Le Nigéria décroche le premier ticket pour les huitièmes de finale    Taza. Première édition du festival national de la chanson marocaine    Les choses sérieuses commencent !    Auto Hall-DFSK. Un partenariat de fond    Trump avertit la Chine et critique l'Allemagne avant le G20    Inauguration à Kénitra de la première usine de Nexteer Automotive en Afrique    RAM digitalise son fret aérien avec Portnet    La MDJS certifiée par la World Lottery Association    CAN 2019 : les derniers jours d'Al Ahmadi avec les Lions de l'Atlas    Ell fait l'actu : Imane Ouaadil, nouvelle ambassadeur de SM le Roi auprès du Ghana    Elissa : «J'aimerais bien chanter en dialecte marocain»    Baccalauréat 2019 : La moisson exceptionnelle de Casablanca-Settat    Casablanca en quête d'un air plus frais    Lancement au siège de l'OCDE à Paris du 2e Programme Pays-Maroc    Le mal de maire!    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    L'Europe étouffe sous la canicule, qui va s'intensifier    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    La liste des nouveaux ambassadeurs reçus par le roi    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    Renault rénove un établissement scolaire dans la région d'Essaouira    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    Un policier à Casablanca accusé de chantage, vol et adultère    Tanger-Med : Avortement d'une tentative de trafic de 270 kg de chira    MRE, loin des clichés    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    Les Comores expriment leur "soutien sans réserve" à l'initiative marocaine d'autonomie    Chambre des représentants : Adoption de trois conventions relatives à la ZLECAF et à l'accord de pêche durable Maroc-UE    Le Cameroun réussit son entrée, le Ghana chancelle    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Mawazine 2019 : Elissa embrase Nahda    Royal Air Maroc en représentation au Caire, en marge de la CAN    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    S'énerver plus pour vivre plus    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cybersécurité, le Maroc renforce ses barrières
Publié dans Les ECO le 08 - 07 - 2010

Le Maroc renforce ses garde-fous du Web. Pour ce faire, une étude nationale sera lancée pour le développement du cadre juridique de la confiance numérique et de la cybersécurité. Initiée par le ministère de l'Industrie, du commerce et des nouvelles technologies, cette étude devrait dresser un état des lieux d'un secteur en constante évolution, en l'occurrence, celui technologies de l'information et de la communication (NTIC). Quels sont les standards et bonnes pratiques internationales adoptées dans ce domaine? Où se place le Maroc au niveau mondial? Quels sont les textes de lois qui régissent ce secteur et sont-ils toujours d'actualité? Comment contrer les cyberattaques et protéger la liberté des citoyens marocains sur Internet ? Droits d'auteurs, cyber-responsabilité... autant de questions auxquelles cette étude devra répondre.
Think global, be local
Dans un contexte mondialisé et axé sur un flux importants d'échanges économiques internationaux, l'efficacité et la crédibilité des réseaux et systèmes d'information est primordiale. Conscient de ces enjeux, le Maroc avait déjà initié, en 2008, une étude portant sur «l'élaboration d'une politique nationale visant l'instauration de la confiance numérique et de la sécurité des systèmes d'information». Une première approche qui avait permis de tracer les bases d'un plan d'actions à long terme. Recommandant l'adoption d'une politique de cybersécurité articulée sur trois axes principaux : la protection des infrastructures d'information critiques nationales, la lutte contre la cybercriminalité et la création de conditions favorables à l'instauration de la confiance dans l'économie numérique. Aujourd'hui, dans le cadre de la stratégie pour la société de l'information et de l'économie numérique «Maroc Numeric 2013», le pays inscrit la problématique de la confiance numérique parmi ses priorités. Le pays s'apprête donc à revoir ses lois consacrées aux NTIC et à passer en revue sa législation, pour y déceler les obstacles à l'utilisation sécurisée des technologies aussi bien par les citoyens que les entreprises ou administrations marocaines.
Quatre phases importantes
Si au terme de ce projet national, le Maroc ambitionne de s'aligner aux standards internationaux, il n'hésitera pas à faire un large tour d'horizon des différents domaines d'activités et problématiques liées au secteur des NTIC : adaptation des règles du droit des contrats, protection des consommateurs, des données personnelles et jeunes, développement de l'e-gouvernement, responsabilité des différents acteurs du Net, liberté d'expression... Pour ce faire, un benchmark juridique au niveau international devra être réalisé pour permettre une comparaison avec les règles juridiques dédiées à l'environnement numérique marocain. Les conclusions de l'étude donneront finalement lieu à des propositions de textes de lois, de règles de fond procédurales ou organisationnelles qui tout en prenant compte des spécificités juridiques nationales auront pour objectifs de (re)cadrer le secteur numérique national.
La synthèse de ce chantier juridique d'envergure devrait également permettre de cibler les différents domaines et usages nécessitant un encadrement juridique, voire même une redéfinition. En définitive, le projet d'étude annoncé par le ministère sera initiateur de mesures d'accompagnement de nature à assurer l'efficacité des solutions préconisées. Elaborant une matrice juridique, législative et institutionnelle qui renforcera, à terme, la confiance numérique des professionnels mais également des particuliers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.