Le PJD aura malgré tout un groupe parlementaire    Un ex-ministre algérien des Finances sous mandat de dépôt    Collectivités territoriales: 1,93 MMDH d'excédent à fin février 2021    Algérie : La harga fait un drame en haute mer    Meknès: célébration du 200è anniversaire du décès de Rabbi Raphaël Berdugo    Le peuple dans la rue, craint «un retour à la dictature Ben Ali»    Les opportunités d'investissement présentées aux hommes d'affaires chiliens    Une compétition alliant protection de l'environnement et action sociale et solidaire    Le Maroc à l'honneur !    Usyk détrône Joshua aux points et à l'unanimité    Rentrée universitaire : à quand une révision du décret de la création de l'ISADAC?    Un septembre automnal à Paris    France: le Prix Caméléon 2021-2022 met le Maroc à l'honneur    Parution :partis politiques et protestations au Maroc (1934-2020)    Le PI remporte la présidence de 5 communes sur 6 dans la province d'Aousserd    Armement : Ankara lorgne vers un nouveau lot de S-400 russes    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 septembre 2021 à 16H00    Coronavirus. Les patchs de vaccination arrivent !    L'Opinion : En attendant l'allégement...    MoulZeri3a.com l Une plateforme digitale pour « pérenniser » un métier traditionnel    Entretien entre l'ambassadeur du Maroc et le nouveau ministre libanais des AE Beyrouth    Sahel : La mission Barkhane serait « de plus en plus difficile politiquement »    Lutte contre les menaces NRBC : David Greene relève l'efficacité des FAR    La malédiction Brahim Ghali hante le gouvernement Espagnol    Rabat-Salé-Kénitra : première session du conseil régional consacrée à la refonte du règlement intérieur    Foot africain : Le Ghana vire son sélectionneur national    Coupe du monde de futsal (Lituanie 2021): "Le Maroc a bousculé l'équipe la plus titrée de la compétition", selon la FIFA    Australie : La pratique de l'alternance au Maroc saluée lors d'un séminaire    Reim Partners va gérer le premier OPCI de la CMR    Participation du Maroc à la 2e édition de l'exposition économique et commerciale Chine-Afrique    Ministère de la jeunesse, ministère de la culture... la force et l'âme !    Botola Pro D1 "Inwi" (4ème journée): Aujourd'hui à 19h15, la Jeunesse de Soualem face à l'Olympique de Khouribga    Rapt au Nigeria : libération de dix étudiants    Séisme en Grèce: Un mort et 11 blessés    Tourisme: une stratégie de relance se prépare à Agadir    Attijariwafa bank, « Banque la plus sûre en Afrique » selon Global Finance    Construction/Industrie manufacturière : Les chefs d'entreprises se montrent optimistes    Sept personnes interpellées : Saisie de 2 tonnes de chira à Agadir    Sinopharm et Pfizer: le Maroc recevra des quantités importantes de vaccins    Covid-19 : Plus de 8,26 millions de cas confirmés en Afrique    L'ancien patron de Tesco veut investir 22 milliards de dollars à Guelmim pour résoudre la crise énergétique au Royaume-Uni    Canada. ASMEX promeut le Halal et le Bio «Made in Morocco»    Allemagne : Le parti social-démocrate remporte les élections législatives    Mondial de futsal: le Maroc vaincu par le Brésil    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Exposition Made in Mode Mazmouz
Publié dans Le Soir Echos le 20 - 12 - 2010

Exposée ce week-end à la Biennale de Marrakech, la série « Made in Mode grossesse » de Fatima Mazmouz flirte entre humour et interrogations. Zoom sur une démarche hors du commun.
