Publication : Nasser Bouchiba esquisse 60 ans d'Histoire des Relations entre le Maroc et la Chine    Twitter propose aux utilisateurs de donner des "pourboires" à leurs comptes favoris    LDC : Tuchel a-t-il pris un ascendant psychologique sur Guardiola ?    Sadiq Khan réélu maire de Londres    Marrakech: destruction de 2,2 tonnes de produits impropres à la consommation    Météo: le temps prévu ce dimanche 9 mai au Maroc    CAN Féminine, Maroc 2022 : Participation record aux éliminatoires    3ème édition du programme TOYP: la JCI honore les jeunes talents    Hakim Ziyech : "C'était un bon moment pour moi de marquer"    Vente illégale de médicaments: le chef du parquet a envoyé une circulaire aux procureurs    Affaire Brahim Ghali : «l'Espagne maintient sa posture», selon Arachan Gonzalez Araya    Manchester-Chelsea (1-2) : City puni par les Blues grâce à Ziyech, Alonso et à... Aguero !    Association Internationale de la Presse Sportive : Session hispanophone de la photographie    L'insécurité alimentaire aiguë a atteint son niveau le plus élevé en cinq ans (GNAFC)    Deux Marocains remportent les troisième et cinquième places du prix Katara pour la récitation du saint Coran    Des manifestants tchadiens brûlent le drapeau français, France 24 filme mais no comment    Baccalauréat 2021 : le MEN publie un guide des candidats    Allemagne: le Bayern remporte son 9è titre consécutif    Maroc-Espagne : un manifeste signé par 9 partis politiques    Le wydad reçoit des vœux pour son 84e anniversaire (PHOTOS)    Al Hoceima: une opération d'immigration illégale avortée, un individu interpellé    L'accueil du dénommé Brahim Ghali en Espagne, un acte «inacceptable» et «condamnable» (Partis politiques marocains)    Covid-19/Maroc : Sept décès et 314 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    Aïd El-Fitr: Marrakech sous haute surveillance    Commémoration du 8 mai 1945 : la France met à l'honneur un goumier marocain âgé de 103 ans    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 8 mai 2021 à 16H00    Al Akhawayn pilote un projet de transformation des huiles de friture en biodiesel carburant    Médias: le long calvaire des journalistes    Enseignement supérieur: Amzazi s'attaque au cumul d'activités des enseignants-chercheurs    Le rappeur marocain Issam dévoile son premier album "Crystal"    La Chine lance une campagne contre la fraude et la cyberviolence    Coworking : le suisse IWG ouvre un nouvel espace de travail à Casablanca    AstraZeneca: la France recense deux nouveaux cas de thromboses, dont un décès    Marocains bloqués à l'étranger : la DGAC annonce les conditions d'accès au territoire national    Marocains bloqués à l'étranger : voici les conditions exigées pour les vols de rapatriement    La Bourse de Casablanca en nette hausse du 3 au 7 mai    Le régime algérien réclame toujours la «repentance» de la France pour la période coloniale    Le Maroc et le Koweït déterminés à donner une forte impulsion à leurs relations bilatérales (ministre Koweïtien)    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    Météo Maroc: le temps prévu ce samedi 8 mai    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région Fès-Meknès    Le projet Andam pour que reste la parole    Mounia Lamkimel : "J'aime les personnages complexes et je n'aime pas que l'on me colle une étiquette"    Cinéma : Un réseau d'acteurs pour la promotion des droits de l'Homme voit le jour    "Tlata Del Ferhate", le bonheur est le plus grand des trésors ! Dimanche à 23h00    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Nouvelle édition du Festival international de Meknès du cinéma des jeunes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Politique monétaire : creusement du déficit de liquidité bancaire
Publié dans Les ECO le 07 - 04 - 2021

Malgré le ralentissement enregistré en ce début d'année, le déficit de liquidité bancaire devrait continuer de se creuser à moyen terme. Une progression estimée par Bank Al-Maghrib sur la base d'une hausse attendue de la monnaie fiduciaire atténuée par l'évolution des réserves de change.
