Voici la liste des 10 médicaments dont le prix vient de baisser au Maroc    CAN de Futsal: 3e sacre pour le Maroc    Futsal: le Maroc remporte sa troisième CAN consécutive    Les universités marocaines se distinguent au salon international des inventions de Genève    Oujda : Réduction du débit d'eau potable du 22 au 29 avril    Investissement : M. Jazouli en roadshow en Allemagne pour promouvoir la destination Maroc    Impérialiste et paternaliste, l'Algérie face à un ultimatum sévère du Mali et du Niger    Proclamation de la renaissance de l'Etat kabyle : un coup dur pour la junte militaire d'Alger    Le Maroc devrait exiger la suspension des déplacements de ses sportifs en Algérie    Afrique/Sécurité alimentaire : M.Sadiki appelle à une action collective    Gianni Infantino : «Le Maroc s'est établi comme une puissance mondiale de football»    Détention des maillots de la RSB : La CAF refuse l'appel de la FAF    La CAF donne un «carton rouge» au régime algérien    Prison locale Ali Moumen à Settat: le parquet avisé de la saisie de quatre comprimés psychotropes et de petites quantités de drogue    Appel à Casablanca à la lutte contre l'exercice illégal de la médecine esthétique    L'OMS préqualifie un nouveau vaccin oral simplifié contre le choléra    SIAM 2024 : l'Espagne à l'honneur, pour matérialiser un partenariat plus solide que jamais    A Bab El Makina, la magie opère en ouverture de la 16ème édition du Festival de Fès de la Culture soufie    L'Isesco célèbre le patrimoine historique et civilisationnel de Marrakech    Gérald Darmanin au Maroc : "Place Beauvau" en quête du bouclier sécuritaire du Royaume    Union du Maghreb arabe : la Tunisie organise un sommet sans le Maroc et la Mauritanie    Urgent / Confiscation des maillots berkanais : A 15h30, la RSB n'a encore rien reçu !    RSB Berkane: Quand le conflit sportif et géopolitique atterrit sur un terrain miné    Voici la hauteur des pluies enregistrées ces dernières 24h    Les inventeurs marocains primés par des médailles au Salon de l'invention de Genève    El Jadida : Journées d'étude en faveur des coopératives appartenant aux communes Soulaliyates    MAGAZINE : UB40, du reggae au Skazzablanca    Art contemporain : Les mémoires d'avant, de Coblence à Marrakech    Charbon. L'ONEE retient trader suisse Flame pour un marché de 18,2 millions de dollars    La politique commerciale du Maroc en examen par l'OMC    Agrumes. Voici une mesure de l'Union européenne qui risque de faire des remous dans la filière marocaine    Maghreb: Un Sommet tripartite sous le signe de la fanfaronnade de l'Algérie    Semi-marathon international de Rabat: La Marocaine Soukaina Atanane sacrée championne    Deux hélicoptères militaires se crashent en mer au Japon    La Tunisie accueille une réunion du projet du Maghreb sans le Maroc    Diaspo #335 : Nadia Tomane, défenseuse du patrimoine marocain en France    CAN Futsal 24 / C'est le jour de la Finale : Maroc et Angola en duel pour le Trophée !    Les températures attendues ce dimanche 21 avril 2024    Taza: Un agent de police contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un individu dangereux    Siel-2024 : le septuor CESE-IMR-CCME-HACA-CC-INPPLC-CNDP aura un pavillon commun    Armement : Tout savoir sur l'évolution de "l'arsenal américain" des FAR    USA: Une vaste région de l'Alaska classée zone protégée pour limiter l'exploitation pétrolière    Maroc-Belgique: Rudi Vervoort souligne les liens du passé et de l'avenir entre les deux pays    PM malien : Le Maroc parmi les pays amis sur lesquels compte le Mali pour la poursuite de sa reconstruction    Le Togo adopte une nouvelle Constitution    Procès de Trump: Un homme tente de s'immoler par le feu à New York Monde    Salon Maghrébin du Livre: Cinq questions à l'auteur congolais, Elvis Ntambua    Météo : le temps qu'il fera ce samedi 20 avril 2024    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Scandale:ça balance pas mal sur WikiLeaks
Publié dans Le Soir Echos le 06 - 12 - 2010

WikiLeaks a encore frappé avec 250.000 mémos confidentiels publiés.
Julian Assange, figure de proue du site, est devenu la bête noire du Pentagone.
