Dakhla, capitale de l'intelligentsia africaine?    48es Assises de la presse francophone: Quand «l'empire des émotions» submerge l'information    Crise du PAM: Une réunion décisive cette semaine    Crowdfunding immobilier: Un business model "freemium"    PLF: Le compromis Benchaâboun sur l'article 9    Engie réorganise son activité au Maroc    L'OMC paralysée par Trump    Présidentielle algérienne: La diaspora vote sous tension en France    48es Assises de la presse francophone: Au pays de Roger Milla, de Manu Dibango et de «l'Afrique en miniature»    Nador: Arrestation d'un individu pour implication dans la constitution d'une bande criminelle    Connaissez-vous (vraiment) la Déclaration des Droits de l'Homme ?    Destitution: Donald Trump et l'affaire ukrainienne    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Aéronautique: Karim Cheikh réélu président du GIMAS    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    S.M le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football    Rude épreuve tétouanaise pour le Raja    La Finlandaise Sanna Marin Plus jeune chef de gouvernement de la planète    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    Des taux désespérément effarants    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    Coup d'envoi à Agadir du Festival international Cinéma et migrations    Mohamed Benabdelkader : La dématérialisation, un des principaux piliers de la transformation de l'administration judiciaire nationale    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    S.A.R la Princesse Lalla Hasnaa préside le Conseil d'administration de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    L'égalité genre, prélude à l'autonomisation de la femme    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    Accusée d'"irrespect envers le drapeau national", Oum fait une mise au point    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    Le Maroc classé en dessous de la Palestine    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    Aziza Jalal remonte sur les planches    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour Washington, la colonisation israélienne ne viole pas le droit international
Publié dans Les ECO le 19 - 11 - 2019

En 2016, Obama avait laissé le Conseil de sécurité de l'ONU adopter une résolution déclarant que les colonies étaient une «violation flagrante» du droit international. Même si Ronald Reagan avait insisté, en 1981, pour préciser que cette colonisation n'était pas «illégale», les Etats-Unis la considéraient alors comme «non conforme au droit international».
«L'établissement de colonies de civils israéliens en Cisjordanie n'est pas, en soi, contraire au droit international», a affirmé ce lundi à Washington, Mike Pompeo, le secrétaire d'Etat américain. En affirmant que les colonies israéliennes en Cisjordanie étaient conformes au droit international, le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, met un terme à la position adoptée par les Etats-Unis depuis plus de quarante ans. La décision a été accueillie avec enthousiasme par la droite israélienne et avec consternation par les Palestiniens.
Cette annonce marque une rupture avec le droit international et constitue la dernière en date d'une série de mesures pro-israéliennes risquant d'attiser les tensions entre l'administration Trump et les Palestiniens. Elle est également susceptible d'élargir les désaccords entre l'administration Trump et ses alliés traditionnels, comme l'Europe.
Une prise de position qui a été félicitée par Benyamin Nétanyahou. «Cette politique reflète une vérité historique – que le peuple juif n'est pas un colonisateur étranger en Judée et Samarie [Cisjordanie]», s'est félicité le bureau du Premier ministre dans un communiqué. Le Jerusalem Post a commenté l'annonce, en posant la question : «Est-ce que la décision augmente les chances de paix ?», «oui et non», car cette politique «ne va rien changer immédiatement», mais «l'Amérique dit la vérité. Alors apprécions ce moment». «Maintenant, quand un diplomate européen dit que les colonies sont illégales, Israël peut répondre : selon qui ? Et désigner les Etats-Unis comme un pays qui s'oppose à cette caractérisation».
Comme l'a signalé le Washington Post, l'annonce a été accueillie avec «consternation» par les leaders palestiniens et les défenseurs de la paix, «pour qui l'extension des colonies diminue les chances d'établissement d'un Etat palestinien et par là même sa superficie». Le porte-parole de Mahmoud Abbas a, quant à lui, contesté cette déclaration qui «contredit totalement» le droit international. Pour Saeb Erekat, autre figure palestinienne, l'administration Trump cherche à remplacer le droit international par «la loi de la jungle». Une décision qui a fait réagir l'Union européenne, qui a rappelé sa position «claire et inchangée», à savoir que toute colonisation était illégale et qu'elle «érodait la viabilité d'une solution à deux Etats et les chances d'une paix durable».
Mike Pompeo assure que la nouvelle position des Etats-Unis va ouvrir une voie vers la résolution du conflit. Pour Illan Goldenberg, négociateur dans la région sous le mandat de Barack Obama. «Cette résolution a désormais plus de chance de se faire selon les termes d'Israël, de loin le plus fort des deux camps», a-t-il constaté signalant, par ailleurs, une augmentation du nombre des colonies au cours de l'administration Trump – 600.000 Israéliens y vivraient aujourd'hui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.