Sommet Etats-Unis-Afrique : Revers de plus pour Alger et sa milice séparatiste    Fenie Brossette : le chiffre d'affaires s'améliore de 10%    Canada – Maroc : Les Lions de l'Atlas, avec ou sans Sofyan Amrabat ?    Mercato : Cristiano Ronaldo en Arabie Saoudite pour 200 millions euros !?    Mondial 2022: La FIFA ouvre une enquête contre le Sénégal    Japon : Des essais cliniques prometteurs pour un médicament contre l'Alzheimer    Un investisseur américain annonce l'arrivée d'un hôpital au Maroc    ONU/Foot : Carton rouge aux discours de haine    La terre a tremblé au large de la province de Driouch    Sofyan Amrabat dans le viseur de plusieurs géants de Premier League    En visite en janvier au Maroc, Macron va-t-il ramener avec lui un nouvel ambassadeur?    Charrettes à traction animale : Le Conseil de Casablanca a du mal à y mettre fin    Ornithologie : Disparu au Portugal, un balbuzard pêcheur écossais refait surface au Maroc    K-pop : Saiki Weesa de Pychic Fever revient sur ses origines marocaines    Concert « Stars in The Place 2022 » à Marrakech : les têtes d'affiches !    Mondial 2022 : les Lions de l'Atlas ne devront pas sous estimer le Canada    Les confessions touchantes du père de Walid Regragui (VIDEO)    Amrabat participe à la taquinerie de Regragui surnommé « Rass l'avocat » (PHOTO)    Des mesures concrètes pour la Palestine mises en lumière par le Souverain    Décès de l'ancien président chinois Jiang Zemin    USA: Biden appelle le Congrès à agir pour éviter la grève du fret ferroviaire    9è Conférence sur les armes biologiques : L'ONU plaide pour des progrès même en "période de défis géopolitiques"    Après le Maroc, l'Algérie négocie l'achat de missiles balistiques chinois    Entretien téléphonique entre le roi Mohammed VI et l'émir du Qatar    FAMI 2022 : Les managers territoriaux d'Afrique en conclave à Agadir    Le jumelage institutionnel entre le SGG et le Conseil d'Etat d'Italie a atteint ses objectifs    L'institutionnalisation du dialogue social contribue à garantir les conditions nécessaires pour développer la production    Charte de l'investissement. La Chambre des Conseillers adopte le projet de loi-cadre    La Bourse de Casablanca débute en baisse    Cours des devises du mercredi 30 novembre 2022    CDG : Comment se présente 2023 ?    Mondial 2022. Messi vs Lewandowski : le choc des titans    Bank of Africa : Hausse de 5% du PNB au 3ème trimestre    Marketing territorial: l'implication citoyenne est indispensable    Maroc : Démarrage de la période de souscription à l'introduction en bourse d'Akdital    Météo. De la pluie dans plusieurs provinces du Royaume et même de la neige...    Le temps au Maroc, ce mercredi 30 novembre 2022    Revue de presse quotidienne de ce mercredi 30 novembre 2022    Le sida est toujours là... Faisons un don !    Tentative de suicide d'un touriste français soupçonné d'homicide volontaire : Une enquête judiciaire est ouverte à Marrakech    Bénin-Maroc: échange des instruments de ratification relatifs à la Convention en vue d'éviter la double imposition (communiqué)    Révolution médicale    Exposition «Melehi à Loft Art Gallery 2009–2020» : Histoire de complicité entre un artiste et sa galerie    8 longs-métrages et 3 courts-métrages à découvrir dès le 7 décembre    Protection du patrimoine : Le Maroc et l'Unesco scellent un accord-cadre de partenariat    Front commun Maroc-UNESCO pour la protection du patrimoine    Cinéma : Une célébration haute en couleur pour la 20e édition anniversaire du FIFM    Maroc : Le gouvernement promet d'accélérer l'introduction de l'amazigh dans l'administration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Exposition Made in Mode Mazmouz
Publié dans Le Soir Echos le 20 - 12 - 2010

Exposée ce week-end à la Biennale de Marrakech, la série « Made in Mode grossesse » de Fatima Mazmouz flirte entre humour et interrogations. Zoom sur une démarche hors du commun.
