Programme des principales rencontres du samedi 18 janvier    Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Ankara et Rabat ont 15 jours pour produire un ALE plus équilibré    Le groupe coréen "Hands" ouvre sa première unité de production africaine à Tanger    L'activité globale de la CCG en croissance de 23% en 2019    Insolite : Imiter Ghosn    Habib El Malki reçoit le secrétaire d'Etat rwandais chargé de la Communauté de l'Afrique de l'Est    Hommage à Noureddine Belhoucine    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    Cristiano Ronaldo : les secrets de sa forme insolente dévoilés !    Hicham Dekik : La sélection nationale fin prête pour la CAN de futsal à Laâyoune    Handball : Le CHAN à Laâyoune    Tant de dossiers à débattre et de relations à consolider    La forêt et le nouveau modèle de développement    Combien d'années de vie en bonne santé gagne-t-on en adoptant un mode de vie sain ?    Divers    Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca    YouTube diffusera une série documentaire sur Justin Bieber    Shakira est stressée à l'approche du Super Bowl    Liban: L'impasse politique se poursuit    Maroc/Turquie: Importations massives: Halte aux abus!    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    WEF: Que faut-il surveiller en 2020?    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    Brèves Internationales    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Le Sévillan Youssef En-Nesyri débutera par un choc face au Real    Clôture de la session parlementaire d'automne : le compte à rebours est lancé, le bilan s'annonce maigre    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décrets relatifs aux indemnités des magistrats    Botola J-13: Avec le choc de haut de tableau RSB-RAJA    L'OCS réalise un pas en avant vers le carré d'Or    Le PAM accuse le PJD d'avoir utilisé de l'argent public pour organiser une soirée en l'honneur de l'épouse d'El Othmani    La BCP s'engage pour la TPE    La loi passe le cap de la 1ère Chambre    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    Amine Razouk et Mehdi Alaoui à la tête de l'Apebi    Arrestation d'un individu pour viol sur mineurs à El Jadida    Marrakech : Des voleurs de palmiers arrêtés en flagrant délit    Distinctions royales aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme    Rapprochement entre Bank Al-Maghrib et le Conseil de la Concurrence    Sidi Slimane: Le gestionnaire délégué de la collecte des déchets ménagers se dote d'une convention collective    Le Sahara marocain «véritable trait d'union entre le Maroc et le reste de l'Afrique»    SM le Roi visite «Bayt Dakira» à la Médina d'Essaouira    Kaws expose pour la première fois au Moyen-Orient    #LesYeuxOuVerts, l'expo écolo pensée pour reconstruire des écoles    Les Moroccan cultural Days démarrent à Londres    Des œuvres d'arts disparaissent du Parlement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La dictature du buzz
Publié dans Les ECO le 10 - 12 - 2019

La toile part dans tous les sens: irrespect des institutions, diffamation de la vie privée des gens, incitation à la violence... Il est temps d'y mettre de l'ordre. Bien sûr, oui à la liberté d'expression, mais à une liberté responsable qui n'empiète pas sur les droits d'autrui. Or, on est arrivé à un stade où tout le monde s'improvise journaliste d'opinion sans pour autant se plier à la déontologie qui encadre la profession. On se permet de tout dire, d'insulter et de diffamer au grand jour et, cerise sur le gâteau, de se faire de l'argent grâce à ces dépassements pourtant sous le coup du Code pénal. Donc non à l'anarchie, non au désordre causé dans la société marocaine, non à la dictature du buzz. Si d'aucuns ont librement choisi de partager les détails de leur quotidien avec les «accros» de la toile, moyennant les émoluments des GAFA, ils enfreignent en revanche la loi en ne s'acquittant pas de leurs impôts comme tout bon citoyen.
En résumé, une majorité écrasante de ces gens, qui ont fait de YouTube un employeur, sont hors-la-loi soit par un contenu s'inscrivant en porte-à-faux avec les lois et la Constitution, soit en ne réglant pas leurs impôts. Sur un tout autre registre, force est de constater que la crise de valeurs à laquelle la société marocaine est confrontée depuis une dizaine d'années au moins revient à cette déferlante de médiocrité que déversent ces «youtubers», aidés en cela par un pôle de médias publics qui leur a totalement cédé le terrain. Pourtant, la solution se trouve au bout des doigts. Encourager les espaces de débat en faveur des citoyens, ouvrir les médias publics aux différentes voix, y compris les plus virulentes, briser les tabous et permettre aux intellectuels de s'y mettre. En deux mots, tirer le niveau vers le haut de façon à ce que la médiocrité soit chassée de fait par un public attiré par la qualité, car las de la médiocrité et du bad buzz. Ce n'est qu'ainsi que l'on pourra recadrer la toile.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.