Maroc. La SFI engagée pour stimuler la reprise économique    ONEE/BEI : un nouvel accord de financement de 37,5 millions d'euros    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'Organisation Internationale du Travail    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Covid-19: le Chili a vacciné 80% de la population cible    Prévisions météorologiques pour la journée du jeudi 24 juin 2021    Environ 48% des migrants exercent une activité professionnelle    L'Espagne inquiète du développement agricole au Sahara marocain    IFC va appuyer la mise en œuvre du Fonds Mohammed VI    Sahara Marocain: Quand John Bolton s'emmêle les pinceaux    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    Politique. Le nomadisme n'est que la conséquence de la crise    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    Sahara marocain : le plan d'autonomie, seule option pour une solution définitive    Bangkok : remise d'une décoration Royale à l'ex-ambassadeur de Thaïlande au Maroc    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 29 mai    HCP: La sécurité au Maroc attire les migrants    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    LMN'ART : Débarquement immédiat !    Enseignement: la rentrée scolaire 2021/2022 fixée au 3 septembre    Maroc : les listes A et B mises à jour au moins deux fois par mois    Le variant Delta sème la terreur dans le monde    Les baisses des prix des billets coûteront 4,5 MMDH à l'état    Un autre Charles de Foucauld est parmi nous    PND : réunion consultative entre les partis représentés au Parlement et la CSMD    Banques: le besoin de liquidité se creuse à 72,6 milliards de DH en mai    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Commerce électronique : QNET remporte trois trophées à l'échelle mondiale    À Genève, l'intégrité territoriale du Maroc plus que jamais appuyée    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Coupe arabe U20 : Djibouti – Maroc, les Lionceaux pour confirmer    SM Caen : Yacine Bammou se prépare pour son retour    Liverpool, un joyaux britannique sur le point de disparaître du patrimoine de l'Unesco    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    Le stage de Saint-Etienne au Maroc annulé    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'OIT    Ismaïl Haniyeh, le leader du Hamas, chez le PJD    Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à l' »Etat islamique » s'activant dans la région de Marrakech-Safi (BCIJ)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Covid-19 : ce que l'on sait sur le vaccin au Maroc
Publié dans Les ECO le 27 - 11 - 2020

Le Maroc est à fond dans la course au vaccin contre la Covid-19. Le royaume ambitionne de se positionner en figure de proue sur le continent et promet la fabrication d'un vaccin «made in Morocco» exempt de tout risque infectieux. Indiscrétions.
Fabriquer des vaccins de bonne qualité au Maroc, voici un nouveau projet pour lequel le royaume nourrit actuellement de grandes ambitions. Le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, y croit fermement. Dans un entretien accordé à l'agence de presse russe Sputnik, Ait Taleb a en effet affirmé que des vaccins seraient produits depuis une plateforme de production vaccinale de haute technologie dans la ville technologique Mohammed VI de Tanger. Et tout semble indiquer que les choses vont aller très vite. Un produit est annoncé sur le marché local prochainement. Et il s'agirait d'un vaccin de bonne qualité.
«Le vaccin est passé par tous les processus et il a déjà été validé par la tutelle», explique aux Inspirations ECO Mustapha Ennaji, directeur du laboratoire de virologie de l'université Hassan II de Casablanca, expliquant qu'il y a trois phases pour produire un vaccin. Le vaccin est de type inactivé. Par conséquent, poursuit notre interlocuteur, il est exempt de tout risque infectieux dans la mesure où il est dépourvu de tout pouvoir infectant par procédé physico-chimique. En revanche, selon les experts, plusieurs injections, par voie intramusculaire ou sous-cutanée, sont souvent nécessaires pour obtenir une immunisation suffisante. Non seulement le Maroc veut son propre vaccin de bonne qualité, mais également et surtout, il se donne les moyens pour se le procurer dans les délais. «Ces projets vont prendre quelques mois pour voir le jour, mais il se peut qu'en fin d'année prochaine, nous commençons déjà la production de nos vaccins», a ajouté le ministre.
S'agissant de la campagne de vaccination anti-covid-19, Ait Taleb a affirmé que «nous faisons de notre mieux pour qu'elle débute à la mi-décembre».
Dans tous les cas, et c'est le plus important, «notre souhait est qu'elle soit très courte – ne dépassant pas les trois mois –, qu'elle touche 80% des plus de 18 ans – la population à risque en premier –, et qu'elle offre une vaccination large pour un retour à la normalité le plus tôt possible, soit l'année prochaine», a souligné le ministre. «Si l'on arrive à atteindre ce seuil (de 80%), même s'il y a des cas de contamination, le virus disparaîtra automatiquement de manière spontanée. Ainsi, on va pouvoir se libérer de cette crise qui impacte fortement l'économie et tous les autres secteurs qui sont en souffrance actuellement», a assuré le ministre. Il a par ailleurs indiqué que pour la première fois de son histoire, le Maroc participe à des essais vaccinaux multicentriques, affirmant que c'est surtout un transfert d'expertise et un acquis pour le pays.
Ait Taleb a en outre indiqué qu'au Maroc, «nous sommes dans une gestion proactive et anticipative et donc nous avons diversifié les sources d'approvisionnement».
Le vaccin aujourd'hui est une denrée rare et la capacité de production est limitée pour satisfaire les besoins du monde entier, a-t-il ajouté, notant qu'il ne faut pas non plus se cantonner seulement à un type de vaccin, parce que chaque sérum offre un type d'immunité particulière et le mélange des immunités permet d'atteindre une immunité de groupe assez rapidement. Pendant les négociations, a poursuivi le ministre, nous avons ciblé plusieurs firmes et avons, à la fin, opté pour le laboratoire chinois Sinopharm et le groupe britannico-suédois Astrazeneca. «Les essais cliniques de leurs vaccins sont très probants. Si tout va bien, on aura les premiers arrivages d'ici décembre. Pour les autres laboratoires, les négociations sont toujours en cours», a indiqué Ait Taleb. Pour le vaccin russe Spoutnik-V, il a indiqué qu'il compte discuter de cette question avec son homologue russe la semaine prochaine. Ainsi, le Maroc va non seulement se procurer des vaccins de qualité à temps, mais également assurer l'approvisionnement de l'Afrique subsaharienne et du Maghreb. 
Khadim Mbaye / Les Inspirations Eco


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.