2397 nouveaux cas au Maroc: voici d'où ils viennent    Rabat : contrat d'investissement entre Abdelmoumen et CDG Invest    Retour probable de Munir El Haddadi en sélection: qu'en pensent les Marocains (VIDEO)    La BERD octroie un prêt au Crédit Agricole du Maroc    Aid al Adha a-t-il aggravé la situation sanitaire ? El Otmani répond    Pas d'Halloween cette année pour les Américains    Auto Info : Michael Jordan achète une écurie Nascar    Retour progressif de la Omra : et le Maroc ?    Les nouveautés digitales au Maroc et en Afrique ont désormais une adresse    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Opération sécuritaire conjointe au poste-frontière El Guergarat    El Yamiq opte pour Valladolid !    Communiqué du bureau politique du PPS    Le PPS élu à la présidence de la commune Ouled Aissa à Taroudant    Achraf Hakimi brille déjà sur les pelouses italiennes    Sofiane Boufal à la croisée des chemins    Le challenge à narguer!    La beauté de la langue et la richesse de la culture    La Chine et les Etats-Unis s'écharpent à l'ONU    Gabon: La deuxième ligne de production de la CIMAF    France: la Tour Eiffel évacuée après une alerte à la bombe    Henri Konan Bédié appelle à la «désobéissance civile»    Lutte contre le cash: ce que propose Jouahri    Bonne gouvernance : L'Autorité marocaine du marché des capitaux présente son bilan    Déprime économique. Hakouna matata    Coronavirus : le télétravail au Maroc a besoin d'une loi-cadre [Etude]    Régulateurs des médias: La HACA a un nouveau allié en Afrique    Le complot planétaire. Nabila Mounib révèle tout    La sécurité en Afrique en débat    Le roi Mohammed VI adresse un message au roi Salmane    Cinq individus déférés devant le juge d'instruction    Vaccin anti-covid: un virologue marocain annonce une bonne nouvelle    Santé : Le ministre de la Santé tend la main au « secteur libéral »    Reprise de la Omra : ce que l'on sait    Le politologue Bilal Talidi lance un appel aux parlementaires du PJD    Un regard intelligent sur un monde désorienté!    L'Institut français de Meknès expose les graffiti de Reda Boudina    La terre a tremblé mardi au Nord du Maroc    Botola Pro D1 : Le FUS de Rabat terrasse l'OCS    Malgré les critiques, Fati Jamali lance une nouvelle chanson (VIDEO)    «The Moderator» : Un film sur la violence à l'égard des femmes    «Artcurial» présente le bilan de sa première année de présence au Maroc    Inédit : Des journalistes et universitaires arabes débattent avec des responsables et des journalistes israéliens    Cinéma. Nisrine Erraddi nominée à l'Académie de Sotigui    Cameroun : dix ans de réclusion pour des militaires ayant abattu deux femmes et leurs enfants    CORPS SECURITAIRE DE NOUVELLE GENERATION : LA METHODE HAMMOUCHI    Djokovic: « Nadal reste le favori pour Roland-Garros »    Reda Boudina expose sa démarche du graffiti    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour Washington, la colonisation israélienne ne viole pas le droit international
Publié dans Les ECO le 19 - 11 - 2019

En 2016, Obama avait laissé le Conseil de sécurité de l'ONU adopter une résolution déclarant que les colonies étaient une «violation flagrante» du droit international. Même si Ronald Reagan avait insisté, en 1981, pour préciser que cette colonisation n'était pas «illégale», les Etats-Unis la considéraient alors comme «non conforme au droit international».
«L'établissement de colonies de civils israéliens en Cisjordanie n'est pas, en soi, contraire au droit international», a affirmé ce lundi à Washington, Mike Pompeo, le secrétaire d'Etat américain. En affirmant que les colonies israéliennes en Cisjordanie étaient conformes au droit international, le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, met un terme à la position adoptée par les Etats-Unis depuis plus de quarante ans. La décision a été accueillie avec enthousiasme par la droite israélienne et avec consternation par les Palestiniens.
Cette annonce marque une rupture avec le droit international et constitue la dernière en date d'une série de mesures pro-israéliennes risquant d'attiser les tensions entre l'administration Trump et les Palestiniens. Elle est également susceptible d'élargir les désaccords entre l'administration Trump et ses alliés traditionnels, comme l'Europe.
Une prise de position qui a été félicitée par Benyamin Nétanyahou. «Cette politique reflète une vérité historique – que le peuple juif n'est pas un colonisateur étranger en Judée et Samarie [Cisjordanie]», s'est félicité le bureau du Premier ministre dans un communiqué. Le Jerusalem Post a commenté l'annonce, en posant la question : «Est-ce que la décision augmente les chances de paix ?», «oui et non», car cette politique «ne va rien changer immédiatement», mais «l'Amérique dit la vérité. Alors apprécions ce moment». «Maintenant, quand un diplomate européen dit que les colonies sont illégales, Israël peut répondre : selon qui ? Et désigner les Etats-Unis comme un pays qui s'oppose à cette caractérisation».
Comme l'a signalé le Washington Post, l'annonce a été accueillie avec «consternation» par les leaders palestiniens et les défenseurs de la paix, «pour qui l'extension des colonies diminue les chances d'établissement d'un Etat palestinien et par là même sa superficie». Le porte-parole de Mahmoud Abbas a, quant à lui, contesté cette déclaration qui «contredit totalement» le droit international. Pour Saeb Erekat, autre figure palestinienne, l'administration Trump cherche à remplacer le droit international par «la loi de la jungle». Une décision qui a fait réagir l'Union européenne, qui a rappelé sa position «claire et inchangée», à savoir que toute colonisation était illégale et qu'elle «érodait la viabilité d'une solution à deux Etats et les chances d'une paix durable».
Mike Pompeo assure que la nouvelle position des Etats-Unis va ouvrir une voie vers la résolution du conflit. Pour Illan Goldenberg, négociateur dans la région sous le mandat de Barack Obama. «Cette résolution a désormais plus de chance de se faire selon les termes d'Israël, de loin le plus fort des deux camps», a-t-il constaté signalant, par ailleurs, une augmentation du nombre des colonies au cours de l'administration Trump – 600.000 Israéliens y vivraient aujourd'hui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.