Entretien téléphonique entre Bourita et son homologue mauritanien    Maroc-Israël-USA : Un nouvel « Ordre régional » se dessine    Coupe du monde de futsal : Le Maroc et le Portugal se neutralisent (3-3)    LDC de la CAF : Le Raja face LPRC Oilers du Liberia, le WAC défiera les Ghanéens de Hearts of Oak    Rico refuse d'affronter Badr Hari « s'il continue de perdre ses matchs »    Mesures restrictives : Azeddine Ibrahimi plaide pour l'allègement    Bourse: Les comptes de Lydec retrouvent des couleurs au premier semestre 2021    Tarik Kadiri de l'Istiqlal prend la tête du conseil communal de Berrechid    Participation au gouvernement. Le Conseil National de l'Istiqlal donne son feu vert    OCP et l'Ethiopie signent un accord de 3,7 milliards de dollars pour une usine d'engrais    Le réseau EF&F lance un concours international de projets innovants    Hapag-Lloyd s'implante au Maroc    Naoufal El Heziti élu président    Les produits agricoles et halieutiques marocains à la conquête du marché américains    La production laitière, fer de lance du développement régional    Mohamed Benhammou désigné président de la Fédération africaine de cybersécurité    Mort d'Abdelaziz Bouteflika : l'ultime humiliation du pouvoir algérien au président défunt    Succès complet pour la première mission privée de SpaceX    Migration : Washington actionne les charters des expulsions    La CDG adhère au programme    La haine dans l'âme...que Dieu lui pardonne!    L'Opinion : L'Istiqlal, valeur sûre pour le prochain gouvernement    La sélection marocaine sacrée avec 5 médailles dont 3 en or    Angleterre : Liverpool passe devant, Manchester City cale    La Jeunesse sportive Salmi continue sur sa lancée!    Casablanca : L'Eglise de Saint John fin prête pour accueillir les fidèles    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 19 septembre 2021 à 16H00    Etudes en Chine: Plus de 500 dossiers de bourses remis à des jeunes marocains (FUSAAA)    Qui sabote l'école publique à Essaouira?    Un acte scandaleux qui ne doit plus se répéter    Le « relooking » de l'Education nationale à l'ère du Covid    Kénitra : soupçonnés de corruption et d'extorsion, des policiers renvoyés devant le tribunal    Festival de Fès de la culture soufie. Une 14ème édition à la fois en présentiel et en digital    L'IMA et la FNM renforcent leur partenariat par une nouvelle convention    Dionysos contre le Crucifié    Afrique du Sud : le nouveau maire de Johannesburg mort dans un accident de la route    Nouvelle secousse de magnitude 3,9 ressentie à Driouch    Le porte drapeau du Hip Hop psychédélique Marocain    Décès de Bouteflika : SM le Roi Mohammed VI fait part de ses condoléances et de sa compassion    Apiculture: une niche au chevet des petits exploitants    Hallyday, le blues d'une âme rock au Maroc    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 septembre 2021 à 16H00    La Juventus annonce des pertes de 210 millions d'euros    Exposition: horticulteur attentionné    Décès de l'ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika à l'âge de 84 ans    Coupe du monde de futsal: le Maroc qualifié pour les huitièmes de finale    USA: un multimillionnaire reconnu coupable du meurtre de son amie    Archéologie : Découverte des plus anciens outils de confection de vêtements au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rossy de Palma. "Il y avait un abandon à la beauté de la rencontre"
Publié dans Les ECO le 04 - 11 - 2019

La 26e édition du Festival Oslo World s'est ouvert sur un spectacle de toute beauté pensé par l'actrice «almodovarienne», également chanteuse et danseuse. «Utopian Lullabies», qui a rassemblé les voix de Mon Laferte, Hindi Zahra, Natacha Atlas, Silvia Pérez Cruz, Ane Brun, Ayo ou encore Liniker, sublimées par le piano passionné de Sverre Indris Joner, a su bercer le monde le temps d'un spectacle dans toutes les langues et sans frontière aucune. Ce 29 octobre, le temps s'est arrêté à Oslo. Retour sur un moment magique avec Rossy de Palma.
Comment est né ce beau projet?
