Sahara : « L'Egypte soutient l'intégrité territoriale du Maroc »    Greenland Technology renforce sa présence au Maroc    Cours de change des devises étrangères contre le dirham du 25 janvier 2022    Covid-19: la pandémie a coûté 350 milliards d'euros à l'économie allemande    La diaspora marocaine fortement sollicitée lors de la Morocco Tech    Compétition intellectuelle : Coup d'envoi de l'opération Ingénieuses 2022    La fondation Arrawaj recrute plusieurs profils    (Billet 658) – Quand Israël reconnaîtra-t-il la souveraineté marocaine sur le Sahara ?    France/Covid-19 : record de décès quotidiens à l'hôpital    Le Sénégal au complet face au Cap-Vert    Historique des confrontations entre le Maroc et le Malawi    Le Burkina Faso sort le Gabon aux tirs au but    CAN 2021 / Bilan officiel du drame du stade d'Olembé : 8 morts et 38 blessés    En Algérie, stupeur et effroi après la satisfaction engendrée par l'élimination des Fennecs    Tanger : L'association Ghaith vient en aide aux familles des victimes du drame de l'usine de textile    INDH à Nouaceur : Des efforts inlassables pour généraliser le soutien scolaire dans la province    Le Musée Bab El Oqla de Tétouan rouvre ses portes    Hassan Benjelloun porte l'histoire de «Jalal Eddine Al Roumi» au cinéma    «Harm Reduction : The Manifesto», en sortie américaine le 26 janvier avec le Washington Times    Casablanca: un policier use de son arme de service pour interpeller un multirécidiviste dangereux    CAN 2021/8es : Le Maroc ne reculera devant rien face au Malawi    Bamako demande au Danemark de retirer «immédiatement» ses forces spéciales    Netflix déclenche une tempête en Egypte : Alcool, tromperies et homosexualité    M. Mayara met en exergue la profondeur des relations distinguées entre le Maroc et les Emirats Arabes Unis    Nasser Bourita : la révision de la carte consulaire du Royaume s'impose    CAN 2021: une bousculade au stade d'Olembé à Yaoundé fait plusieurs morts    La reprise du trafic à l'aéroport d'Istanbul retardée à cause de la neige    La Cour des comptes européenne appelle l'UE à mettre un coup d'accélérateur au déploiement de la 5G    Démission de la directrice de cabinet du président Kaïs Saïed    La capacité d'accueil des cités universitaires en hausse de 7% pendant l'année en cours    Sport scolaire: Programmation de 42 championnats nationaux durant l'année scolaire en cours    La Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales de l'Education-Formation dresse son bilan 2021    9 millions de personnes risquent de perdre leur pass vaccinal le 15 février, rappelle Véran    Toutes les résolutions du Conseil de sécurité confirment l'implication directe de l'Algérie (politologue espagnol)    L'ANCFCC tient son Conseil d'administration et affiche d'excellents résultats    Sites industriels pilotes : attribution de l'appel à partenariat relatif aux ZI de Had Soualem et Sahel Lakhyayta    L'ouverture des frontières demeure liée à la garantie des conditions nécessaires pour préserver la santé des visiteurs et des Marocains    CGEM : lancement de l'étude « Quelles transformations pour les ICC au Maroc ? »    Selon José Manuel Albares, une normalisation des relations entre le Maroc et l'Espagne est encore loin    Conseil de gouvernement : l'ordre du jour de la réunion du jeudi 27 janvier    Maroc/Météo: Chutes de neige et pluies annoncées ce mardi 25 janvier    Washington et Téhéran envisagent des négociations directes sur le nucléaire    « Espèce de connard »: Joe Biden insulte un journaliste    Maroc-Allemagne : L'ambassadrice de retour à Berlin, un message pour l'Espagne    CAN 2021. Une bousculade avant le match Cameroun-Comores aurait fait plusieurs victimes [Vidéo]    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Exposition Made in Mode Mazmouz
Publié dans Le Soir Echos le 20 - 12 - 2010

Exposée ce week-end à la Biennale de Marrakech, la série « Made in Mode grossesse » de Fatima Mazmouz flirte entre humour et interrogations. Zoom sur une démarche hors du commun.
