Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Valls sur la question du Sahara: « La France et l'Espagne doivent être des partenaires loyaux du Maroc »
Publié dans Le Site Info le 30 - 04 - 2021

Sur la question du Sahara, la France et l'Espagne doivent être des partenaires loyaux du Maroc dont le rôle est indispensable pour la stabilisation de l'espace méditerranéen et de l'Afrique subsaharienne, a affirmé l'ancien Premier ministre français Manuel Valls. « C'est autour d'une autonomie sous souveraineté marocaine que cette question doit être résolue. Car je pense que la France et l'Espagne doivent être des partenaires loyaux du Royaume du Maroc sur cette question », a souligné Valls dans une interview exclusive avec MGH Partners, un cabinet d'affaires publiques et de diplomatie alternative franco-africain basé à Paris.
Selon l'ancien Premier ministre français, « ce conflit (autour du Sahara) provient d'un monde qui n'existe plus, le monde des blocs, les vestiges de Yalta et ses conséquences sur un continent comme l'Afrique, tout cela est désuet et la fiction entretenue sur l'indépendance du Sahara subsiste encore dans certaines sphères politiques espagnoles », relevant qu'il y a en Espagne et notamment dans la gauche, une vision « dépassée » du Sahara.
« Au sein du gouvernement espagnol, il y a un allié minoritaire, le parti Podemos qui se cantonne dans une ancienne rhétorique, de ce que devrait être le Sahara, en refusant de voir la dynamique marocaine sur le terrain », a-t-il expliqué, en rappelant que « parmi ceux qui revendiquent l'indépendance du Sahara, comme le Polisario, prolifèrent des réseaux criminels et terroristes, cela a été documenté par les services de renseignement de plusieurs États ».
Pour l'ancien Premier ministre français, « nous avons tout intérêt à une relation apaisée avec le Maroc car les pays européens qui veulent l'inverse, perdent à chaque fois ! Que ce soit sur la migration, ou la lutte contre les narcotrafiquants, l'Espagne comme la France, subissent directement les conséquences d'une brouille diplomatique ».
« Donc je pense que la France et l'Espagne doivent être plus clairs sur leur soutien au Maroc sur le Sahara. Mais plus largement l'Europe aussi, qui ne doit pas faire d'enfants dans le dos du Maroc pour utiliser un langage peu diplomatique », a-t-il affirmé.
Prié de réagir à la décision des États-Unis de reconnaitre la souveraineté marocaine sur le Sahara et s'il estimait que le moment était venu pour que la France et l'Europe soutiennent plus ouvertement la souveraineté d'un allié stratégique comme le Maroc au Sahara, l'ancien Premier français a affirmé que « Trump a eu raison de créer l'étincelle en actant la souveraineté du Maroc sur le Sahara ».
« Cette dynamique est considérable », a-t-il dit, ajoutant que « grâce à notre histoire commune, nos intérêts qui convergent, on a ici une chance pour ne plus attendre et sortir des vieux discours comme celui de l'indépendance du Sahara, et pour renouer avec le monde moderne ».
La France qui a un prestige en Méditerranée et au Proche et Moyen-Orient; La France qui est une puissance économique et militaire avec un siège au Conseil de Sécurité des Nations Unies, doit « utiliser cette force pour peser et pour avoir un rôle à jouer aux côtés de nos partenaires », a affirmé l'ancien Premier ministre français. « D'autres pays européens ne peuvent pas jouer ce rôle, alors faisons le ! La France a toujours été autonome et sa capacité de projection lui permet de ne pas rater les grands moments de l'histoire de notre Mare Nostrum », a-t-il assuré.
Sur l'importance de la coopération sécuritaire entre la France et le Maroc et les axes sur lesquels elle pourrait évoluer dans les années à venir, Manuel Valls, également ancien ministre de l'Intérieur, considère que « cette coopération est cardinale ». « Même quand il y a eu des tensions politiques et il y en a eu, la coopération entre services de renseignement français et marocains reste exceptionnelle et ce à tous les niveaux », s'est-il félicité.
Pour lui, « sans la coopération entre la France, l'Espagne le Portugal et le Maroc, nous ne pouvons pas lutter efficacement contre les risques sécuritaires ». Et c'est « grâce justement à cette coopération que plusieurs tentatives d'infiltration terroriste sur le sol français ou espagnol ont été déjouées ».
De même, au Sahel, le ventre mou de l'Afrique subsaharienne, où la situation sécuritaire actuelle reste extrêmement complexe, « on doit compter sur des pays comme le Maroc avec lequel nous avons bien évidemment une assise plus ancienne, plus structurée sur le plan sécuritaire que ce soit contre les trafics de drogue, le terrorisme ou l'immigration clandestine », a-t-il ajouté.
Enfin, concernant le rôle stabilisateur du Maroc en Afrique, Manuel Valls l'explique par la formidable transformation économique réalisée depuis deux décennies. « On voit bien que sur le plan économique, la projection marocaine en Afrique est une réussite et c'est à la France de s'appuyer sur ce partenaire africain clé pour jouer la symphonie cruciale du développement économique et de la sécurité. Car le Maroc joue un rôle indispensable pour la stabilisation de l'espace méditerranéen et de l'Afrique subsaharienne », a-t-il affirmé.
Dans cet entretien Manuel Valls s'est également exprimé sur les relations Europe-Afrique. « Il est évident que le continent d'avenir c'est l'Afrique. L'Afrique-Europe est l'alliance de demain. L'intérêt stratégique de l'Europe repose sur la capacité de l'Afrique à surmonter ses multiples défis, notamment démographique », a-t-il souligné.
Il a également fait part de sa conviction que l'Europe doit bâtir « un dialogue stratégique » avec les Chinois. « C'est l'horizon plus que jamais, si l'Europe veut s'agrandir dans le sens géopolitique du terme, face à des blocs qui émergent ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.