Réforme de la retraite : enfin le bout du tunnel ?    Le Nobel de chimie à un trio américano-danois    Le sélectionneur national vise une place au mondial    Le Bayern Munich explose le Viktoria Plzen et prend le large    Le Maroc en quarts de finale de la Coupe du monde de football pour amputés    SAR la Princesse Lalla Hasnaa inaugure le Parc de l'Oliveraie de « Ghabat Chabab »    «L'image et l'imaginaire dans le cinéma»    Le Nobel de médecine au Suédois Svante Pääbo    Une soirée littéraire à la Maison de la Poésie    Maroc : Une première réunion de la commission chargée de la réforme de retraite    Casablanca : Table-ronde sur la gestion de l'eau    Twitter : Métamorphose en «application à tout faire»    Le Ministère du Commerce et BIM Maroc signent un partenariat pour le développement du local sourcing    Forum mondial de l'Alliance des civilisations: Moratinos exprime ses remerciements au Roi    Regards croisés sur le partenariat euro-africain    Coupe du Monde 2030 : L'Ukraine rejoint la candidature de l'Espagne et du Portugal    Le ministre yéménite des AE dénonce le rôle de l'Iran dans l'émergence du séparatisme houthi    L'ambassadeur Samir Dhar : «Alger est obsédé par la question du Sahara mais assure ne pas se considérer comme partie prenante du dossier, cela fait sourire»    Attijariwafa bank et l'AMCI célèbrent les lauréats internationaux de la Coopération du Maroc    CPS de l'UA : Rabat a placé la protection des enfants parmi ses priorités, dit la délégation marocaine    Une star de la téléréalité française obtient la nationalité marocaine (PHOTO)    Nouveaux détails sur le démantèlement de la cellule terroriste à Melilla    Refus du visa Schengen: protestations devant le siège de la Délégation de l'UE à Rabat (VIDEO)    Coronavirus au Maroc: 24 contaminations enregistrées ce mercredi, toujours aucun décès    Mauvais traitements : l'administration pénitentiaire dément les allégations de l'entourage d'un ancien détenu    Casablanca : «WeCasablancaFestival» revient pour une 3e édition du 6 au 8 octobre    Leyton Maroc propose un emploi inédit à des étudiants d'Al Akhawayn    Migration : Deux embarcations transportant des Marocains atteignent les côtes espagnoles    Mondial de football pour amputés : Le Maroc étrille l'Argentine (4-0) et file en quarts de finale    Sahara : José Manuel Albares rencontre Staffan de Mistura    Belgique : Hassan Iquioussen pourrait «ne jamais revenir en France»    Pénurie de céréales : le Maroc pourrait se tourner vers la France    La problématique de l'eau au cœur de l'intrigue du roman de Siham Kartobi    Le Festival national du samaâ et de madih à Fès promet un show spirituel    Casablanca: arrestation d'une employée de pharmacie pour tentative d'achat d'un nourrisson    Algérie – Maroc, duel annoncé pour l'organisation de la CAN 2025    Valladolid : Jawad El Yamiq indisponible pendant un mois    Contribuables nouvellement identifiés:laDGI rappelle la prorogation des mesures d'encouragement    L'ANRAC délivre 10 autorisations d'exercice des activités de transformation et de fabrication du cannabis    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce mercredi 5 octobre    La campagne de sensibilisation au dépistage précoce du cancer de sein lancée    Zelensky revendique des avancées « rapides » de ses troupes dans le Sud    La Bourse de Casablanca débute dans le vert ce mercredi    Maroc : Nouvelle secousse tellurique de magnitude 4,8 degrés au large de Driouch    Algérie: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Espagne : feu vert du gouvernement au budget 2023    Production audiovisuelle : Mehdi Bensaid rencontre des responsables de Netflix    ONU : Une sahraouie dénonce la responsabilité de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Université en manque de professeurs, d'encadrants... et de relève
Publié dans Les ECO le 18 - 04 - 2018

Un rapport du Conseil supérieur de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS )sur «La promotion des métiers de l'éducation, de la formation, de la gestion et de la recherche» tire la sonnette d'alarme en dévoilant, hier mardi à Rabat, les disparités existant entre l'effectif très réduit des professeurs universitaires et le nombre d'étudiants grandissant. Les détails.
C'est un paradoxe que dévoile le rapport du CSEFRS qui fait part du déséquilibre entre l'évolution du nombre d'étudiants et celui des organismes d'encadrement pédagogique et administratif (professeurs, chercheurs, encadrants de thèse...).
En effet, le rapport du CSEFRS présenté par le président de la commission permanente des métiers de l'éducation, de la formation et de la gestion, Mohamed Dali, et le directeur du pôle études et recherches relevant du conseil, Hassan Esmili, dresse le constat accablant d'un déséquilibre entre l'évolution du nombre d'étudiants et de celui des organismes professionnels d'encadrement.
La principale raison derrière ce déséquilibre est due, selon le rapport, à la faible évolution des enseignants-chercheurs et des cadres administratifs entre 2009 et 2017, contre un nombre d'étudiants qui a quadruplé durant cette même période.