D
écomplexée, ainsi pourrait-on qualifier Fatima Mazmouz. La jeune femme aime rire aux éclats, parler, voyager et danser le charqi… à neuf mois de grossesse ! « Oh là là, faut pas le secouer comme ça, ce petit ! », s'est effrayé un technicien lors de l'installation de sa vidéo, présentée cette année dans le cadre de l'exposition « Made in Mode grossesse » au Printemps photographiques de Nîmes (France) puis à la Biennale de Marrakech. L'anecdote, Fatima s'en amuse beaucoup. C'est que l'artiste sait exposer son ventre comme personne n'oserait le faire. Précisément. Telle est l'intention de cette série, extraite du projet au long cours « Histoire de la femme enceinte » : « Mes séries photos naissent à chaque étape de ma vie, selon des problématiques différentes, quelles soient identitaires, politiques ou sociales. Ma première grossesse m'a inspiré une première série de photos, « Portraits d'une femme enceinte », présentée cette année à la galerie 127 ainsi qu'à Paris à l'Institut culturel de l'islam. Ce sont des portraits d'une femme recroquevillée sur elle-même. Le traitement y est très pudique, il est l'expression du malaise que toute femme peut ressentir au moment d'une première grossesse. On doit faire le deuil de ce qu'on était avant sur le plan physique et psychologique. J'ai ensuite voulu aller plus loin en traitant la question du ventre, ce que j'ai fait lors de ma seconde grossesse ».
écomplexée, ainsi pourrait-on qualifier Fatima Mazmouz. La jeune femme aime rire aux éclats, parler, voyager et danser le charqi… à neuf mois de grossesse ! « Oh là là, faut pas le secouer comme ça, ce petit ! », s'est effrayé un technicien lors de l'installation de sa vidéo, présentée cette année dans le cadre de l'exposition « Made in Mode grossesse » au Printemps photographiques de Nîmes (France) puis à la Biennale de Marrakech. L'anecdote, Fatima s'en amuse beaucoup. C'est que l'artiste sait exposer son ventre comme personne n'oserait le faire. Précisément. Telle est l'intention de cette série, extraite du projet au long cours « Histoire de la femme enceinte » : « Mes séries photos naissent à chaque étape de ma vie, selon des problématiques différentes, quelles soient identitaires, politiques ou sociales. Ma première grossesse m'a inspiré une première série de photos, « Portraits d'une femme enceinte », présentée cette année à la galerie 127 ainsi qu'à Paris à l'Institut culturel de l'islam. Ce sont des portraits d'une femme recroquevillée sur elle-même. Le traitement y est très pudique, il est l'expression du malaise que toute femme peut ressentir au moment d'une première grossesse. On doit faire le deuil de ce qu'on était avant sur le plan physique et psychologique. J'ai ensuite voulu aller plus loin en traitant la question du ventre, ce que j'ai fait lors de ma seconde grossesse ».
Originale, Fatima ? Cela ne fait aucun doute. Femme enceinte, fragile, enfant. Femme-femelle enfin : dès 2007, elle se lance dans une série d'autoportraits de femme prise au piège des stéréotypes de la procréation. Pas facile de revendiquer sa féminité quand le monde ne voit plus en vous que la mère génitrice, un corps transformé que la pudeur invite à cacher. Sous les voiles des tenues marocaines, la silhouette de Fatima se dessine, avant de laisser jaillir un ventre couleur or : « Physiquement, on n'est plus soi-même. C'est difficile de gérer ce nouveau corps qui s'impose à vous avec tout ce qu'il entraîne comme transformations au quotidien. Il y a ce centre qui est là et qui est votre nouveau cerveau. C'est la dictature du ventre ! ».
Inspirée de la tradition philosophique de Clément Rosset –le « réel idiotie »-, l'artiste allie fiction et réalité à travers la substitution de « codes » culturels souvent inscrits dans une dimension fantasmagorique. Ainsi offre-t-elle des images aux couleurs chatoyantes, expression d'un réel truffé de clichés que seuls l'exacerbation et l'humour décalé peuvent démanteler. Transgression du code vestimentaire, détournement des stéréotypes qui brident la féminité, ces images, quoique centrées sur la civilisation marocaine, n'en demeurent pas moins universelles. Auparavant, Fatima s'est mise en scène en sous-vêtements occidentaux, en Blanche-Neige ou en Catch Woman. Histoire de rappeler que sous le costume, vit la femme. Que derrière ce ventre, résiste une âme.
L'artiste est représentée par la galerie 127 à Marrakech et sera prochainement exposée à la galerie FJ à Casablanca. Elle a exposé à Rome, Madrid, Amsterdam, Anvers, Paris et au Caire, en participant à de grandes manifestation culturelles comme les 6e rencontres africaines de la photographie de Bamako ou le Festival international de la photographie à Arles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.