Changement de modèle ?    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Ouverture vendredi de la deuxième session de la Chambre des représentants    Le Covid-19 fait chuter la demande et les prix de l'huile à l'échelle mondiale    Intensification des opérations de contrôle des prix et de la qualité des produits alimentaires dans la province d'Al Haouz    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    La guerre des masques a bel et bien lieu    Le pain farci de ma mère ! Il n'y a pas mieux pour tromper le confinement    La culture, un besoin vital en temps de crise    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Coronavirus : 973 infractions en matière des prix et de qualité des produits alimentaires relevées du 1er mars au 5 avril    Le Maroc humaniste!    Ramédistes et salariés affiliés à la CNSS – Attijariwafa bank : Les démarches à suivre pour bénéficier des aides financières    Depuis la déclaration de l'état d'urgence sanitaire : 8.612 personnes arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires    Société Générale Maroc : Un résultat net consolidé en hausse de 8,44% en 2019    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Les agents de propreté: nos protecteurs jetés en pâture    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité    BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Post-coronavirus : les professionnels du BTP se penchent sur l'élaboration d'un plan de relance    Les sept consignes de Benchaâboun    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Covid-19 : 92 nouveaux cas confirmés au Maroc, 1.113 au total    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'OCDE, nihiliste ?
Publié dans Les ECO le 05 - 12 - 2019

On sait que notre système éducatif est défaillant et que les milliards de dirhams qui y ont été injectés n'ont finalement servi à rien, mais une piqûre de rappel pourrait-elle servir dans une situation qui n'a que trop duré? Ainsi, il y a quelques jours, l'OCDE, par l'intermédiaire de son programme PISA, a réveillé en nous une vieille amertume, un sentiment de défaite face aux défis de l'éducation et de l'enseignement. Ce sont des tonnes d'encre qui ont servi à la rédaction et publication d'articles, d'études, autant de signaux d'alarme alertant sur un système qui génère de la médiocrité et qui ne peut que produire des millions de chômeurs.
Le Maroc est classé 75e sur 79 pays, sur la base d'un test de capacités d'un échantillon significatif de 6.814 élèves de 15 ans en lecture, sciences et mathématiques. Chez les plus jeunes, de cinquième et sixième années du primaire, la situation est pire, catastrophique.
Selon l'indicateur de la Banque mondiale «Pauvreté en apprentissage», 66% des enfants âgés de 10 ans ne savent ni lire ni écrire. Il faut en pleurer, tout simplement. Le Maroc est acculé à prendre des décisions fermes, douloureuses et sans ambiguïté aucune car ces jeunes de 15 ans sont ceux qui devront porter le Maroc dans un futur très proche, celui de 2030. Est-ce avec un niveau aussi faible que le Maroc pourra aspirer à l'émergence? Est-ce que ces jeunes, qui auront 25 ans dans une petite dizaine d'années, pourront porter le nouveau modèle de développement? De quelles ressources humaines, et de quel capital immatériel le Maroc de demain sera-t-il fait? Avant de répondre à toutes ces questions, commencez d'abord par renvoyer les enseignants dans leurs classes! Le taux d'absentéisme a battu tous les records, et les absents se trouvent tout simplement dans l'établissement d'en face, privé cette fois! Celui-ci ne représente que 13% de l'ensemble du système.
Qu'a-t-on donc fait des 87%?
C'est cruel !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.