Elections 2021: la participation électorale cheval de bataille pour les partis    Lancement des préparatifs de la session extraordinaire    Algérie: Affrontements entre la police et des manifestants    L'Iran accusé d'avoir attaqué un navire israélien en mer d'Oman    Le Maroc contribue à l'effort mondial    Chelsea: Ziyech sera-t-il titulaire contre Liverpool ?    CAN U17 / Arbitrage : Quatre arbitres marocains, deux femmes et deux hommes    Jack Lang s'exprime sur l'enseignement de l'arabe en France (Entretien)    Les Morisques et la langue aljamia    Conseil de gouvernement : la légalisation du cannabis médical encore au menu    Un danger permanent à Casablanca    Salafin : recul de 13% du PNB en 2020    « Booker » 2021 : Youssef Fadel et Abdelmajid Sebbata sur la longue liste    Sofia Alaoui : symbole d'une irrésistible ascension du cinéma marocain    Ennahda, ou la tentation anti-marocaine    10.000 hectares d'arganier à planter à l'horizon 2022    L'agriculture marocaine se remet du choc de la sécheresse    Salah, Mané, Ziyech et Hakimi stars des réseaux sociaux    Villareal ne lâche pas Amine Harit    Master 1000 de Miami: Roger Federer déclare forfait    De fortes averses orageuses attendues mardi et mercredi    Tamallalt : Un aide-chauffeur d'autocar détourne une voyageuse mineure et la viole    Berrechid : Arrestation du meurtrier d'une collégienne de 14 ans    Des bus "made in Morocco" bientôt déployés en Afrique    La CGEM veut promouvoir la R&D, l'entrepreneuriat et la formation    Driouech et El Homrani, Catalans et Marocains    Sociétés cotées : les secteurs de l'automobile et des télécoms enregistrent une appréciation relative de leurs revenus    La star Youssef Chaabane s'en va    Hatim Ammor offre sa notoriété à Oppo    Région de Casablanca: 270 MDH pour améliorer les infrastructures    Relations franco-algériennes : Tebboune accuse de puissants lobbys de perturber les relations entre les deux pays    Visa For Music 2021 : L'appel à candidatures est lancé !    El Kelâa des Sraghna : la foudre fait deux morts et six blessés    Prolongement du couvre-feu: les propriétaires des cafés en colère    Maroc: les mesures restrictives seront-elles renforcées pendant Ramadan ?    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    L'Irak reçoit ses premières doses de vaccin anti-Covid    Elections : ça chauffe au parlement    Edito : Régions centralisées    Le CDH interpellé sur les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Affaire des écoutes : Nicolas Sarkozy condamné à trois de prison dont un an ferme    Intempéries à Tétouan : la ville sous l'eau [Vidéo]    Le premier ambassadeur émirati en Israël est entré en fonction    Demi-finale de la CAN U20 / Ghana-Gambie (1-0) : Un autre regret pour nos Juniors !    Demi-finale de la CAN U20 / Tunisie-Ouganda (1-4) : Les Tunisiens n'étaient pas si forts que ça !    Une toile de Winston Churchill représentant la mosquée Koutoubia présentée aux enchères à Londres    Le Maroc annonce sa contribution financière au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Troisième grand parti politique aux Etats-Unis? Trump met les choses au clair    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Polisario perd un allié de poids
Publié dans Le Site Info le 12 - 11 - 2019

Le président bolivien démissionnaire, Evo Morales, a déclaré lundi soir qu'il quitte son pays pour le Mexique, qui lui a accordé l'asile politique, tout en précisant qu'il retournera “bientôt” en Bolivie.
Le départ de Morales a de quoi inquiéter les dirigeants du Polisario. En effet, la Bolivie est l'un des derniers pays qui reconnait la pseudo-rasd dans la région. Le profil du remplaçant de Morales sera un élément clé pour savoir si la Bolivie maintien ses positions sur le Sahara ou si elle affiche un nouveau positionnement. Le dossier Bolivien s'annonce donc très important et le Maroc à l'occasion de faire tomber un des derniers soutiens de la rasd en Amérique Latine.
“Je pars pour le Mexique. Cela me fait mal de quitter le pays pour des raisons politiques (…) Je reviendrai bientôt”, a écrit Morales sur Twitter. Le Mexique avait annoncé lundi qu'il a décidé d'accorder l'asile politique à Morales, dont la démission, annoncée dimanche, a créé une vacance du pouvoir dans le pays sud-américain.
“Il y a quelques minutes, j'ai reçu un appel de l'ancien président Evo Morales, demandant verbalement et officiellement l'asile dans notre pays”, avait déclaré le ministre mexicain des Affaires étrangères, Marcello Abrard, lors d'une conférence de presse.
Le gouvernement péruvien a pour sa part annoncé à ce sujet qu'il avait autorisé un avion militaire mexicain à destination de la Bolivie pour transporter au Mexique le président bolivien démissionnaire, Evo Morales, de survoler l'espace aérien et s'approvisionner en carburant au Pérou.
Dans un communiqué, le ministère des Relations éxterieures a indiqué que cette mesure, conforme aux engagements énoncés dans la Convention de Caracas de 1954 sur l'asile diplomatique, a été prise “suite à une demande du gouvernement mexicain”.
La Bolivie traverse une grave crise politique au lendemain des élections générales du 20 octobre, au cours desquelles Morales a annoncé sa victoire pour un quatrième mandat présidentiel, contestée par l'opposition et plusieurs ONGs.
Au pouvoir depuis 14 ans, Evo Morales (60 ans), premier président indigène de Bolivie, a annoncé dimanche à la télévision sa démission, après trois semaines de contestation populaire.
L'armée et la police avaient réclamé le départ de Morales, qui avait annoncé la tenue d'une nouvelle élection présidentielle, après la publication d'un rapport de l'Organisation des Etats Américains (OEA, basée à Washington) réclamant l'annulation du scrutin contesté du 20 octobre pour cause d'irrégularités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.