Espagne : des centaines d'agriculteurs en tracteur convergent vers Madrid    World Summit Awards : L'UM6P primée à l'international pour sa technologie T3    Sénégal: Macky Sall confirme que son mandat prendra fin le 02 avril 2024    Espagne: Luis de la Fuente reste à la tête de la Roja jusqu'en 2026    L'Initiative royale au Sahel pousse l'Algérie à réaliser la route Tindouf – Zouerate    Océan Atlantique : Le Maroc partage les ambitions des Etats-Unis    Tournoi international U19 de l'Académie Mohammed VI de football: le FC Copenhague et l'Ajax Amsterdam en finale    Allemagne : l'économie dans une "situation dramatique"    Inclusion des femmes : entre aspirations et réalité, où en est-on ?    Des parlementaires à Londres pour le renforcement de la coopération entre le Maroc et le Royaume-Uni    Nouvelle Instruction pour les « Duty free shops » : ce qui change    La Bourse de Casablanca clôture dans le vert    Session extraordinaire du Conseil de la ville de Casablanca : Le prix du ticket du busway fixé à 6 dirhams    Plus de 400 millions d'euros investis par la BERD au Maroc dans le domaine de l'eau    Le SIAM 2024 honore l'Espagne    Investissement : plus de 170 projets accompagnés en 2023    Conseil de gouvernement : Vers l'amélioration de la qualité d'air au Maroc    Data Tika : l'ONDH adhère au programme    SM le Roi félicite le Prince Héritier d'Arabie Saoudite à l'occasion du Jour de la Fondation    Maroc : Les effets dévastateurs de six ans de sécheresse vus du ciel    Tunisie: Des ONG dénoncent « le discours haineux » contre les migrants subsahariens    Manifestations des agriculteurs: Négociations fin mars entre la Pologne et l'Ukraine    Escobar du désert : Quand Naciri invoque des problèmes de santé pour garder le silence    Conseil de sécurité. Là où l'Algérie balade le Polisario    Dani Alves condamné à 4 ans et demi de prison pour agression sexuelle, le Brésilien fait appel    Mohamed Boudrika dément être recherché par la Brigade nationale    Le SG du Raja reconnaît l'«illégalité» du contrat avec le sponsor russe 1XBET    Rallye Aïcha des Gazelles : 200 équipages participeront à l'édition 2024    Sahara marocain: Pedro Sanchez réitère la position de soutien de l'Espagne au plan d'autonomie    Rafales de vent : les usagers des routes appelés à faire preuve de prudence et de vigilance    bulletin d'alerte: Fortes rafales de vent avec chasse-poussières locales vendredi et samedi dans plusieurs provinces    Spanish PM Sanchez departs Morocco with no date set for Ceuta-Melilla customs reopening    DGSN : Le parc automobile fait peau neuve    Météo: les prévisions du jeudi 22 février    Morocco's International Agricultural Show excludes Israel amidst war on Gaza    Moroccan consumer prices dip, but core inflation rises in January    Addahre : "Les nouvelles adhésions marocaines au réseau mondial des villes apprenantes de l'UNESCO consacre "l'engagement ferme" du Royaume en faveur de l'éducation"    Séisme: Le Japon s'associe à l'UNESCO pour le développement des techniques de reconstruction au Maroc    Botola D1 / J20: Ce soir, MCO-CAYB, un duel de haute tension    Foot féminin / Qualif. JO 2024: Arrivée des Lionnes de l'Atlas à Tunis    La Cathédrale Sacré cœur, un édifice emblématique converti en levier du rayonnement culturel de Casablanca    Les bijoux berbères du Palais Royal à Doha    Dak'Art 2024. 5 artistes marocains à la Biennale de l'art africain contemporain    Coup d'envoi de l'année culturelle Qatar-Maroc 2024 avec l'exposition de bijoux berbères du Palais Royal    Interview avec Hajar Habi : « BookTube contribue à la démocratisation de la lecture »    L'Ivoirien Nincemon Fallé remporte le prix littéraire Voix d'Afriques 2024    CNN met les projecteurs sur l'artiste marocaine Amina Agueznay, lauréate d'un prix d'art contemporain africain    Le camerounais Moustapha Baidi Oumarou expose à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Saïd Bahij, sociologue de gouttière et documentariste du réel
Publié dans Le Soir Echos le 10 - 08 - 2010

C'est une définition aux airs comiques mais qui ne manque pas de sagesse. Elle vint à l'esprit de Saïd Bahij, dès 2001, lorsqu'il se trouva en face de Pierre Bourdieu dans le film de Pierre Carles «La sociologie est un sport de combat» : «Moi, je suis un sociologue de gouttière».