Le déficit de liquidité bancaire devrait se creuser davantage à l'horizon 2022. Il devrait passer, selon Bank Al-Maghrib (BAM), de 67 MMDH en 2020 à 84,1 MMDH fin 2021 puis à 92,6 MMDH fin 2022. Il faut dire qu'au cours de l'année 2020, le besoin de liquidité bancaire s'était accentué à 90,2 MMDH en moyenne hebdomadaire contre 76,6 MMDH en 2019. Un creusement porté par la hausse de la circulation fiduciaire, s'élevant ainsi à 44 MMDH en moyenne après 18,5 MMDH un an auparavant. Il faut dire que la masse monétaire en 2020 a été marquée par la forte progression de la circulation fiduciaire qui a augmenté de 50,4 MMDH contre 16,6 MMDH en 2019 et 14,2 MMDH en moyenne durant les cinq dernières années. Elle a également été marquée par l'expansion de 62,3 MMDH des dépôts à vue, soit le double du rythme moyen depuis 2015. Par principale contrepartie, l'évolution de la masse monétaire recouvre notamment des décélérations de 22,3% à 19,3% pour les avoirs officiels de réserve, de 25,8% à 22,4% pour les créances nettes sur l'administration centrale et de 5,3% à 4,7% pour le crédit bancaire. Pour y remédier, la Banque centrale a renforcé ses opérations d'injection tout au long de l'année avant de réduire son effort au cours du quatrième trimestre 2020.
Bank Al-Maghrib a réduit le montant de ses injections à 101,9 MMDH, dont 40,7 MMDH sous forme d'avances à 7 jours, 24,9 MMDH à travers les opérations de pensions livrées, 30,4 MMDH au titre des opérations de prêts garantis accordés dans le cadre des programmes de soutien au financement de la TPME et 5,8 MMDH servis sous forme de swap de change. Parallèlement, le déficit de liquidité bancaire a pu être atténué par l'évolution des réserves de change de BAM qui ont grimpé à 29,2 MMDH en moyenne hebdomadaires après 2,9 MMDH un an auparavant.
À noter que les conditions monétaires ont également été marquées en 2020 par un recul annuel du taux débiteur moyen de 49 points de base, avec en particulier une baisse de 119 points pour les TPME, reflétant les réductions opérées de 75 points de base au total du taux directeur, ainsi que par une appréciation du taux de change effectif. Il faut dire que, dans ce contexte, la Banque centrale a procédé à la réduction de 75 points de base du taux d'intérêt directeur, entre mars et juin 2020, afin de le ramener à 1,5%. À cela s'ajoute la libération du compte de la réserve obligatoire au profit des banques, ce qui a permis d'injecter pas moins de 12 MMDH dans le système bancaire et, ainsi, de soulager leurs trésoreries, fortement impactées par les mesures liées à la lutte contre les effets de la pandémie de Covid-19. BAM a aussi mis en place plusieurs mesures pour faciliter le financement de l'économie et renforcer la capacité du système bancaire à répondre aux besoins des entreprises et des ménages tels que les reports d'échéances de crédits ou encore les produits Damane Oxygène et Damane Relance.... Dans ce contexte, l'encours du crédit bancaire au secteur non financier a clôturé l'année 2020 avec une hausse de 3,9% contre 5,5% en 2019, supporté par les mesures de soutien et de relance mises en place.
Cette politique monétaire très accommodante a ainsi permis à la Banque centrale d'assurer des conditions de financement adéquates, ce qui n'est pas du goût de certains professionnels de la place. «L'absence de pressions inflationnistes à horizon 2022 offre à Bank Al-Maghrib une marge de manœuvre confortable pour assouplir davantage sa politique monétaire, dans le cas où les conditions de financement de l'économie s'avèrent peu suffisantes», soutiennent les analystes d'Attijari Global Research. Or, en termes de perspectives, et tenant compte des prévisions de la croissance économique et des anticipations du système bancaire, il devrait s'accroître de 3,6% en 2021 et de 3,7% en 2022. Dans ces conditions, et prenant en considération l'évolution des autres contreparties de la masse monétaire, la progression de l'agrégat M3 devrait ralentir à 3,2% en 2021 avant de s'accélérer à 4,3% en 2022.
Pour sa part, et sous l'effet d'un niveau d'inflation domestique inférieur à celui des pays partenaires et concurrents, le taux de change effectif réel devrait se déprécier sur l'horizon de prévision. Après une appréciation de 0,8% en 2020, le taux de change effectif réel devrait se déprécier de 0,8% en 2021 et de 0,6% en 2022.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.