ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent à New York à l'initiative "Future we Want"    Compteur Coronavirus : 121 nouveaux cas positif, un seul décès en 24H    Premier League : Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    Météo Maroc: les températures en baisse ce lundi    Renault met le paquet sur l'électrique en France, quid du Maroc ? (VIDEO)    Baignade dans les fontaines à Fès: ce qu'a décidé le conseil communal    À Rabat, un mouvement de contestation contre les «défaillances» du CCME le 11 août    Ammouta de retour au Wydad?    Marocains, il est temps d'économiser l'eau !    Visas Schengen: les Marocains dépités    Motsepe se félicite de la belle réussite de la WAFCON    Date limite de consommation: les autorités sanitaires redoublent de vigilance    Oualidia : pourquoi c'est une destination incontournable pour les vacances    Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara signe un décret accordant la grâce présidentielle à Laurent Gbagbo    Mer de Chine : Pékin annonce des manoeuvres près des Corées    El Jadida : Coup d'envoi du Moussem Moulay Abdellah Amghar    Rabat : La 1ère édition du « Rab'Africa Summer Festival » continue jusqu'au 14 août    Halte aux actes de vandalisme!    Amallah vois double    Mondiaux juniors: Le Marocain Benyazide remporte le bronze du 3000 m steeple    Réunion constitutive du Congrès scientifique universitaire sur les droits de l'Homme    Ukraine. Amnesty international épinglée en Ukraine    Maroc : Partis et ONG dénoncent l'agression israélienne à Gaza    Tunisie : Mise en échec de trois tentatives de migration clandestine    Covid-19 au Maroc : 121 nouvelles infections et 1 décès ce dimanche    Cyberattaque : le site web de la FSDM piraté par un hacker algérien    Festival Al Fida National de théâtre, un souffle de renouveau pour le théâtre    Hommage appuyé à cinq grandes figures du 7ème art marocain    Ligue 1 / Clermont vs PSG (0-5) : Achraf Hakimi buteur    Des plages de poésie à la Cité des Alizés...    Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation dans la bande de Gaza    Gaza: le bilan passe à 31 morts dont six enfants    Lasaad Dridi, nouvel entraîneur de l'Olympique Khouribga    Ain Leuh: Ouverture du 21è Festival national d'Ahidous    Vidéo. Eliminatoires CAN beach-soccer (Maroc-Côte d'Ivoire): La sélection ivoirienne se retire    Températures prévues pour le lundi 08 août 2022    Rabat: Le nouveau parking souterrain Bab Chellah ouvre ses portes au public    Regain de tension entre Israël et le Jihad islamique à Gaza : le Maroc préoccupé    Le chanteur français Daniel Lévi n'est plus    L'Humeur : Deux feux, deux mesures    Eté : Le bronzage, une obsession mauvaise pour la santé    Le Sénégal accuse la police canadienne d'avoir «sauvagement tabassé» une de ses diplomates    12C de l'OMC : Quels intérêts économiques pour le Maroc et l'Afrique ?    Céréales: cinq nouveaux cargos quitteront l'Ukraine dimanche    Magazine : Les Frères Jackfruit, Atlas attitude et Souss system    Gaza : Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation et appelle à éviter davantage d'escalade    Elon Musk accuse Twitter de "fraude"    La revue de presse du samedi 6 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les enseignants marocains brillent à l'étranger, pas leurs universités
Publié dans Les ECO le 07 - 07 - 2022