Pour moi, réunir autant de femmes incroyables autour d'un même projet grâce au festival et à Alexandra Archetti Stølen (directrice du festival), était une utopie en soi. On voulait faire quelque chose d'original. C'est parti de Concha Buika, grande amie à moi. Je voulais faire quelque chose autour d'elle et rassembler plusieurs artistes. Cela ne s'est pas fait car elle avait des engagements. Mais j'ai quand même décidé de continuer sans elle. C'était un peu égoïste aussi, parce que j'avais envie de vivre des moments avec elles! Ces femmes, ces artistes sont à la fois mes amies et des artistes que j'admire. Je voulais voler ces petits moments utopiques. On a besoin de compassion, de douceur, de protection, de toutes ces choses qui font la féminité. Et pas que. Les hommes peuvent être tout ça aussi. Je ne veux pas exclure les hommes. On a besoin les uns des autres pour construire le monde.
Pourquoi «Berceuses utopiques»?
La terre est un peu orpheline, elle vit des choses pas très heureuses tous les jours, elle a besoin d'être rassurée comme un bébé, par une berceuse, par des berceuses. Toutes ces politiques font office de parents, en train de se disputer tout le temps, et nous, humains, nous sommes tels des enfants qui en font les frais. Nous sommes abandonnés à notre sort. Et souvent, les humains oublient que nous sommes une seule et même famille. Le gens qui ne se sentent pas concernés par l'écosystème me font rire. C'est notre problème à tous, nous sommes en train de détruire notre maison. Moi, je suis de Majorque mais mes parents sont originaires du Nord de l'Espagne, ce sont des Celtiques. Je me sens chez moi partout. Quand je suis au Maroc, je suis chez moi! Quand je suis à Oslo, je suis Viking! Les seules frontières qui existent sont gastronomiques! Ce sont des frontières joyeuses au moins! (Rires). Il y a tellement d'absurdités dans ce monde, nous allons le payer cher. Nous ne nous inscrivons plus dans une humanité.
Ce spectacle est une leçon d'humanité en différentes langues, dans différents univers. Comment avez-vous pensé ce spectacle?
On a travaillé vite parce que, vu les engagements de chacune, nous n'avions pas de temps devant nous. J'ai la chance d'avoir une bonne relation avec ces artistes et je pense qu'avec moi, on se détend vite, il n'y a pas d'ego ou de malaise. On s'amuse. L'idée était de mettre chacune en valeur à travers un solo, que les langues, les pays, les cultures se suivent. Que tout le monde se retrouve. J'ai adoré voir les musiciennes sur scène côte à côte, se serrer dans les bras, pleurer, rire. C'était mon plus beau cadeau. Il y avait un réconfort. La musique est thérapeutique. Il y avait un abandon à la beauté de la rencontre.
Qu'est-ce que l'utopie, pour vous?
C'est quelque chose de difficile à avoir, certes, mais de petites utopies sont possibles. Changer de petites choses dans sa vie, dans son quotidien, c'est possible. Après, la plus grande utopie pour moi, dans le monde dans lequel nous vivons, consiste à rester bienveillants. Ce n'est pas évident. Aujourd'hui, il y a des méchants partout, sans super-héros. On doit trouver en nous un petit super-héros. Je dis toujours à mes enfants «Si quelqu'un vous parle mal ou est méchant avec vous, rappelez-vous qu'il a dû lui arriver des choses pour se comporter comme ça!» Il ne faut pas être perméable au malheur des autres. Il faut donner un peu de légèreté au regard humain. L'idéal est de rester connecté à l'enfant qui est en nous.
Vous avez commencé votre carrière en tant que chanteuse dans un groupe de pop, «Peor Impossible», avant que Pedro Almodovar vous repère. Vous verra-t-on beaucoup sur scène?
J'aimerais bien! J'ai beaucoup de projets musicaux. L'idéal pour moi serait de combiner le jeu, la musique et la danse. J'ai fais de la danse, petite, j'ai commencé avec la musique, je suis actrice de métier. Pour moi, réunir les trois est ma priorité du moment avec plusieurs projets. J'ai créé un spectacle intitulé «Résilience d'amour», mêlant poésie visuelle et performances. C'est très féminin, aussi. Il montre comment l'amour nous offre cette résilience.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.