Première sortie pour l'ex-Conseil de la magistrature    Justice: Un droit d'accès à l'information a minima    PJD: El Othmani dénonce «les perturbateurs»    Assurance-vie: L'Autorité surveille le dispositif anti-blanchiment    Marrakech/aéroport: Le ras-le-bol des professionnels du tourisme    Un pendentif de Marie-Antoinette adjugé 36 millions de dollars    L'Europe riposte à la guerre commerciale déclarée par Trump    Forum de Paris sur la paix: Des initiatives pour améliorer la gouvernance    Tibu éduque le rural par le Basket    Dix mois pour préparer les Jeux africains 2019    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    Ecole rurale: A quoi joue l'Education nationale?    Pétrole : Le Maroc serait «sous-exploré»    Les pertes d'Uber continuent d'enfler    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Le pape François se rendra en voyage apostolique au Maroc    Nasser Bourita : Le Maroc demeure attaché à une solution consensuelle en Libye    Les PPP ont le vent en poupe en Afrique    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    Pour ou contre les JO-2026 ? Les habitants de Calgary donnent leur avis    Le Real Madrid confirme Solari, nommé jusqu'en 2021    Premier league : Susanna Dinnage, première femme à la tête de la Premier League    Les relations Maroc-USA examinées à Rabat    Mohamed Benabdelkader : Le maintien ou non de l'heure d'été dépend des résultats de son évaluation    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    Britanniques et Européens sont parvenus à un accord de principe sur l'Irlande    "Rêves d'une oasis" de Aziz Khoidir en compétition en Côte d'Ivoire    Bouillon de culture    BAM et l'ANRT lancent "m-wallet", un nouveau moyen de paiement par téléphone mobile    Paiement mobile: 6 millions d'utilisateurs et 1,3 MMDH de transactions visés d'ici 2024    Journée mondiale du diabète: Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    Le tribunal administratif de Rabat destitue le président du conseil communal de Harhoura    « We Could Be Heroes », le documentaire poignant de Hind Bensari primé au Canada    Italie : Salvini accueille 51 migrants en provenance du Niger    Brexit : Le projet d'accord « répond au vote des britanniques », soutient May    Debdou célèbre le patrimoine juif marocain    Les Ateliers de l'Atlas, nouveau programme d'aide au développement de talents du MENA    Une nouvelle liste du Patrimoine culturel national    Une enquête sur le recrutement de deux joueurs mineurs par l'AS Monaco    Nuit des galeries 2018 : Appel à candidature    l'ONU décidée à clore le dossier du Sahara    Le Forum africain de la sécurité routière entame ses travaux à Marrakech    Arrestation de quatre personnes impliquées dans l'affaire : Saisie à Marrakech d'une importante quantité de drogue    Entre le marteau du refoulement et l'enclume du déplacement    "Le serviteur du Roi", cinquième tome des mémoires de Mohamed Seddik Maaninou    Limiter l'abandon scolaire à défaut de pouvoir l'éradiquer    Divers    L'équipe nationale sacrée 3e au niveau mondial    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Finéa mise sur la PME
Publié dans Les ECO le 01 - 04 - 2013


10milliards de DH ! C'est le montant des financements autorisés que Finéa prévoit d'apporter à pas moins de 1.500 entreprises à l'horizon 2017. Ce qui représente plus que le double de l'activité de l'ex-Caisse marocaine des marchés (CMM) en 2012. C'est, en gros, la déclinaison que fait la société de son plan de développement 2013-2017. La société, qui a récemment opéré une augmentation de son capital de 50 MDH, pour le porter à 120 MDH, a procédé aussi à un changement de son nom et de son identité visuelle (de CMM à Finéa). Cela entre également dans le cadre de sa nouvelle vision stratégique. L'entreprise, dont la mission est de faciliter l'accès au financement et à la commande publique (essentiellement le BTP) des entreprises, notamment les PME, a clôturé l'année 2012 sur un PNB de 51,6 MDH pour un résultat net de 20,2 MDH. Les financements autorisés se sont établis par ailleurs à 4 milliards de DH et ont profité à quelques 600 entreprises pour des marchés nantis de 5 milliards de DH. «Répondre à la problématique du financement de la PME est un passage obligé pour assurer le développement économique du Maroc», relève Saïd Laftit, président de Finéa et secrétaire général à CDG, avant d'ajouter que «la Caisse de dépôt et de gestion, qui détient 99% des parts de Finéa, entend suivre le même modèle que la banque allemande de développement (KFW), qui a pour vocation la mise en œuvre des missions d'intérêt public telle que le soutien aux petites et moyennes entreprises». D'ailleurs, «la PME représente 95% des entreprises, 50% d'investissement, 40% de la production marocaine et 20% de la valeur ajoutée du pays», note Ali Bensouda, administrateur directeur général à Finéa. Selon Laftit, le secteur bancaire au Maroc est structuré et joue pleinement son rôle dans le financement de l'économie, mais il reste en revanche beaucoup de choses à entreprendre, afin de faciliter l'accès au financement pour les PME. «Quand il s'agit d'apporter le financement aux grandes entreprises, les banques étudient les dossiers au cas par cas, mais ce n'est malheureusement pas le cas pour les PME. Le traitement des demandes des petites et moyennes entreprises est souvent traité indépendamment de leurs secteurs d'activités», fait-il savoir. Finéa entend ainsi remédier à cette problématique en adoptant une logique de développement de niche quant à la conception de l'offre PME. Elle intervient en octroyant sa garantie intégrale aux banques pour le financement sous forme d'Avances sur marchés nantis (ASMN), au profit des entreprises titulaires de marchés publics et parapublics. Elle se matérialise par l'escompte d'effets avalisés ou par un système d'échange électronique. Concrètement, la société propose essentiellement le décaissement en cofinancement, la garantie à l'export et du crédit d'impôts TVA, ainsi que le financement sous forme de caution. Finéa contribue donc au développement de la PME sur le court terme, en intervenant dans son cycle d'exploitation. «Une grande entreprise ne peut périr à cause de la problématique du financement du crédit TVA, contrairement à la PME. C'est à ce niveau là que Finéa innove, en apportant des solutions concrète», soulève Laftit. Finéa est également gestionnaire du Fonds de garantie dédié à la commande publique (FGCP), dont les contributeurs sont l'Etat (50%), la CDG (25%), et quelques banques. Il bénéficie d'une dotation de 100 millions de DH, avec un coefficient multiplicateur de 8, soit une puissance de garantie de 800 MDH. Ceci étant, l'ex-CMM ne perd pas de vue l'importance de la gestion du risque, dans la mesure où elle est garante d'un tissu économique qui n'est pas totalement couvert. La société essaye dans ce sens d'équilibrer la balance entre mission d'intérêt général et rentabilité, pour ne pas tomber dans les mêmes erreurs que par le passé. En 2003, la Caisse marocaine des marchés avait failli périr sous le joug des créances en souffrance. Finéa affiche par ailleurs des ambitions pour le marché africain, qui est aujourd'hui en plein essor. Elle entend ainsi accompagner les PME qui veulent développer leur activité sur le continent.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.