D
écomplexée, ainsi pourrait-on qualifier Fatima Mazmouz. La jeune femme aime rire aux éclats, parler, voyager et danser le charqi… à neuf mois de grossesse ! « Oh là là, faut pas le secouer comme ça, ce petit ! », s'est effrayé un technicien lors de l'installation de sa vidéo, présentée cette année dans le cadre de l'exposition « Made in Mode grossesse » au Printemps photographiques de Nîmes (France) puis à la Biennale de Marrakech. L'anecdote, Fatima s'en amuse beaucoup. C'est que l'artiste sait exposer son ventre comme personne n'oserait le faire. Précisément. Telle est l'intention de cette série, extraite du projet au long cours « Histoire de la femme enceinte » : « Mes séries photos naissent à chaque étape de ma vie, selon des problématiques différentes, quelles soient identitaires, politiques ou sociales. Ma première grossesse m'a inspiré une première série de photos, « Portraits d'une femme enceinte », présentée cette année à la galerie 127 ainsi qu'à Paris à l'Institut culturel de l'islam. Ce sont des portraits d'une femme recroquevillée sur elle-même. Le traitement y est très pudique, il est l'expression du malaise que toute femme peut ressentir au moment d'une première grossesse. On doit faire le deuil de ce qu'on était avant sur le plan physique et psychologique. J'ai ensuite voulu aller plus loin en traitant la question du ventre, ce que j'ai fait lors de ma seconde grossesse ».
écomplexée, ainsi pourrait-on qualifier Fatima Mazmouz. La jeune femme aime rire aux éclats, parler, voyager et danser le charqi… à neuf mois de grossesse ! « Oh là là, faut pas le secouer comme ça, ce petit ! », s'est effrayé un technicien lors de l'installation de sa vidéo, présentée cette année dans le cadre de l'exposition « Made in Mode grossesse » au Printemps photographiques de Nîmes (France) puis à la Biennale de Marrakech. L'anecdote, Fatima s'en amuse beaucoup. C'est que l'artiste sait exposer son ventre comme personne n'oserait le faire. Précisément. Telle est l'intention de cette série, extraite du projet au long cours « Histoire de la femme enceinte » : « Mes séries photos naissent à chaque étape de ma vie, selon des problématiques différentes, quelles soient identitaires, politiques ou sociales. Ma première grossesse m'a inspiré une première série de photos, « Portraits d'une femme enceinte », présentée cette année à la galerie 127 ainsi qu'à Paris à l'Institut culturel de l'islam. Ce sont des portraits d'une femme recroquevillée sur elle-même. Le traitement y est très pudique, il est l'expression du malaise que toute femme peut ressentir au moment d'une première grossesse. On doit faire le deuil de ce qu'on était avant sur le plan physique et psychologique. J'ai ensuite voulu aller plus loin en traitant la question du ventre, ce que j'ai fait lors de ma seconde grossesse ».
Originale, Fatima ? Cela ne fait aucun doute. Femme enceinte, fragile, enfant. Femme-femelle enfin : dès 2007, elle se lance dans une série d'autoportraits de femme prise au piège des stéréotypes de la procréation. Pas facile de revendiquer sa féminité quand le monde ne voit plus en vous que la mère génitrice, un corps transformé que la pudeur invite à cacher. Sous les voiles des tenues marocaines, la silhouette de Fatima se dessine, avant de laisser jaillir un ventre couleur or : « Physiquement, on n'est plus soi-même. C'est difficile de gérer ce nouveau corps qui s'impose à vous avec tout ce qu'il entraîne comme transformations au quotidien. Il y a ce centre qui est là et qui est votre nouveau cerveau. C'est la dictature du ventre ! ».
Inspirée de la tradition philosophique de Clément Rosset –le « réel idiotie »-, l'artiste allie fiction et réalité à travers la substitution de « codes » culturels souvent inscrits dans une dimension fantasmagorique. Ainsi offre-t-elle des images aux couleurs chatoyantes, expression d'un réel truffé de clichés que seuls l'exacerbation et l'humour décalé peuvent démanteler. Transgression du code vestimentaire, détournement des stéréotypes qui brident la féminité, ces images, quoique centrées sur la civilisation marocaine, n'en demeurent pas moins universelles. Auparavant, Fatima s'est mise en scène en sous-vêtements occidentaux, en Blanche-Neige ou en Catch Woman. Histoire de rappeler que sous le costume, vit la femme. Que derrière ce ventre, résiste une âme.
L'artiste est représentée par la galerie 127 à Marrakech et sera prochainement exposée à la galerie FJ à Casablanca. Elle a exposé à Rome, Madrid, Amsterdam, Anvers, Paris et au Caire, en participant à de grandes manifestation culturelles comme les 6e rencontres africaines de la photographie de Bamako ou le Festival international de la photographie à Arles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.