiable. Ensuite, comment se fait-il que l'essentiel du «gâteau» est reparti entre les mêmes cabinets et principalement en faveur d'un bureau d'études appartenant à un ministre toujours en fonction et qui a bénéficié de plus de 200 MDH de commandes auprès d'un seul ministère ! Si ce n'est pas un conflit d'intérêts, on se demande ce serait quoi alors ? Cela nous rappelle cette secrétaire d'Etat qui dès sa nomination a entamé sa mission par une commande d'une étude pour 13 MDH auprès de son «collègue» au bureau politique de son parti qui venait à peine de créer ledit cabinet ! Franchement, est-ce qu'avec ce genre de «responsables», qui font des deniers publics une oasis de rentes pour les copains et les coquins, on pourrait bâtir un nouveau modèle de développement et espérer un Maroc autrement géré ? Déplorable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.