WikiLeaks est une drôle de boîte noire du web d'où sortent des révélations qui font trembler Washington et provoquent des frayeurs géopolitiques. Le ministre italien des Affaires étrangères est allé jusqu'à évoquer un «11 Septembre de la diplomatie mondiale», suite aux dernières révélations de WikiLeaks. Quant à son mystérieux patron, Julian Assange, il est devenu la nouvelle icône du journalisme qui, après avoir surfé sur la protection ultra sécurisée des journalistes dans les pays nordiques, s'est mis à l'abri chez les Suisses. Victime de nouvelles cyberattaques, le site WikiLeaks a en effet trouvé vendredi refuge en Suisse alors que Washington cherche à stopper ses activités. Le site s'est installé à une nouvelle adresse, WikiLeaks.ch.
Depuis dimanche 28 novembre, de nouvelles révélations sont publiées, faisant les choux gras des médias. Entre détails croustillants et portraits psychologiques des hommes de pouvoir, des informations d'ordre plus géopolitiques ont été rendu publics (voir encadré et page ci-contre sur le Maroc). Les câbles vont du 28 décembre 1966 au 28 février 2010 et proviennent de 274 ambassades, consulats et missions diplomatiques. Sur son site, WikiLeaks affirme que «les documents donneront aux citoyens dans le monde entier une vue sans précédents sur les activités à l'étranger du gouvernement américain». Toutefois, la vue d'ensemble n'est pas aisée puisque le site stipule que pour arriver au bout des 250.000 mémos, un individu lisant les câbles au rythme équivalent à une thèse doctorale par semaine mettrait 70 ans à lire tous les documents. Dur de faire le tour des documents donc, mais pourtant, le jeu en vaut la chandelle selon Julian Assange : «Les câbles dévoilent les USA espionnant leurs alliés et l'ONU ; fermant les yeux sur la corruption et les violations des droits de l'Homme des « pays clients » ; des arrangements discrets avec des pays supposés neutres ; et du lobbying pour les entreprises américaines ». Evidemment, ces divulgations ne sont pas du goût de tout le monde…
Julian Assange, un homme traqué
La traque du porte-parole de WikiLeaks coïncide avec la publication par son site de milliers de notes diplomatiques américaines, qui ont exaspéré de nombreux pays et en premier lieu Washington, lequel le considère désormais comme l'ennemi public numéro 1. Les Etats-Unis, qui ont qualifié d' « anarchiste » le fondateur de WikiLeaks, mettent tout en œuvre pour l'arrêter. Des sénateurs américains ont ainsi annoncé qu'ils avaient déposé une proposition de loi pour faciliter les recours juridiques contre Julian Assange et son site. Installé en Suède depuis le mois d'août, Julian Assange a dû à présent fuir, étant sous le coup d'un mandat d'arrêt international, suite aux accusations de viols et agressions déposés par deux suédoises. Julian Assange nie catégoriquement et laisse entendre qu'il est victime d'une conspiration. Autour de lui, ses collaborateurs dévoués – jeunes informaticiens doués, journalistes à la plume engagée, réseau collaboratif et un bon cabinet d'avocats, élément clé d'un parcours de cyberattaquant- font bloc. Julian Assange actuellement très recherché, tant des médias que de la justice, et suite à la « notice rouge » émise par Interpol, 188 pays membres d'Interpol ont maintenant l'obligation de l'arrêter et de l'extrader vers la Suède.
Le Maroc sur les cables
Maroc-Israël
Dans un document confidentiel datant du 9 juin 2009, l'ambassade américaine à Rabat voit d'un bon œil le retour à la normale entre le Maroc et Israël après les contacts que les deux pays ont eu à Rabat, entre le 3 et 5 juin 2009, à l'occasion de la tenue de la rencontre sur le terrorisme nucléaire. «Des contacts qui ont permis aux responsables des deux pays de prendre langue après une période de froid suite à la guerre israélienne contre Gaza, fin 2007 et début 2008. Durant la même rencontre, Eynat Shlein-Michael, directrice des affaires Maghreb au ministère des AE israélien, a rencontré Youssef Amrani, le SG des AE marocain». Plus tard, la responsable israélienne a confié que «Amrani a manifesté sa volonté de résoudre certaines questions en suspens, y compris les autorisations de survol, mais que le gouvernement du Maroc tarde à les livrer. Le document souligne également que Eynat Shlein-Michael a exprimé à Youssef Amrani le souhait de son gouvernement d'une part, que le Maroc soutienne activement Mahmoud Abbas et d'autre part, d'identifier les opportunités de coopération «win-win» entre le Maroc et Israël. Eynat Shlein-Michael a confié que son déplacement au Maroc s'inscrit dans un cadre strictement bilatéral et non pour participer à la conférence sur le terrorisme nucléaire. Le télex de l'ambassade américaine à Rabat rapporte que la responsable israélienne s'est dit satisfaite de son séjour marocain. Eynat Shlein-Michael a jeté des fleurs à Youssef Amrani qui «l'a présentée aux ambassadeurs français et russe», elle a en revanche souligné que «l'enthousiasme de Amrani n'est pas partagée par les autres responsables des Affaires étrangères marocains».