La formule avait de quoi convaincre. Saïd Bahij est bel et bien ce sociologue de gouttière et documentariste du réel. Il a lu le poète Pierre de Ronsard : «Vous, chênes, héritiers du silence des bois, / Entendez les soupirs de ma dernière voix».
Alors, considérant Le Val Fourré, cette zone à urbaniser en priorité, comme on dit, où il a vécu son enfance et dont il partage encore aujourd'hui les espoirs et les tourments, Saïd a vraiment mis son cœur et ses triples dans le film «Les héritiers du silence» co-réalisé avec le caméraman et monteur Rachid Akiyahou. Ce documentaire a été salué dans la presse, laquelle regarde rarement en face la réalité des banlieues françaises.
Plutôt que morose ou maussade, le film qu'ont imaginé et mis en musique autant qu'en images Saïd et Rachid est monté comme un journal mural où la rétrospective et la prospective se donnent la main. Une sourde colère face à la déshérence programmée ne les empêche pas d'exprimer une ferme volonté de définir des voies et des moyens pour contribuer à la participation et à la prise de conscience de tous. «Les héritiers du silence» interrogent l'histoire politique, le récit colonial et le vécu post-colonial. La mémoire enclavée est d'abord la mémoire ouvrière. C'est sur elle, et comme pour en étouffer les rev endications, que le repoussoir des émeutes urbaines est venu boucher le discours et distordre les actions.
Tous du Val Fourré, le groupe Azim, les musciens d'Afro Banlieue Musique, Saïd et son Maroc au cœur, la Bretonne Christine Roche et son saxophone, le Comorien Hassan Hamada et ses chants traditionnels, Soukoumba et ses percussions africaines, ourlent les images des «Héritiers du silence» de leurs sons actifs, vibrants, mais qui aident à penser les discordes, la discordance et appuient sur le besoin de concorde comme s'il s'agissait de la peau d'un tambour.
«Les héritiers du silence», c'est un film qui met le doigt où ça fait mal, avec l'historien camerounais Charles Onana, une urbaniste française et des ouvriers de l'industrie automobile ou d'anciens mineurs qui tous nous invitent à considérer la réalité des destins collectifs atrophiés.
Un exemple des pratiques aberrantes : le business de la clôture. Il faut voir pour y croire ces clôtures prétendant protéger (de quoi ?) les grands ensembles. Plutôt que d'installer des clôtures, on gagnerait à réparer l'interphone social qui est en panne, pour ne rien dire de l'ascenseur du même nom.
La télévision a plusieurs fois montré «Les héritiers du silence». Dernièrement, c'était France ô qui le diffusait, permettant ainsi d'entendre ceux qui subissent les cadences infernales en usine et ont si tôt mal aux genoux et au dos.
Les populations ouvrières voient leurs enfants subir, en banlieue, un taux de chômage écrasant. C'est contre la démission des citoyens que lutte avec verve le film de Saïd Bahij et de son complice Rachid Akiyahou. La vitalité de leur engagement, leur talent artistique étant mis au service d'idées et d'espoirs, tout dans ce film-boomerang mérite attention et respect.
Après avoir vu «Les héritiers du silence» film-slam qui scalpe poétiquement les idées toutes faites, on ne se regarde plus soi-même de la même manière et on ne porte plus sur autrui le même regard distancié. Une œuvre qui change le regard de qui la découvre, c'est le rêve, non ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.