D
écomplexée, ainsi pourrait-on qualifier Fatima Mazmouz. La jeune femme aime rire aux éclats, parler, voyager et danser le charqi… à neuf mois de grossesse ! « Oh là là, faut pas le secouer comme ça, ce petit ! », s'est effrayé un technicien lors de l'installation de sa vidéo, présentée cette année dans le cadre de l'exposition « Made in Mode grossesse » au Printemps photographiques de Nîmes (France) puis à la Biennale de Marrakech. L'anecdote, Fatima s'en amuse beaucoup. C'est que l'artiste sait exposer son ventre comme personne n'oserait le faire. Précisément. Telle est l'intention de cette série, extraite du projet au long cours « Histoire de la femme enceinte » : « Mes séries photos naissent à chaque étape de ma vie, selon des problématiques différentes, quelles soient identitaires, politiques ou sociales. Ma première grossesse m'a inspiré une première série de photos, « Portraits d'une femme enceinte », présentée cette année à la galerie 127 ainsi qu'à Paris à l'Institut culturel de l'islam. Ce sont des portraits d'une femme recroquevillée sur elle-même. Le traitement y est très pudique, il est l'expression du malaise que toute femme peut ressentir au moment d'une première grossesse. On doit faire le deuil de ce qu'on était avant sur le plan physique et psychologique. J'ai ensuite voulu aller plus loin en traitant la question du ventre, ce que j'ai fait lors de ma seconde grossesse ».
écomplexée, ainsi pourrait-on qualifier Fatima Mazmouz. La jeune femme aime rire aux éclats, parler, voyager et danser le charqi… à neuf mois de grossesse ! « Oh là là, faut pas le secouer comme ça, ce petit ! », s'est effrayé un technicien lors de l'installation de sa vidéo, présentée cette année dans le cadre de l'exposition « Made in Mode grossesse » au Printemps photographiques de Nîmes (France) puis à la Biennale de Marrakech. L'anecdote, Fatima s'en amuse beaucoup. C'est que l'artiste sait exposer son ventre comme personne n'oserait le faire. Précisément. Telle est l'intention de cette série, extraite du projet au long cours « Histoire de la femme enceinte » : « Mes séries photos naissent à chaque étape de ma vie, selon des problématiques différentes, quelles soient identitaires, politiques ou sociales. Ma première grossesse m'a inspiré une première série de photos, « Portraits d'une femme enceinte », présentée cette année à la galerie 127 ainsi qu'à Paris à l'Institut culturel de l'islam. Ce sont des portraits d'une femme recroquevillée sur elle-même. Le traitement y est très pudique, il est l'expression du malaise que toute femme peut ressentir au moment d'une première grossesse. On doit faire le deuil de ce qu'on était avant sur le plan physique et psychologique. J'ai ensuite voulu aller plus loin en traitant la question du ventre, ce que j'ai fait lors de ma seconde grossesse ».
Originale, Fatima ? Cela ne fait aucun doute. Femme enceinte, fragile, enfant. Femme-femelle enfin : dès 2007, elle se lance dans une série d'autoportraits de femme prise au piège des stéréotypes de la procréation. Pas facile de revendiquer sa féminité quand le monde ne voit plus en vous que la mère génitrice, un corps transformé que la pudeur invite à cacher. Sous les voiles des tenues marocaines, la silhouette de Fatima se dessine, avant de laisser jaillir un ventre couleur or : « Physiquement, on n'est plus soi-même. C'est difficile de gérer ce nouveau corps qui s'impose à vous avec tout ce qu'il entraîne comme transformations au quotidien. Il y a ce centre qui est là et qui est votre nouveau cerveau. C'est la dictature du ventre ! ».
Inspirée de la tradition philosophique de Clément Rosset –le « réel idiotie »-, l'artiste allie fiction et réalité à travers la substitution de « codes » culturels souvent inscrits dans une dimension fantasmagorique. Ainsi offre-t-elle des images aux couleurs chatoyantes, expression d'un réel truffé de clichés que seuls l'exacerbation et l'humour décalé peuvent démanteler. Transgression du code vestimentaire, détournement des stéréotypes qui brident la féminité, ces images, quoique centrées sur la civilisation marocaine, n'en demeurent pas moins universelles. Auparavant, Fatima s'est mise en scène en sous-vêtements occidentaux, en Blanche-Neige ou en Catch Woman. Histoire de rappeler que sous le costume, vit la femme. Que derrière ce ventre, résiste une âme.
L'artiste est représentée par la galerie 127 à Marrakech et sera prochainement exposée à la galerie FJ à Casablanca. Elle a exposé à Rome, Madrid, Amsterdam, Anvers, Paris et au Caire, en participant à de grandes manifestation culturelles comme les 6e rencontres africaines de la photographie de Bamako ou le Festival international de la photographie à Arles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.