Un ressortissant subsaharien arrêté pour une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort à Casablanca    CAN Hand 2020: Pour suivre le derby Maroc-Tunisie    Espagne: l'ex-chef de la police catalane sur le banc des accusés    Latifa Akharbach s'entretient à Rabat avec l'ambassadeur d'Australie au Maroc    Presse : Le gouvernement pense à fusionner papier et digital    La deuxième phase de «Jeunes des 2 rives» lancée à Agadir    Ingénierie gouvernementale. Quel bilan des 100 premiers jours ?    Tanger Med: Tous les voyants au vert en 2019    Bientôt une Cité des arts et de la culture pour Essaouira    L'ONU anticipe une légère reprise de la croissance en 2020    Fès-Meknès: Conjoncture corsée pour la filière oléicole    Avec l'ouverture de la ligne directe Casablanca-Pékin : Le Maroc connecté au plus grand marché touristique du monde    Redresser les rendements de leurs portefeuilles, un défi pour les institutionnels, dixit Khalid Cheddadi, PDG de la CIMR    Perception des ménages, les constats affligeants du HCP    A Meknès, des professionnels du tourisme pointent du doigt sur les maux du secteur    Libye: Accord international pour relancer les efforts de paix    Pour 2020, le FMI prédit une « reprise poussive » de la croissance mondiale    Conférence de Berlin sur la Libye : Le Maroc exprime son étonnement    Liban : les manifestants protestent de nouveau contre le pouvoir    Qui est Mohamed Moussaoui, le mathématicien élu à la tête du Conseil Français du Culte Musulman ?    Harry confie sa « grande tristesse » de devoir se mettre en retrait    Crash d'avion en Iran : La valeur de l'indemnisation prévue pour chaque victime    Le financement de l'économie nationale au coeur d'un colloque à la Chambre des représentants    Le MCO continue sur sa lancée    Raja : fin de la saison pour Benhalib    Le gotha du football africain sera à Salé le 1e février    La tentative a été mise en échec : 400 immigrants clandestins subsahariens à l'assaut de Sebta    UK-Africa Investment Summit: Suivez le Live !    Au menu du prochain Conseil de gouvernement    Virus: Un troisième mort, l'épidémie s'étend en Chine et gagne la Corée du Sud    Boulemane: 1.300 bénéficiaires d'une caravane médicale    Prévisions météorologiques pour la journée du lundi 20 janvier    Azilal : 2 morts et 3 blessés dans un accident de la route    Un nouveau centre de la Fondation Ali Zaoua voit le jour à Fès    Maroc-Chine: Deux accords de coopération entre la FNMM et le Musée national de Chine    Zina Daoudia vivement critiquée pour son ode au Prince Salmane d'Arabie Saoudite    Essaouira : Bayt Dakira, le symbole !    Festival Cas'Arts : Des stars et des hommages pour la 3ème édition    L'année Amazigh à Agadir: Une célébration de liesse et de fierté    Masterclass sur "la VATS lobectomy" au profit de 12 spécialistes de la chirurgie thoracique    Des milliers de binationaux en plus    Le Sept national se qualifie au deuxième tour de la CAN de handball    Botola Pro D1 : Le MCO conforte sa place sur le podium    Adda M'Rabbih, rescapé des bagnes du Polisario et fondateur du Mouvement du 5 Mars à Rabouni    Amir Al-Mouminine remet le Prix Mohammed VI aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme organisé dans les mosquées    L'œuf n'est pas mauvais pour la santé    Mohamed Marouazi : Mes ambitions vont plus loin que d'être un acteurc    Au procès Weinstein, le rôle-clé des consultants en jury    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cybersécurité, le Maroc renforce ses barrières
Publié dans Les ECO le 08 - 07 - 2010

Le Maroc renforce ses garde-fous du Web. Pour ce faire, une étude nationale sera lancée pour le développement du cadre juridique de la confiance numérique et de la cybersécurité. Initiée par le ministère de l'Industrie, du commerce et des nouvelles technologies, cette étude devrait dresser un état des lieux d'un secteur en constante évolution, en l'occurrence, celui technologies de l'information et de la communication (NTIC). Quels sont les standards et bonnes pratiques internationales adoptées dans ce domaine? Où se place le Maroc au niveau mondial? Quels sont les textes de lois qui régissent ce secteur et sont-ils toujours d'actualité? Comment contrer les cyberattaques et protéger la liberté des citoyens marocains sur Internet ? Droits d'auteurs, cyber-responsabilité... autant de questions auxquelles cette étude devra répondre.
Think global, be local
Dans un contexte mondialisé et axé sur un flux importants d'échanges économiques internationaux, l'efficacité et la crédibilité des réseaux et systèmes d'information est primordiale. Conscient de ces enjeux, le Maroc avait déjà initié, en 2008, une étude portant sur «l'élaboration d'une politique nationale visant l'instauration de la confiance numérique et de la sécurité des systèmes d'information». Une première approche qui avait permis de tracer les bases d'un plan d'actions à long terme. Recommandant l'adoption d'une politique de cybersécurité articulée sur trois axes principaux : la protection des infrastructures d'information critiques nationales, la lutte contre la cybercriminalité et la création de conditions favorables à l'instauration de la confiance dans l'économie numérique. Aujourd'hui, dans le cadre de la stratégie pour la société de l'information et de l'économie numérique «Maroc Numeric 2013», le pays inscrit la problématique de la confiance numérique parmi ses priorités. Le pays s'apprête donc à revoir ses lois consacrées aux NTIC et à passer en revue sa législation, pour y déceler les obstacles à l'utilisation sécurisée des technologies aussi bien par les citoyens que les entreprises ou administrations marocaines.
Quatre phases importantes
Si au terme de ce projet national, le Maroc ambitionne de s'aligner aux standards internationaux, il n'hésitera pas à faire un large tour d'horizon des différents domaines d'activités et problématiques liées au secteur des NTIC : adaptation des règles du droit des contrats, protection des consommateurs, des données personnelles et jeunes, développement de l'e-gouvernement, responsabilité des différents acteurs du Net, liberté d'expression... Pour ce faire, un benchmark juridique au niveau international devra être réalisé pour permettre une comparaison avec les règles juridiques dédiées à l'environnement numérique marocain. Les conclusions de l'étude donneront finalement lieu à des propositions de textes de lois, de règles de fond procédurales ou organisationnelles qui tout en prenant compte des spécificités juridiques nationales auront pour objectifs de (re)cadrer le secteur numérique national.
La synthèse de ce chantier juridique d'envergure devrait également permettre de cibler les différents domaines et usages nécessitant un encadrement juridique, voire même une redéfinition. En définitive, le projet d'étude annoncé par le ministère sera initiateur de mesures d'accompagnement de nature à assurer l'efficacité des solutions préconisées. Elaborant une matrice juridique, législative et institutionnelle qui renforcera, à terme, la confiance numérique des professionnels mais également des particuliers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.