Un déséquilibre qui révèle plusieurs difficultés et dysfonctionnements relatifs à l'encadrement pédagogique et administratif au niveau de l'enseignement supérieur. Il est cité, à ce titre, les disparités opérées dans le déséquilibre entre l'évolution du nombre des étudiants et le nombre des instances professionnelles d'encadrement. Le rapport signale que lesdites disparités s'élargissent dans les filières de formation (169 étudiants pour chaque enseignant de la faculté des sciences juridiques économiques et sociales, contre 108 à la faculté pluridisciplinaire et 83 à la faculté des lettres et des sciences humaines), alors qu'elles s'accentuent quand il s'agit de niveaux universitaires spécifiques au sein d'une même filière de formation.
Peu de profs pour un flot d'étudiants
Parmi les raisons du dysfonctionnement du système universitaire marocain figure la disproportionnalité entre le nombre énorme d'étudiants et celui très faible des professeurs. Le handicap dont souffre le corps professoral universitaire impacte la bonne marche des études, notamment au premier semestre de la licence où le nombre des étudiants dépasse les 1.500 dans certaines filières (Sciences juridiques, économiques et sociales; Lettres et Sciences humaines). Ainsi, l'alma mater marocaine pâtit d'un manque énorme de compétences à même d'assouvir la faim des demandeurs de savoirs qu'elle arrive à accueillir chaque année parmi le raz-de-marée d'étudiants qui déposent leurs dossiers d'inscription!
Dans ce sens, la répartition des professeurs et des cadres administratifs entre les établissements universitaires n'est pas équitable en fonction de la ville. «Une grande partie d'entre eux se concentrent respectivement à Rabat, à Casablanca, à Fès et à Marrakech, tandis que certaines régions bénéficient encore moins des cadres pédagogiques et administratifs», relève le document.
Où sont passés les doctorants ?
Alors que les doctorants sont censés prendre la relève, leur rôle se limitera dans un premier temps à combler le manque. Néanmoins, le rapport ne manifeste pas de lueur d'optimisme par rapport à ce dernier point, pourtant considéré comme un élément tranchant pour juger de la sanité de ce secteur. Ainsi, le rapport cherche plutôt, semble-t-il, à trouver la réponse au manque de courage du côté des étudiants pour entamer leur parcours doctoral et soutenir une thèse afin de combler le manque en question. «Le cycle doctoral est considéré comme le cursus universitaire de base susceptible de former des enseignants-chercheurs et leur permettre d'accéder à la profession de l'enseignement et de la recherche dans les établissements d'enseignement supérieur, selon les normes pédagogiques nationales en vigueur», rappelle le rapport qui fait indique l'existence de 54 centres dédiés aux études doctorales et de 230 formations dans divers domaines de la connaissance, de la technologie et de la culture.
Autre constat qui suscite un questionnement sur la situation actuelle de l'enseignement supérieur et la formation de ses compétences, le découragement – souvent l'abandon – des étudiants de leurs projets de préparation de thèse. Le rapport a dans ce sens démontré que «depuis le début du projet des centres d'études doctorales, qui s'inscrit dans le cadre du nouveau système pédagogique (licence, master, doctorat), le nombre de doctorants a considérablement diminué, observant que depuis 2014-2015, ce nombre est passé progressivement de 32.180 à 8.474 étudiants durant la saison 2016-2017», soit un écart de 23.706 étudiants, éventuels futurs professeurs universitaires.
Le rapport n'a pas manqué de pointer fermement du doigt l'organisation pédagogique des fonctions de l'enseignement, de la recherche et de la préparation à la profession. Dans cette trame, il explique que «le nombre de doctorants présente des problématiques complexes liées au manque du taux d'encadrement et à la durée consacrée à la préparation des thèses dans les universités, ainsi que des formations limitées dans la pédagogie universitaire, en l'absence d'une stratégie universitaire claire pour le développement de cette pédagogie».
Quid de la solution ?
La solution proposée par le rapport pour pallier le manque d'effectif en termes de professeurs au sein de l'Université marocaine est la création, par le département de l'Education nationale, de la fonction «enseignant-accompagnateur». Sous contrat, l'«enseignant-accompagnateur» suivra et accompagnera les nouveaux enseignants afin que ceux-ci s'adaptent aux exigences de la profession. Pour ce faire, les futurs «enseignants-accompagnateurs» effectueront une formation limitée dans le temps sous la supervision des centres régionaux des métiers de l'éducation et de la formation.
Clin d'œil à l'enseignement supérieur privé
Quoique s'agissant d'une problématique qui touche particulièrement le secteur public, l'enseignement supérieur privé a également été évoqué. À travers des chiffres cette fois-ci, il a été enregistré, durant l'année 2015-2016, le nombre de 6.078 enseignants dont 1.704 permanents et 4.374 enseignants contractuels. L'augmentation du nombre des établissements privés d'enseignement supérieur et d'universités privées entre 2008 et 2017 serait une des raisons derrière l'augmentation de cette affluence vers les établissements et universités privés.
Il y a lieu de noter que le nombre des universités et établissements d'enseignement supérieur privés s'est élevé à 202 en 2017.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.