PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    Transformation digitale au Maroc: une nouvelle stratégie sera prochainement lancée    Allocations familiales: ce que prévoit le gouvernement en 2023    PLF 2023: priorité donnée à l'emploi, les détails    Un sardinier marocain avec 23 marins à bord en difficulté au large de Casablanca    Champions League (tours préliminaires): voici les adversaires du Wydad et du Raja    Mercato : Yassine Labhiri choque le WAC et le Raja en signant à ... Berkane (PHOTO)    Maroc/Covid-19: 191 nouveaux cas et 1 décès ces dernières 24h    Réforme de la Santé: ce que prévoit le gouvernement Akhannouch en 2023    Tanger: un camionneur marocain de 37 ans pris la main dans le sac    Le Marocain Bilal Sahli remporte la médaille d'argent    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule "dans de bonnes conditions", un pic attendu fin août    Taïwan organise des exercices militaires, accuse Pékin de préparer une invasion    Le Groupe arabe à l'ONU salue les efforts soutenus de SM le Roi, Président du Comité Al-Qods    Algérie-arnaque d'étudiants : prison ferme pour deux personnes    Le CCME célèbre les Marocains du Monde et leurs régions    #Dégage_Akhannouch : «le patron d'Afriquia est accusé d'augmenter les prix à la pompe pour s'enrichir»    La France et l'Europe doivent mettre en place une alliance rénovée avec le Maroc (politologue)    Finances publiques: regain de forme des économies    Jeux de la solidarité islamique : Noura Ennadi offre l'or pour le Maroc au 400m haies    Jeux de la solidarité islamique/400 m haies: Noura Ennadi remporte la médaille d'or    Jeux de la solidarité islamique : Laaraj offre l'or au Maroc, El Bouchti en argent au taekwondo    Football : Le championnat marocain, destination préférée des joueurs algériens    Bourse de Casablanca: Clôture en bonne mine    L'endettement financier des ENF à près de 821 MMDH en 2021    Juillet 2022, l'un des plus chauds mois jamais enregistrés dans le monde    Compteur coronavirus: 191 nouveaux cas, plus de 6,7 millions de personnes ont reçu trois doses du vaccin    La Marine royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Les murales forcent l'admiration par leur esthétique    Maroc : La SNRT ouvre ses portes aux associations des Marocains du monde    Célébration de « Baba Achour »    Le moussem de Moulay Abdellah Amghar revient après deux ans de suspension    Les Casques bleus en Afrique, entre consentement et crise de légitimité    Une nouvelle étude révèle que 58% des maladies infectieuses seraient liées aux menaces climatiques    Frontière turco-syrienne : Erdogan déterminé à mettre en place un corridor de sécurité    L'UE annonce une aide de 261 millions d'euros à l'UNRWA    Les Etats-Unis et les pays africains, des « partenaires égaux » face aux nouveaux défis    Accord de paix au Tchad: l'ONU salue une « étape importante » dans l'histoire du pays    La culture autre levier de la diplomatie marocaine    Le «Pavillon Bleu» hissé pour la 11è fois consécutive sur la plage d'Aglou à Tiznit    Clôture à Ain Leuh du 21ème Festival national d'Ahidous    Beyonce au sommet des ventes aux Etats-Unis, une première depuis près de 15 ans    Interview avec Ahmed Taoufik Moulnakhla : « Nous voulons contribuer au développement du partenariat Sud-Sud »    Najat Aâtabou danse et chante à l'occasion d'Achoura (VIDEO)    Météo. Voici le temps qu'il fera ce mardi 09 août au Maroc    Le Conseil de sécurité de l'ONU se penche sur la situation à Gaza    Le «Parlement itinérant» fait escale à Tanger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Jorf Lasfar, les raisons d'un choix
Publié dans Les ECO le 03 - 04 - 2012

Si le plan gazier est encore loin de fournir tous ses secrets, le schéma d'approvisionnement du marché local semble en tout cas déjà ficelé. Le Maroc disposera de deux portes d'entrée, par voie maritime et terrestre. La première sera destinée à l'importation du gaz naturel liquéfié (GNL) et constituera l'élément clé du dispositif d'approvisionnement à terme, prévu par le royaume. Jusqu'à maintenant, trois sites étaient étudiés pour abriter le terminal portuaire qui devrait accueillir les méthaniers (navires de transport de GNL, de tailles généralement très importantes, ndlr). Il s'agissait de Nador, Casablanca, ou de la plateforme de plus en plus à vocation industrielle et minière de Jorf Lasfar. Cependant, le gouvernement semble avoir finalement retenu cette dernière option, si l'on s'en remet aux dires de Saïd El Oufir, directeur des combustibles et carburants au ministère de l'Energie, des mines, de l'eau et de l'environnement, lors du dernier Congrès international sur le gaz naturel, organisé par la Fédération de l'énergie (MEMEE). Le responsable a également dévoilé quelques éléments sur les raisons prioritaires de ce choix. «Le premier est stratégique», souligne-t-il. Dans le plan d'approvisionnement en gaz naturel préparé par la tutelle, l'emplacement de ce terminal méthanier à Jorf Lasfar, répond à des priorités de proximité géographique avec les grands centres de consommation énergétique du pays. «L'objectif est de réduire au minimum les investissements et charges liés au transport et à la distribution du gaz, à partir du terminal portuaire», explique El Oufir. Ces centres de consommation sont pour la plupart concentrés sur la côte atlantique, sur l'axe Kénitra-Rabat-Casablanca-El Jadida, ce qui prédisposait Jorf Lasfar à être la plateforme d'importation de cette ressource énergétique.