Maroc-Algérie
Un télex datant du 9 juin 2009 rapporte des propos attribués à Yassine Mansouri. En réponse à une question du sénateur Burr (à gauche), le patron de la DGED assure que «nous avons un grave problème avec l'Algérie. Le Maroc apprécie les efforts des secrétaires d'Etat Rice et Clinton visant à améliorer les relations mais la clé de nos différends avec l'Algérie est une solution de l'affaire du Sahara occidental. Mansouri a souhaité bonne chance à l'ambassadeur Christopher Ross en tant qu'envoyé personnel pour le Sahara occidental». Les discussions entre le sénateur Burr et Yassine Mansouri (à droite), (ont porté également sur les Marocains encore détenus à Guantanamo. Le chef de la DGED a demandé à son interlocuteur le «retour des deux Marocains».
Maroc-Mauritanie
Dans le même télex, la situation en Mauritanie a été au centre des discussions entre Mansouri et Burr. Le chef de la DGED a confié à son interlocuteur que «la stabilité de la Mauritanie est plus importante que la démocratie. Mansouri a demandé au gouvernement américain d'être plus flexible» sur cette question.
Les «invités» du Maroc
Un télex datant du 1er avril 2010 rapporte les discussions entre le général William Ward, le chef de l'Africom, et le général Abdelaziz Bennani. L'Américain a fait savoir à son homologue marocain que le «royaume compte plusieurs invités de marque. Bennani demande à Ward s'il fait référence à Chirac et Sarkozy. Le chef de l'Africom a répliqué qu'il faisait référence au chef de la junte militaire Dadis Camara (à l'époque hospitalisé au Maroc après une tentative d'assassinat) et à son ministre de la Défense (Sekouba Konaté, ndlr). Surpris, le général Bennani a déclaré qu'il n'avait pas d'information sur l'arrivée de ce dernier au Maroc. Bennani a fait savoir à Ward que le séjour de Dadis s'inscrivait dans un cadre humanitaire. Le général Ward a souhaité que le Maroc garde Dadis Camara le plus longtemps possible».
Poutine-Berlusconi,
comme cravate et chemise
Des diplomates américains installés à Rome révèlent par WikiLeaks que le Premier ministre russe, Vladimir Poutine et son homologue italien Silvio Berlusconi ont une relation plus qu'amicale… Des «cadeaux somptueux» sont offerts dans les deux sens, des contrats juteux dans le domaine de l'énergie… Le Premier ministre italien se fait un malin plaisir à devenir le porte-parole « poutinien » en Europe. La diplomatique américaine juge au passage le pouvoir de Poutine en berne, affaibli par une bureaucratie ingérable et souvent indifférentes à ses directives.
La Chine attaque (déjà) l'Amérique !
Toujours selon les documents divulgués, les Chinois mèneraient des attaques informatiques contre les Etats-Unis et leurs alliés. Pékin a notamment ordonné le piratage de Google, explique un télégramme de janvier 2010. L'ordinateur du Dalaï Lama et de nombreux diplomates étrangers sont également espionnés depuis 2002.
Le Qatar ennemi de la lutte anti-terroriste
L'organisateur de la Coupe de Monde 2022 est jugé par la diplomatie américaine comme étant le pire pays de la région sur le plan de la lutte anti-terroriste. Quand au reste, ce sont, toujours selon le site, les donateurs saoudiens qui restent les principaux financiers d'Al Qaïda.
Une visite
d'Obama contre
un échange
de prisonniers
On apprend que la Slovénie a accepté un prisonnier de Guantanamo sur son sol contre une visite officielle de Barack Obama. La république des Kiribati a même annoncé vouloir prendre en charge des détenus musulmans chinois contre une «valise diplomatique» remplie de dollars. Plus incroyable encore, les Américains ont proposé aux Belges d'accepter des prisonniers de Guantanamo sur son sol. Un moyen «peu coûteux» selon eux pour prendre du poids en Europe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.