La CNSS et la Caisse de compensation mises sous tutelle du ministère de l'Economie et des Finances    Etudiants marocains en Russie : le désarroi continue    AFRIMA Awards 2021 : 11 marocains parmi les nominés    Tanger: Arrestation d'un ressortissant français d'origine algérienne pour son implication présumée dans le trafic international de drogue    Compteur coronavirus : 424 nouveaux cas et 6 décès en 24H    France : Jean Yves Le Drian userait-il de son réseau pour défendre les intérêts de son fils ?    Obligation de pass vaccinal : La CNDP se prononcera prochainement    Election des représentants de magistrats: Taux de participation de 50,42% à midi pour les Cours d'appel    Cannabis : Signature de quatre conventions pour le renforcement de la recherche scientifique    Un chercheur serbe souligne le bien-fondé de l'appel à l'expulsion de la pseudo «rasd » de l'UA    L'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici 2060    Covid-19 : Le CHU Ibn Sina dément le décès d'une étudiante à cause du vaccin    Coronavirus : Le vaccin Pfizer efficace à 90% chez les 5-11 ans    Aérien. Le Maroc actualise la liste des pays de la liste B    L'exercice conjoint bilatéral Pakistan-Maroc 2021 touche à sa fin (Vidéo)    Afghanistan: L'état islamique revendique une attaque à l'origine de la panne de courant à Kaboul    En quoi la décision royale dérange le clan Aziz Akhennouch ?    Sahara marocain: La Jordanie réaffirme son soutien à l'autonomie dans le cadre de l'intégrité territoriale du Maroc    Football féminin : Rencontre entre le président de la Fédération espagnole et Mme Khadija Ila, présidente de la Ligue nationale    Football : Assemblée générale ordinaire à distance de l'IRT    Meurtre du député britannique David Amess : le suspect sera jugé en mars 2022    Royal Air Maroc. Vols Casablanca-Montréal: ce qu'il faut savoir    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Faut-il continuer à s'endetter ?    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    A quoi joue la Russie?    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Aung San Suu Kyi quitte Rangoon
Publié dans Le Soir Echos le 06 - 07 - 2011

Six mois après sa remise en liberté, Aung San Suu Kyi tente de reprendre ses activités politiques sous le regard menaçant de la junte militaire.
La prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi, effectue son premier déplacement en dehors de Rangoon depuis la levée de son assignation à résidence en novembre. Ce qui était censé être une visite privée aux temples de Bagan, a attiré mardi plus d'une centaine de personnes, en un premier test de la tolérance de la junte birmane vis-à-vis des activités de l'opposante.
L'icône du mouvement pro-démocratique birman a visité la cité historique avec son plus jeune fils Kim.
«Je suis très heureuse. Ce sont mes premières vacances avec mon fils en vingt ans», a-t-elle confié à la presse après avoir prié dans l'un des plus célèbres temples de Bagan.
Mais l'opposante et son fils ont été assaillis par une petite foule de locaux et suivis par plusieurs dizaines de policiers en civil au second jour de leur visite. Selon l'agence AP, Aung San Suu Kyi a fait savoir qu'elle se rendrait bientôt dans la campagne birmane à la rencontre de ses partisans. L'annonce a aussitôt suscité une mise en garde de la junte birmane qui a prévenu, par la voix des médias officiels, qu'elle risquait de provoquer des troubles. A Bagan, l'accueil réservé à l'opposante est resté relativement modeste, 100 à 200 partisans et quelques curieux sont venus la voir lors des diverses étapes de sa visite.
Mais la région des ruines de Bagan est peu peuplée et son déplacement n'avait été que peu médiatisé, comme l'a rapporté l'agence AP. Dans le passé, Aung San Suu Kyi a souvent connu des problèmes lorsqu'elle s'aventurait hors de Rangoon, son lieu de résidence où se trouve le siège de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND). En 2003, lors de son dernier déplacement dans les zones rurales, l'opposante avait attiré d'importantes foules, une popularité qui avait irrité le gouvernement militaire. Des soutiens de la junte avaient tendu une embuscade à son entourage dans le nord du pays, tuant plusieurs de ses partisans. Aung San Suu Kyi avait pu s'échapper mais avait été interpellée. Soupçonnée d'avoir organisé l'attaque, l'armée birmane avait nié toute implication.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.