Des contraintes de coût...
La deuxième raison de ce choix est d'ordre financier, mais reste étroitement lié à la première. «Nous avons profondément étudié le cas de Nador mais le choix de cette région pour abriter ce terminal, aurait entraîné des coûts et contraintes importants de distribution du gaz vers le littoral ouest, sans parler des investissements qui seront liés à la construction d'un pipeline pour relier ces deux sites», ajoute le responsable. «Nous avons estimé ce surcoût entre 10 et 15 MDH, ce qui n'est pas négligeable», explique le directeur des combustibles et carburants au MEMEE. Il faudrait également prendre en compte dans l'option du pipeline, les impacts environnementaux et les risques d'accidents que cela suppose. Le troisième critère est lié aux secteurs destinataires et à l'utilisation du gaz naturel. «La priorité est de mise pour les secteurs de la production d'électricité, du raffinage et industriel», précise-t-on auprès de la tutelle. Sur cet aspect, la région du littoral ouest s'en retrouve la mieux favorisée. Elle concentre l'essentiel des productions industrielles, électriques et de produits de raffinage d'hydrocarbures, du royaume. Pour le segment de la consommation domestique directe, il ne devrait pas être exploité avant... 2030 !
... Et des opportunités
En attendant, les opérateurs privés désirant investir dans la chaîne gazière (stockage, transport et distribution), sont déjà à l'affût d'intérêts économiques. Afriquia Gaz, l'enseigne du groupe Akwa spécialiste du secteur, semble déjà prendre les devants, sans parler de son positionnement sur le Gaz de pétrole liquéfié déjà concrétisé dans la même région. Pour rappel, la deuxième phase du projet d'extension du terminal de stockage de GPL à Jorf Lasfar, a été finalisée en juin dernier, avec près de 340 MDH. Pour le cas précis du GNL, la même enseigne est également engagée dans la construction du terminal méthanier, à travers une convention de partenariat avec la Société nationale d'investissement (SNI). Le partenariat public-privé prôné par la tutelle pour la mise en place du plan gazier, a d'ailleurs été réitéré par Fouad Douiri, jeudi dernier à Casablanca. Il faut savoir que le poids des investissements est plus facile à appréhender lorsqu'il est partagé entre plusieurs acteurs. Le terminal méthanier de Jorf Lasfar devrait avoir une capacité de 10 milliards de m3/an, en GNL, pour un coût de réalisation estimé jusque là, entre 600 millions d'euros et le milliard d'euro. Concrètement, outre le terminal destiné à accueillir les navires méthaniers, le projet devrait intégrer des infrastructures de stockage, ainsi que des installations de regazéification (Le GNL est regazéfié après débarquement à l'état liquide), et un gazoduc, relié à un réseau de distribution.
Le GME arrosera le Nord-Est
Outre la plateforme GNL portuaire de Jorf Lasfar, le Gazoduc Maghreb-Europe convoyant les exportations de gaz naturel algérien vers le marché européen, devrait être la seconde porte d'approvisionnement du pays en cette ressource énergétique. Elle devrait ainsi permettre l'alimentation de la zone de consommation Nord-Est du royaume, caractérisée principalement par la centrale à cycle combiné de Tahadart et celle thermosolaire de Ain Beni Mathar, dans la région d'Oujda.
Il faut savoir en effet qu'en plus d'être une source d'énergie primaire, le gaz naturel peut aussi servir à la production d'électricité. Le gazoduc est l'option de transport de gaz naturel la plus répandue dans le monde. Elle est cependant quatre ou cinq fois plus coûteuse que le transport du pétrole par pipeline, pour avoir une idée sur la lourdeur des investissements. Cela est du au fait que le gaz doit être comprimé tous les 120 ou 150 km de gazoduc, par des stations de compression. Ces compressions permettent au gaz de se déplacer à une vitesse allant de 15 à 20 km/h. En plus de la redevance marocaine prélevée sur le GME, le Maroc a commencé à importer du gaz naturel algérien à partir du mois de novembre dernier. La quantité importée à fin 2011 s'élève à 104,4 MNm3 (Million normal de mètre cubes), portant ainsi la consommation du gaz naturel dans les centrales thermiques à 745,2 MNm3 à fin 2011 contre 583,23 MNm3 en 2010, soit une hausse de 27,8%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.