Les enseignants marocains sont réputés "bons" à l'international en dépit du rang qu'occupent les universités du pays dans les classements mondiaux.
Le moins que l'on puisse dire, c'est que les enseignants marocains, tout comme les médecins, ont une solide réputation à l'étranger. Ils sont souvent invités dans les plus prestigieux colloques, congrès et autres manifestations scientifiques à l'international. Quant à leurs travaux de recherche, ils sont fréquemment couronnés de succès.
Par ailleurs, le bon niveau des étudiants marocains dans les universités étrangères -ou de ceux qui participent à des compétitions à l'international, formés et encadrés par des enseignants marocains- corrobore ce discours. Malgré cela, nuance Khalid Karbaoui, spécialiste en développement personnel et orientation et docteur en entrepreneuriat, ces performances sont à relativiser. Dans les classements internationaux, nos universités brillent soit par leur absence soit par leur mauvais positionnement, estime-t-il.
Pourtant, n'est pas enseignant au Maroc qui veut ! Le diplôme le plus élevé, à savoir le doctorat, reste la norme. Il s'obtient sur trois ans minimum et six ans maximum d'études supérieures, selon les disciplines. Toutefois, «un bon chercheur n'est pas forcément un bon enseignant.
Par conséquent, le ministère est appelé à revoir les critères d'octroi d'un doctorat basé uniquement sur l'accomplissement d'un long travail de recherche en vue d'intégrer des modules sur la pédagogie et l'animation des cours pour ceux qui souhaitent faire carrière dans l'enseignement», préconise Kabaoui. Aussi, pour avoir le profil adéquat d'enseignant, explique-t-il, il faudra choisir le bon candidat lors du concours de recrutement.
À cet effet, la commission composant le jury de recrutement doit être rigoureusement sélectionnée. Quant aux résultats de la présélection et de la sélection définitive, ils devront être connus de tous. L'implication de professionnels du monde socio-économique dans le recrutement des enseignants serait souhaitable, notamment dans certaines disciplines.
En effet, la bonne connaissance des soft skills qui structurent le savoir-être et la personnalité du candidat doit être un facteur distinctif déterminant. Le constat est là : si certains ont opté pour cette profession par passion, beaucoup s'y sont orientés par opportunité. En effet, rares sont les entreprises qui recrutent des docteurs d'autant que ces derniers sont rarement préparés à évoluer dans des domaines bien éloignés de l'enseignement.
Pourtant, poursuit le spécialiste, l'Etat marocain consacre environ 7% de son PIB à l'enseignement en général. Plusieurs études et recherches scientifiques ont établi un lien positif et significatif entre le niveau du budget de l'enseignement et le développement économique des pays. Plus le budget qui y est alloué est important, mieux l'économie se porte.
Seulement, au Maroc, les immenses efforts consentis par l'Etat sont loin de se répercuter sur la qualité de la formation des étudiants, ni celle de l'enseignement et de la recherche, regrette notre interlocuteur. Le Maroc est positionné à la 136e place dans le dernier classement de l'Unesco, avec une absence des universités marocaines dans les classements mondiaux des meilleurs établissements, dont celui du «Shanghai Ranking Universities».
Cette situation interpelle sur l'efficacité des réformes engagées depuis l'indépendance ainsi que sur la bonne gouvernance car le secteur de l'enseignement souffre encore sur plusieurs plans dont une absence de visibilité, une dégradation des conditions matérielle des enseignants, des parcours non adaptés à l'économie et un niveau de recherche scientifique obsolète.
«Seule une bonne volonté politique et un réel diagnostic des vrais problèmes et faiblesses, en capitalisant sur nos forces en dehors de tout marchandage ou compromis, pourra hisser le niveau de l'enseignement et de la recherche au Maroc et accordera à l'enseignant la place qu'il mérite.», explique notre interlocuteur. Dès lors, la réforme de l'enseignement supérieur, et au-delà, des concertations menées avec la région et l'université pour identifier les besoins des territoires de demain, doit associer impérativement les cadres de l'éducation nationale ainsi que les enseignants du primaire et du secondaire.
Cette implication devrait permettre à nos enseignants d'avoir une connaissance réelle des besoins futurs de l'économie et de la société ainsi que des comportements et attitudes les plus recherchés. De telles connaissances les conduiront à réinventer, tenter et oser des pédagogies adaptées et différenciées.
Khalid Karbaoui
Spécialiste en développement personnel et orientation et docteur en entrepreneuriat

La reconnaissance quantitative est liée, évidemment, au salaire qui doit être revu pour une meilleure justice salariale. Il est inconcevable qu'un enseignant dans l'enseignement supérieur perçoive le même salaire, voire moins, qu'un salarié bac+2 ou bac+3 dans certaines grandes entreprises.
Khadim Mbaye / Les Inspirations ECO


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.