Immigration clandestine. L'UE entend soutenir le Maroc à hauteur de 500 millions d'euros    Soutien public complémentaire aux partis politiques    Dette intérieure : Un encours de 666,1 milliards de dirhams à fin juillet    Le CRI Béni Mellal-Khénifra lance une série de webinaires    Yessef appelle en Tanzanie au renforcement de la coopération entre les oulémas africains    Kitesurf : La 7ème édition de «Dakhla Downwind Challenge» se poursuit jusqu'au 20 août    Ligue des champions d'Europe: Le PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers, le Benfica à Kiev    CAN Maroc U23 : Le Tirage au sort des éliminatoires jeudi au Caire    Botola Pro D1 – D2 : Le tirage au sort prévu le 19 août    Les tatouages amazighes au coeur du film documentaire « tagzzayt »    Développement humain : Des projets de 14,28 MDH adoptés à Midelt    Cabo Negro : arrestation de 4 personnes soupçonnées d'être à l'origine de l'incendie    Casablanca : 2 ans de prison ferme pour un escroc récidiviste    Dounia Batma répond avec subtilité aux excuses de son mari (VIDEO)    Zina Daoudia exalte son milliard de vues    1er Festival «Phénomène des groupes musicaux» à Hay Mohammadi    «La femme au colt 45» de Nabyl Lahlou au Théâtre national Mohammed V de Rabat    Feux : quatre suspects accusés d'être des pyromanes arrêtés au nord du Maroc    HCP. 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes    Découvrez le Galaxy Z Flip4 et le Galaxy Z Fold4, les smartphones révolutionnaires de Samsung    Visas refusés : quand Hélène Le Gal tombe dans son propre piège    L'agresseur de Rushdie métamorphosé après un voyage au Liban, selon sa mère    Incendie de forêt à Mdiq: Trois membres de la Protection civile morts    Incendies à Cabo Negro : trois pompiers décédés    Un tribunal condamne une militante à deux ans de prison pour insulte à l'islam    Afrique du Sud: Jacob Zuma bataille contre son renvoi en prison    Carburant : baisse importante des prix entre le 1er juillet et le 15 août (Infographie)    Le Maroc félicité par l'Union Africaine    Cours des devises du mardi 16 août 2022    Job    Météo: les prévisions du mardi 16 août    Le Celtic pense toujours a Ryan Mmae    Hospitalisée, Ahlam Zaimi s'adresse à ses fans    Incendie d'une église au Caire : le Souverain présente ses condoléances au président égyptien    Mohamed Al Turk demande pardon à Dounia Batma (PHOTO)    Hommage à Fatima Boubekdi à Ifrane    Washington exclut le dégel de fonds afghans    William Ruto élu président du Kenya    CAN Maroc-2023 (U23) : Le tirage au sort des éliminatoires prévu le jeudi au Caire    Maroc-UE: 500 millions d'euros pour faire barrage aux harragas    Des parlementaires américains à Taïwan, la Chine relance ses manoeuvres    "Dakhla Downwind Challenge" : Coup d'envoi de la 7ème édition    Le dessin de presse orphelin : Jean-Jacques Sempé tire son dernier trait [Par Belaïd Bouimid]    TGR: Très bonne récolte fiscale en juillet    Le Maroc félicité par le CPS pour la réussite de la formation destiné aux observateurs électoraux de l'UA    La récupération d'Oued Eddahab, une étape riche en nobles valeurs de patriotisme    Coupe Davis: Le Maroc s'offre l'Algérie et le billet du Groupe ll    Tanzanie : La Fondation Mohammed VI des Ouléma remet les prix de la 3e édition du concours coranique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'environnement de travail des enseignants en question
Publié dans Les ECO le 07 - 07 - 2022

Les conditions de travail des enseignants du cycle supérieur diffèrent d'un segment à l'autre. Néanmoins, des efforts d'amélioration restent globalement nécessaires.
Si certains établissements d'enseignement supérieur se donnent les moyens pour sortir du lot, globalement, les conditions de travail du personnel enseignant des universités publiques et privées ne sont pas des meilleures au Maroc. Se retrouver par exemple avec une classe en sureffectif ou en sous-effectif pose problème dans les deux cas, témoigne Hind Benkirane, professeur de marketing, doctorante, chercheuse et consultante en ingénierie de formation.
Si les universités publiques ont tendance à opter pour les salles de cours de grande taille afin de maximiser les scénarios pédagogiques possibles, selon l'experte, ce choix est souvent source de démotivation et d'épuisement de l'enseignant. Dans les établissements privés, c'est souvent l'inverse qui se produit. Cependant, le peu d'effectif engendre une absence de dynamique de groupes et les résultats sont moins challengeants.
À cela s'ajoute parfois le manque de matériel didactique et pédagogique qui rend les conditions d'apprentissage difficiles alors que les réformes des programmes sont liées en grande partie à l'utilisation des nouvelles technologies.
Globalement, le métier d'enseignant n'a pas eu la place qu'il aurait dû avoir dans les politiques de réforme. Ceci est valable tant pour l'enseignement primaire, secondaire que supérieur car même s'il y a une volonté exprimée clairement par les politiques publiques pour l'amélioration du statut de l'enseignant et de ses conditions de travail (physiques et matérielles), les programmes changent constamment et l'enseignant ne sait plus sur quel pied danser, estime la doctorante, chercheuse et consultante en ingénierie de formation.
Toutes ces conditions délicates, poursuit-elle, poussent certains enseignants à changer parfois de carrière alors que les départs massifs à la retraite se multiplient dans ce contexte de grand manque en capital humain qualifié. Dès lors, il est alors impératif d'assurer la formation des enseignants sur les dernières techniques pédagogiques à l'image de ce qui se fait dans les pays développés pour diminuer le gap et renforcer les acquis des apprenants.
La Vision stratégique de la réforme 2015-2030, qui insiste sur la «professionnalisation des acteurs éducatifs» et fait de la «rénovation des métiers de l'enseignement et de la formation» un des principaux axes de la réforme, va dans ce sens et offre une nouvelle opportunité pour enclencher les réformes nécessaires.
Des promesses de réformes qui ne suscitent pas encore un enthousiasme généralisé parmi la communauté enseignante. Il était attendu une revalorisation des indemnités des enseignants chercheurs, allant de 2.000 dirhams pour les professeurs assistants jusqu'à 4.000 dirhams pour les professeurs d'enseignement supérieur et 3.000 dirhams pour les professeurs habilités. Aujourd'hui, les principaux intéressés se disent déçus du retard pris dans ce dossier.
Néanmoins, il faut noter que les professeurs de l'enseignement supérieur, les professeurs habilités et les professeurs-assistants perçoivent, outre le traitement afférent à leurs grade et échelon, une allocation de recherche et une allocation d'encadrement. Ces allocations sont payables mensuellement et à terme échu et sont exclusives de toutes autres indemnités, primes et avantages de quelque nature que ce soit, à l'exception des prestations familiales, des indemnités représentatives de frais et des indemnités pour heures supplémentaires.
Depuis juillet, il a été annoncé l'élaboration d'un nouveau statut pour le personnel des universités. Une information finalement démentie par la tutelle dans un communiqué officiel.
Hind Benkirane
Professeur de marketing, doctorante, chercheuse et consultante en ingénierie de formation

Le métier de l'enseignement doit pouvoir être pratiqué dans un cadre adéquat afin de rendre le vécu de l'enseignant plus agréable et optimiser son rendement.
Khadim Mbaye / Les Inspirations ECO


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.