Bab Sebta : mise en échec d'une tentative de trafic d'environ 39 000 euros    Premier League : Manchester City surclasse United (VIDEO)    Le crédit bancaire progresse de 3,6% au T2-2022 (BAM)    Covid-19: 11 nouveaux cas au Maroc ce dimanche 2 octobre    La CEDEAO suit avec une « grande préoccupation » l'évolution de la situation au Burkina Faso    Jazz au Chellah : Dock in Absolute et Ernesto Montenegro Quintet étalent leurs talents    Présidentielles au Brésil: Bolsonaro confiant, Lula appelle à la paix    Casablanca / L'Boulevard : Des débordements entachent la joie des festivaliers    Skhirate-Témara : 700 bénéficiaires d'une caravane médicale    Les liens historiques entre le Maroc et le Pérou ne peuvent être altérés par des positions volatiles    Mondial de football pour amputés : Le Maroc s'incline face au Brésil    L'Boulevard envers et contre tout !    Migrants : quatre morts et vingt-neuf disparus au large des Canaries    le ministère des Affaires étrangères met une cellule de suivi et des numéros de téléphone à la disposition de la communauté marocaine    Prévisions météorologiques pour le lundi 03 octobre 2022    Conférence autour du livre «Tifawin» de Khadija Rchouk    Vidéo : Quand Tarab Ambassadors fête comme il se doit la fête d'Al Mawlid    Insolite : Le prince moulay Hicham pousse la chansonnette dans la rue    L'armée ukrainienne reprendra d'autres villes du Donbass « dans la semaine à venir », affirme Zelensky    Le Maroc en quête des drones chinois "Wing Loong II"    La Libye s'oppose au projet de gazoduc transsaharien porté par l'Algérie    Guelmim : Journée d'étude sur la problématique de la gestion des ressources hydriques dans la région    Le FACDI, un incubateur pour le développement de la coopération Sud-Sud    Le Maroc compte présenter sa candidature    Marc Lasry, le Marocain copropriétaire de la franchise NBA des Bucks veut racheter l'Inter Milan    Migrants clandestins : les familles des disparus haussent le ton    Burkina Faso: sous fond de rivalité entre la Russie et la France    Quelle culture voulons-nous ?    Israël : une cellule locale de l'Etat islamique démantelée    L'Ambassade du Maroc met en place une cellule de suivi    Falsification de visas : Arrestation d'une vingtaine de membres d'un réseau criminel    «Crise cardiaque.... Chaque minute vaut une vie»    Le FNUAP salue les progrès du Maroc    Nigeria : l'ARM participe à la 2ème conférence du Réseau des gouvernements infranationaux d'Afrique    Le Maroc au CPS de l'UA: Une consécration de la confiance dont jouit le Royaume    Un témoignage du Bâtonnier Abdelaziz BENZAKOUR    Mohamed Joudar succède à Sajid à la tête de l'UC    Signature d'un Mémorandum d'Entente entre l'ARM et le Forum des Gouverneurs du Nigéria    Renouvellement du Conseil national de la presse : le torchon brûle entre la Fenajic et le gouvernement    SM le Roi félicite le Prince héritier d'Arabie Saoudite    Art et culture : Une Fondation pour El Jadida    Semaine dans le rouge pour la Bourse de Casablanca    Le ministère ne se chargera plus des équivalences des diplômes obtenus à l'étranger    Prêt-à-porter. Camaieu Maroc dans la tourmente    Clôture en apothéose à Dakhla de "Prince Héritier Moulay El Hassan Kitesurfing World Cup 2022"    Programme des principaux matchs du dimanche 2 octobre    L'Ambassade du Maroc met en place une cellule de suivi de la situation au Burkina Faso    CHAN-2022 (tirage): Le Maroc hérite du Soudan, Madagascar et Ghana    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Corps professoral : la course à la compétence bat son plein
Publié dans Les ECO le 07 - 07 - 2022

La force distinctive d'une école ou d'une université réside tant dans l'excellence de son modèle pédagogique que dans la qualité de ses enseignants. Pour se démarquer et offrir à leurs étudiants une éducation inclusive compétitive et des formations adaptées, les établissements supérieurs rivalisent d'attractivité pour capter les meilleurs talents dans un contexte de pénurie de ressources humaines qualifiées.
C'est une guerre sans merci que se livrent les facultés, classes préparatoires, grandes écoles, instituts supérieurs, établissements de formation de cadres pédagogiques et de techniciens spécialisés, dans un contexte de pénurie aiguë en personnel enseignant. Les chiffres du ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l'innovation sont inquiétants.
D'ici 2030, 4.744 professeurs universitaires partiront à la retraite, les filières scientifiques et techniques étant les plus touchées. Aujourd'hui, la tutelle tente de trouver la relève. C'est tout le sens, d'ailleurs, des assises régionales du Plan national d'accélération de la transformation de l'écosystème de l'enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l'innovation (PACTESRI 2030).
