La menace terroriste force la coopération internationale, explique le Procureur du Roi    Amkraz : Les mutations du marché de l'emploi demandent une nouvelle réglementation    Energie électrique : La BAD accorde un financement de 245 M€ au Maroc    La perception de la violence envers les femmes selon OXFAM Maroc    Dakhla désignée ville euro-méditerranéenne du sport 2020    Paris accueille le 4e Forum parlementaire franco-marocain    4C Maroc- CGLU Afrique: Que prévoit l'accord signé durant la COP25?    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Le rêve s'éveille par le pinceau d'Abdellah Elatrach    Journées théâtrales de Carthage : «Un autre ciel» en lice pour le Tanit d'Or    Hyundai dévoile son concept SUV hybride Vision T    PISA 2018: ça va mal pour le Maroc!    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    Camp payant de l'Espayonl Barcelone pour enfants au Maroc    OCK-WAC et Raja-MAT ce mercredi    Notre photographe Ahmed Boussarhane de nouveau primé au Grand Prix National de la Presse    Agadir: Une cérémonie voluptueuse!    Le Maroc des paradoxes!    Lubrifiants: Shell conserve son leadership    La Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement fait son bilan    Le dépistage précoce pour une génération sans Sida    Chiffres record pour Audi en Novembre    Finlande: Sanna Marin, 34 ans, nouvelle cheffe du gouvernement…    Mise à jour de la Botola Pro D1 : Le MAT défend son fauteuil de leader face au Raja    Des membres fédéraux quittent la Fédération royale marocaine de rugby    Euro-2020 : La Suisse et l'Allemagne en match préparatoire en mai    Haro sur la mendicité    Le Lesotho fait évoluer sa position sur le Sahara    Le ministre Bill Barr, bouclier de Trump et fer de lance conservateur    Impeachment, quel impeachment? Trump retrouve des couleurs    Johnson brandit le risque de « paralysie » du Brexit en cas de défaite jeudi    Facebook et les ONG défendent à l'unisson les messageries cryptées    Risques liés aux catastrophes naturelles : El Othmani promet une stratégie globale très prochainement    Google rend ses produits plus accessibles pour les arabophones    Edito : Ecosystème argane    Rapport annuel Atlantic Currents, le Sud dans la tourmente    L'OMC paralysée par Trump    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    Mohamed Benabdelkader : La dématérialisation, un des principaux piliers de la transformation de l'administration judiciaire nationale    L'égalité genre, prélude à l'autonomisation de la femme    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Une semaine décisive commence dans un Congrès divisé à propos de la destitution de Trump    Un musée privé de musique voit le jour à Marrakech    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sélim Doucene : "Le succès du paiement mobile est encore timide"
Publié dans Les ECO le 05 - 11 - 2019

Les usages du paiement mobile se sont multipliés et développés ces dernières années dans le monde. Mais au Maghreb, ils se limitent encore aux transferts nationaux, au paiement d'achats ainsi qu'aux retraits et dépôt.
Quels sont les usages du paiement au Maghreb ?
Depuis plusieurs années déjà, les smartphones ont réussi à associer la fonction téléphone avec d'autres caractéristiques : un appareil photo, un reproducteur de musique, un abonnement aux transports publics et même un portefeuille. Des transactions financières peuvent ainsi être effectuée directement depuis un portable et débitées sur un compte client. Et les exemples d'usages du paiement mobile se multiplient : achat dans un magasin équipé de boîtiers NFC, paiement en ligne de factures, de titres de transport ou de parkings ou encore transfert d'argent. Au Maghreb, le succès du paiement mobile est encore timide. Les applications disponibles se limitent encore aux transferts nationaux, au paiement d'achats ainsi qu'aux retraits et dépôts.
La méconnaissance du paiement mobile et la crainte des risques qui peuvent y être associés ne nuisent-elles pas au développement du paiement mobile auprès du grand public ?
Le paiement mobile enregistre des taux de croissance exceptionnels en Afrique. Plus de la moitié des comptes de paiement sur mobile dans le monde se trouvent sur le continent, avec des services financiers de base à plus de 80 millions d'habitants à ce jour. En Afrique, le Kenya a donné le ton en lançant le premier service de paiement par téléphone dès 2007. La solution se démocratise donc de plus en plus. Toutefois, dans des pays où le cash domine encore largement les transactions, comme au Maroc, il peut y avoir des freins psychologiques, notamment pour l'e-commerce. Toutefois, avec la multiplication des écrans et applications, l'adoption des bonnes pratiques en matière d'hygiène informatique est en cours. Du côté des influenceurs, des marques et des décideurs, il convient aussi de développer un vrai travail de pédagogie pour aider à faire connaître les risques et promouvoir les solutions pour utiliser le m-paiement en toute sécurité.
Justement, quels sont les comportements à suivre pour effectuer des paiements mobile sans risques ?
En raison du rôle central joué par le téléphone, il est évident que la protection des données stockées par l'utilisateur est essentielle. Il est ainsi fortement recommandé de verrouiller le téléphone avec un code à au moins 6 chiffres ou avec une double authentification (biométrie) mais aussi d'utiliser des fonctions à distance pour supprimer les données, désactiver le portefeuille électronique et géolocaliser l'appareil, le cas échéant. Un hacker est également en mesure de copier les données d'une carte bancaire. Il faut donc absolument éviter d'utiliser un réseau Wi-Fi public pour ajouter une carte de paiement à un porte-monnaie électronique et privilégier l'utilisation d'un réseau personnel ou même d'un VPN pour gérer votre portefeuille électronique. Enfin, un malware peut reproduire l'affichage d'une application de paiement mobile afin de récupérer des données bancaires. L'installation d'une solution antivirus performante est là aussi incontournable si l'on veut éviter les risques de piratage par le biais de courriels infectés, de publicités ou de SMS malveillants.
Comment les banques peuvent-elles protéger les utilisateurs ?
Le rôle des banques est primordial. D'abord et avant tout, elles doivent mettre en place un ensemble de règles pour réduire le risque de fraude. Par exemple, la certification PCI/DSS impose des critères qui permettent de diminuer le risque lié à l'utilisation des données des utilisateurs. D'autres mesures sont également importantes, je pense notamment à l'authentification à double facteur. Le suivi du comportement du client permet également d'identifier en temps réel des cas de fraudes. Chez Kaspersky, nous proposons la solution Fraud Prevention que les banques peuvent utiliser pour imposer automatiquement une authentification à double facteur, lorsqu'un utilisateur change de comportement ou que son appareil est identifié de façon suspecte : infection, usage du périphérique pour un grand nombre de comptes, etc.
Avez-vous des chiffres sur les menaces mobiles ?
En 2018, dans une étude réalisée par Kaspersky sur le taux d'infection des mobiles dans le monde, nous avons détecté plus de 8,5 millions de logiciels malveillants, 260.000 ransomwares et près de 130.000 chevaux de Troie. Pour permettre aux usagers de ne pas exposer leurs données sensibles, Kaspersky propose des technologies avancées contre les programmes malveillants : elles protègent les appareils mobiles contre un large éventail de menaces dont les ransomwares, les chevaux de Troie et les attaques par phishing. Les usagers qui font appel à ces solutions ont la garantie de pouvoir utiliser leurs téléphones sans s'exposer aux risques d'un vol de leurs données sensibles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.