Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Algérie: plusieurs figures du Hirak interpellés
Publié dans Le Site Info le 11 - 06 - 2021

L'opposant Karim Tabbou et les journalistes Ihsane El Kadi et Khalid Drareni, ont été interpelés, jeudi, par les services de sécurité algériens, ont annoncé plusieurs organisations de défense des droits de l'Homme.
La Ligue Algérienne de Défense des droits de l'Homme (LADDH) a dénoncé l' »escalade de la répression en Algérie à la veille des élections », en relevant que le journaliste Khaled Drareni, fondateur de Casbah tribune, est « encore une fois arrêté ».
De son côté, le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) a fait état de l'interpellation de Karim Tabbou, coordinateur de l'Union démocratique et sociale (UDS), parti non agréé.
« Le journaliste et directeur de Radio M et Maghreb Emergent, Ihsane El Kadi, a été interpellé, aujourd'hui jeudi 10 juin, en fin d'après-midi par des services de sécurité à sa sortie de son bureau à Alger », a précisé pour sa part « Radio M ».
Tabou et El Kadi sont sous contrôle judiciaire. Le coordinateur de l'UDS, depuis le 29 avril à la suite d'une plainte déposée contre lui par Bouzid Lazhari, président de l'office des droits de l'Homme (étatique).
Il est poursuivi entre autres pour « calomnie, insulte et outrage à un employé dans l'exercice de ses fonctions ».
Il est par ailleurs accusé d'avoir « violé le caractère sacré des défunts dans les cimetières ».
Karim Tabbou, emprisonné de septembre 2019 à juillet 2020, est un visage très populaire de la contestation anti-régime depuis le début du Hirak il y a plus de deux ans.
Pour le directeur de Radio M et Maghreb Emergent, qui est sous contrôle judiciaire depuis le 18 mai, il est poursuivi suite à une plainte déposée par le ministère de la Communication après avoir publié, le 23 mars 2021, un article sur Radio M. Il est accusé d' »atteinte à la sécurité et l'intégrité de l'unité nationale », et » publications qui nuisent à l'intérêt national ».
Dans ce sens, le vice-président de la LADDH, Said Salhi a souligné que la répression a déjà disqualifiée et discréditée les élections législatives.
Ces élections « ne sont ni ouvertes, ni transparentes, ni démocratiques », a-t-il dénoncé dans un tweet en réaction à l'interpellation de ces journalistes et opposants.
Selon lui, « l'approche par le tout sécuritaire est un aveu d'échec de la feuille de route politique, un rendez-vous raté pour l'Algérie ».
Pour sa part, l'avocat Abdelghani Badi estime que les espaces de liberté rétrécissent de plus en plus, notant que le système s'évertue ces derniers temps à limiter les libertés.
« Les rues de la capitale étaient devenues des espaces de discussions et d'échanges. Les marches de la Grande-Poste accueillaient des débats entre citoyens, chacun donnant sa vision et son avis politiques. Aujourd'hui, le régime ne tolère plus le moindre espace d'expression libre », regrette Me Badi.
Pour l'avocate Me Nabila Smail, très impliquée dans la défense des détenus du Hirak, tout le monde a peur et tout le monde se pose des questions.
« Ceux qui doivent avoir peur, ce sont les gens qui sont en train de réprimer l'être humain et la liberté d'expression. Et la liberté de se réunir et de discuter, la liberté de critiquer et de dire que cette situation n'est pas normale », ajoute-t-elle.
« On assiste à l'utilisation de toutes les institutions de l'Etat pour protéger un régime et pas un peuple », critique-t-elle.
« Nous vivons la période la plus massive en matière d'interpellations par rapport aux premiers mois du mouvement », s'est alarmé pour sa part le journaliste algérien Zaki Hannache.
Selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), 210 détenus d'opinion croupissent dans les prisons algériennes, certains ont été condamnés, d'autres attendent leur procès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.