Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Marché du halal : le Maroc en quête de repositionnement
Publié dans Les ECO le 25 - 11 - 2020

Positionné à la 45e place sur le marché des exportations de produits halal, le Maroc veut miser sur la certification afin de se repositionner en vrai hub de production et de distribution.
Le marché du halal, de l'alimentation aux cosmétiques en passant par la mode, génère chaque année 2.000 milliards de dollars et croît d'environ 5,2% annuellement, a révélé récemment un rapport sur la situation de l'économie islamique dans le monde. Pour les années à venir, les rédacteurs dudit document tablent sur des projections plus prometteuses, notamment une croissance de 6,2% d'ici 2024. Le marché du halal incarne ainsi un fort potentiel pour les pays émergents, à l'image du Maroc car «il repose sur les besoins et préférences d'environ 1,9 milliard de musulmans et d'autres consommateurs non-musulmans attirés par la qualité et l'hygiène du halal», dira-t-on. En effet, les produits et services ethniques offrent de nombreuses opportunités pour le royaume, notamment à travers le marché halal. Le Maroc est classé 45e en exportation de produits halal, avec 810 millions de dollars de produits exportés vers les pays de l'OCI (Organisation de la coopération islamique) : 747 millions de dollars d'exportation concernent l'alimentation, 48 millions de dollars les produits pharmaceutiques et 15 millions de dollars les produits cosmétiques. Cependant, le Maroc est encore en deçà de son potentiel export. «Jusqu'à présent, 150 entreprises marocaines ont été labellisées halal par Imanor pour 500 références seulement», regrette Abderrahim Taibi, le directeur général de l'Institut marocain de normalisation.
Miser sur la certification
Afin de dynamiser l'offre exportable marocaine, Taibi souligne qu'il faut améliorer le nombre d'entreprises certifiées halal et intéresser les PME. «Ce n'est pas parce que le marché est prometteur que nous allons y accéder facilement», affirme Taibi. Une lacune qui devrait être rapidement corrigée puisque la sensibilisation des entreprises marocaines, en particulier les PME et TPE, aux opportunités qu'offre ce marché mondial, fait l'objet d'un plan d'action à l'Association marocaine des exportateurs. «Le changement des habitudes de consommation et l'appétence des consommateurs pour les produits sains et de provenance contrôlée sont une opportunité de plus pour le label halal marocain puisque la tendance de consommer halal continue sa progression, même chez les non-musulmans. L'Asmex a érigé ce secteur en priorité, car la croissance de ce business ne profite pas encore aux entreprises marocaines», assure Hassan Sentissi El Idrissi, président de l'Asmex, vantant dans la même foulée les atouts du Maroc, lequel pays jouit d'une position géostratégique importante qui peut en faire un hub de production ou de distribution de produits halal.
«Le label halal marocain doit être un projet commun»
D'ailleurs, poursuit Sentissi, «le Maroc détient 42% des flux d'investissements directs étrangers sur le continent africain. Ces données pourraient contribuer à l'essor des exportations marocaines estampillées halal, aidé en cela par une stratégie concertée, intégrée, innovante et où l'outil industriel est impliqué». Toujours, selon le patron des exportateurs marocains, le développement des produits halal marocains, destinés à l'export, nécessite également une adhésion de toutes les entreprises professionnelles et les institutions concernées, selon les pratiques mises en place au niveau international. «Le label halal marocain doit être un projet commun autour duquel les autorités devraient se fédérer afin de lui offrir une large visibilité internationale», indique Hassan Sentissi El Idrissi, notant un contexte marqué par une concurrence rude, puisque 52 pays disposent déjà de leur label halal et exportent vers les marchés clés que sont la Malaisie, l'Indonésie et les pays du Golfe………………………………………………………………………………………………………………………………………
LIRE LA SUITE SUR LE JOURNAL LES ECO
Khadim Mbaye / Les Inspirations Eco


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.