Sahara : L'Algérie courtise les nouvelles autorités colombiennes    Météo Maroc: températures maximales en légère hausse ce jeudi 11 août    Le Real Madrid remporte la Supercoupe de l'UEFA contre l'Eintracht Francfort    Jeux de la solidarité islamique/Taekwondo: Abdelbasset Wasfi décroche la médaille d'or, Safia Salih et Nezha El Assal en bronze    Transport routier : c'est parti pour les primes à la casse    Donald Trump suggère que le FBI pourrait avoir «placé» des preuves lors de la perquisition    Le Maroc organise des colonies de vacances au profit des enfants d'Al-Qods à partir du vendredi    Hammouchi reçoit le patron de la police espagnole    Le secteur de la santé se réforme, les financements s'annoncent lourds    فيروس كورونا: 148 إصابة جديدة وحالتي وفاة خلال ال24 ساعة الماضية    Vague de chaleur vendredi et samedi dans plusieurs provinces du Royaume    Oscars 2023: lancement d'un appel à candidatures pour sélectionner le long-métrage qui représentera le Maroc    La FRMF convie Vahid Halilhodzic à une réunion qui déboucherait sur son licenciement    Bourse de Casablanca: Clôture en légère hausse    PLF-2023 : La langue amazighe, une priorité gouvernementale    La Jeunesse Socialiste dénonce le terrorisme de l'entité sioniste    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 10 Aout 2022    L'hépatite C trop peu soignée à causes de « barrières » dans l'accès aux traitements    Relever le nez du guidon !    L'UE présente le « texte final » visant la réactivation de l'accord de Vienne    Une vie et demie pour la profession et la patrie    Un point de connexion pour se réunir et vivre une nouvelle expérience    Un autre coup cinglant au patrimoine de la ville    « Surveiller » ! Le Maroc et la peu reluisante vocation des Apparatchiks d'Alger    Contre vents et marrées, Biden engrange des succès    Algérie: Deux anciens ministres condamnés pour corruption    44e Assemblée Générale de la CAF (Tanzanie) / Motsepé : "L'avenir du football africain est prometteur''    Education: le PLF2023 décline les grandes lignes de la réforme    Bejaad : Festival du cinéma et des arts plastiques    El Jadida : Entre les Doukkalis et le cheval, un lien particulier    Cinéma junior : Et de 5 pour le Festival éducatif de Soura    Le Guatemala est un « allié fiable » du Maroc en Amérique centrale (ministre des relations extérieures)    CAF : Ce mercredi, lancement officiel de la '' Super League Africaine'' par Motsepe et Infantino    KFC ouvre un nouveau restaurant à Derb Ghallef    Espagne : près d'un million de demandes de résidence et de travail en 2021, un record !    Vaccins contre le Covid: L'UE et Moderna anticipent les livraisons    Gravement malade, Brahim Ghali aurait été évacué à l'étranger    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule « dans de bonnes conditions », un pic attendu fin août    La 6ème édition du forum international de la TPE à Dakhla    La deuxième vague Omicron, c'est fini !    Première offre bancaire dédiée aux 12-17 ans : La Banque Populaire lance «Swipe»    Hôpital: accord sur les rémunérations en retard des médecins    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC et le Raja exemptés du premier tour préliminaire    Badr Banoun marque son premier but avec Qatar SC    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.210 blessés en une semaine    PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Cinéma : quand Elvis se raconte à travers Baz Lhurrman
Publié dans Les ECO le 01 - 07 - 2022

Si on vous dit "Blue Suede Shoes", "Suspicious Minds", "Hound Dog" et, pour les puristes et fans de la première heure, "My happiness", on fait évidemment allusion au rockeur à la mèche rebelle le plus connu au monde, j'ai nommé Elvis Presley, l'idole des années sixties ! "Elvis", c'est le petit dernier de Baz Lhurrman, le réalisateur de Gatsby et de Moulin Rouge, qui revient avec un biopic sur le King. Un film qui ne déroge pas au style du réalisateur qui, rappelons-le, a transformé la propriété de Gatsby en un capharnaüm sans nom, autrement dit, qui a complètement dénaturé le roman de Fitzgerald. La rédaction des inspirations Eco revient sur ce film corrosif, qui raconte la déchéance de l'icône, incarnée par Austin Butler et maîtrisée par son impresario, le Colonel Tom Parker, joué par un certain Tom Hanks, complètement métamorphosé pour l'occasion.
Il aura fallu attendre presque dix ans pour que Bas Lhurrman revienne avec un nouveau film, et pas des moindres, puisqu'il s'attaque cette fois-ci au roi du rock'n'roll. Exit l'histoire d'amour avec Priscilla Beaulieu, la caméra de Lhurrman place son objectif sur le fameux Colonel Parker, ce personnage campé par Tom Hanks, métamorphosé en énergumène adipeux, machiavélique qui a orchestré la déchéance du King.
Comme à son habitude, le réalisateur ne prend pas de pincettes, même si on ne s'attendait pas, non plus, à un film retraçant tout bonnement la vie d'Elvis Presley. Ici, les dates n'ont pas d'importance, les faits sont pour la plupart imaginaires, le plus important n'est pas là.
Il se situe dans le message que Lhurrman veut nous faire passer à travers le personnage d'Elvis. Il s'agit, dans le récit du réalisateur australien, de nous raconter l'histoire d'une Amérique à l'innocence perdue, à travers un rockeur incarné avec brio par Austin Butler.
Dans cette version "hystérique" d'Elvis, dont seul Lhurrman a le secret, on conte les tensions d'un pays pendant les trente glorieuses mais aussi l'opposition entre blancs et noirs, entre l'art et le commerce et surtout entre le bien et le mal. Elvis est une célébrité de son temps qui répond aux inquiétudes de son époque.
Dans son déhanché, l'élite américaine voyait un affront, la possibilité de mêler deux cultures irréconciliables, puisque portées par des couleurs de peau différentes. Ce film décrit l'envers du décors d'un Elvis victime du marketing à outrance organisé par un manager vénal et sans pitié.
On y voit aussi un étendard de l'Amérique des années soixante, qui dépérit au fil du temps, et dont la hantise est de disparaître dans l'oubli. Décapant, rythmé , "Elvis", le film, nous en met plein les yeux et les oreilles.
C'est incontestablement un film à voir pour redécouvrir la vie du King autrement, en faisant un bond en arrière dans l'Amérique des pin-ups et des hippies, mais aussi du racisme, de la violence et des assassinats politiques. Le mythe Presley est décortiqué à la manière de Bas Lhurrman qui, une fois de plus, est fidèle à son style.
Il rend a Presley ces lettres de noblesse d'antan dans un film euphorisant, qui redonne à l'icône du Rock'n'roll une stature et une importance qu'il avait fini par perdre, à force de caricatures. Selon nous, incontestablement le meilleur film du réalisateur depuis Gatsby !

Eliane Lafarge / Les Inspirations ECO


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.