Sous le thème «Ensemble pour un nouveau modèle de l'université marocaine», ces concertations tirent leur essence des recommandations du Nouveau modèle de développement (NMD) et s'appuient sur les priorités fixées dans le cadre du programme gouvernemental 2021-2026, notamment dans son volet lié à la valorisation du capital humain.
Aujourd'hui, il est plus urgent que jamais de se pencher sur la préparation d'un capital humain qualifié, capable de répondre aux exigences des secteurs productifs en termes de compétences et d'expertises afin de soutenir la compétitivité de l'économie nationale et conforter l'attractivité des investissements étrangers.
L'objectif étant également de renforcer les valeurs de cohésion sociale et la consolidation des fondements de la coexistence comme l'un des principaux affluents du développement inclusif et durable, soutient la tutelle.
Les racines du mal
En attendant, intéressons-nous aux origines du phénomène qui ne concerne pas seulement l'enseignement supérieur public. Depuis le protectorat, toutes les réformes engagées par les différents gouvernements ont échoué, comme le regrettent plusieurs spécialistes pour qui le classement du Maroc dans les classements mondiaux ne s'est guère amélioré.
D'aucuns sont convaincus, d'ailleurs, que cet «échec» est révélateur d'une méconnaissance totale du métier d'enseignant que l'on définit encore principalement comme transmetteur de connaissance. Or, l'enseignement ne peut évoluer pour répondre aux besoins de la société sans la revalorisation de son acteur principal, l'enseignant.
Ce dernier mérite d'être placé au centre des préoccupations des décideurs, car il en va de l'avenir de la nation toute entière, comme le rappelle Khalid Karbaoui. Selon le spécialiste en développement personnel et orientation et docteur en entrepreneuriat, un enseignant brillant doit être doté de nombreuses qualités psychologiques, mais aussi d'aisance relationnelle et communicationnelle, d'affirmation de soi ainsi que de qualités d'adaptation aux changements de l'environnement, des pédagogies, des technologies et aux différentes générations.
Cependant, avec les évolutions récentes, la tentation est forte de considérer la technologie comme l'alternative à l'enseignement classique. Or, la crise de la Covid a montré que le métier d'enseignant ne saurait disparaître comme l'ont démontré les études qui se sont penchées sur les limites du modèle de l'enseignement à distance. Il serait donc judicieux de fournir suffisamment d'efforts pour développer la recherche en pédagogie compte tenu des avancées techniques et de la présence de nouveaux instruments d'une manière critique sans être leurré par la toute puissance de la technique, supposée pouvoir tout remplacer y compris l'enseignant, poursuit Karbaoui.
Dans l'avenir, explique-t-il, certains métiers disparaîtront et d'autres n'ont pas encore été inventés, ce qui nécessite de réelles compétences des enseignants de demain. De telles compétences devraient faire en sorte que l'élève/étudiant sorte de son ignorance, développe son jugement… Pour ce faire, une marge d'autonomie et de liberté devrait être accordé à l'enseignant pour oser et tester de nouvelles façons de transmettre du savoir. En fait, il ne s'agit pas de dispenser le même cours, avec la même pédagogie, à tous car les étudiants, même à niveau d'études équivalent, n'ont pas tous des compétences identiques.
Par conséquent, une pédagogie qui doit s'articuler autour de chacun, avec une animation-coaching, devrait permettre aux élèves/étudiants de disposer des mêmes compétences.
Régime indemnitaire des enseignants au Maroc
Les professeurs de l'enseignement supérieur, les professeurs habilités et les professeurs-assistants perçoivent, outre le traitement afférent à leurs grade et échelon, une allocation de recherche et une allocation d'encadrement. Ces allocations sont payables mensuellement et à terme échu et sont exclusives de toutes autres indemnités, primes et avantages de quelque nature que ce soit, à l'exception des prestations familiales, des indemnités représentatives de frais et des indemnités pour heures supplémentaires.
S'agissant des responsabilités du personnel universitaire, il faut noter que les professeurs habilités assurent, en collaboration avec les professeurs de l'enseignement supérieur, leur service sous forme de cours magistraux, de travaux dirigés et de travaux pratiques. Ils ont la priorité sur les professeurs-assistants à assurer les cours magistraux. Ils participent à l'actualisation des programmes des enseignements qui leur sont confiés.
Les professeurs habilités justifiant de l'habilitation universitaire ou d'un doctorat d'Etat ou d'un diplôme reconnu équivalent assurent la direction des travaux de recherche, des mémoires et des thèses et participent aux jurys d'examens, de soutenance, d'habilitation universitaire et de concours.
Khadim Mbaye / Les Inspirations ECO


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.