Des arrestations massives lors de manifestations en Birmanie    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Quand l'opposition dénonce la «propagande médiatique» du pouvoir algérien contre le «Hirak»    Algérie : «L'autoritarisme et la politique du fait accompli ne mèneront que vers l'impasse»    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Un retournement de tendance en Bourse?»    Classe prolétaire    Près de deux millions de Marocains seront alimentés en électricité    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    La sélection nationale participe au Championnat d'Afrique en Egypte    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Un acquis important pour relever les défis    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Delta Holding: Un CA en baisse de 15% en 2020    Le premier radiotélescope du Royaume installé à Marrakech    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Plusieurs eurodéputés interpellent Josep Borrell sur la répression et la coercition politiques en Algérie    Mustapha Ramid opéré au lendemain de sa démission    Botola Pro D1 « Inwi » (8è journée): Classement    Maroc-Tunisie: Aboub critique l'arbitrage (CAN U20)    La CAF autorise la programmation des matchs internationaux en Libye    Sahara : la neutralité passive de l'Europe dessert la stabilité et l'intégration régionales, selon un média italien    Transavia, filiale low-cost d'Air France va ouvrir une nouvelle ligne vers le Maroc    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Températures (par villes) prévues pour le dimanche 28 février 2021    Tendances déco 2021 : Les couleurs à adopter    Le groupe sanguin O, est-ce un rempart contre le Covid-19 ?    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Hirak, saison 2: Le Figaro fait le point sur la situation en Algérie    Change : Le dirham s'apprécie face au dollar du 18 au 24 février    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    Voici le temps qu'il fera ce dimanche    Nigeria : 42 personnes relâchées, dont 27 élèves, après un enlèvement dans un pensionnat    CAN U20 : Les tirs de la chance privent le Maroc de la demi-finale !    AS FAR-SCCM (1-1) : Les Militaires rejoints sur la ligne d'arrivée !    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





2001-2011, histoire d'un bégaiement
Publié dans Le Soir Echos le 12 - 09 - 2011

Pour un regard averti, le vingtième siècle arabe fut régi par un métronome interne sans faille, changeant les régimes politiques tous les vingt-cinq ans. En 1920, aux lendemains de la chute de l'empire ottoman, l'élite des notables régionaux, francophones et politiquement anglophiles, prennent le pouvoir, délestés de la pesante tutelle d'Istanbul. Les mandats britanniques et français, colonisation déguisée en humanisme prédateur, chaperonnent cette période. Elle a ses héros – Saad Zaghloul en Egypte, Nuri Saïd en Irak, Riadh al Solh au Liban–, son idéologie – le nationalisme libéral et bourgeois –, et jusqu'à sa culture populaire – Asmahan et Mohammed Abdel-Wahhab.
Un quart de siècle plus tard, une vague révolutionnaire emporte cet édifice : Nasser en Egypte en 1952, Kassem en Irak en 1958, ailleurs des capitaines d'armée et des camarades de parti, mettent fin à ce que l'on appellera plus tard, avec un brin de nostalgie, l'ère libérale. Désormais, le monde arabe vivra à l'heure des républiques populaires. Prenant l'exact contrepied des régimes précédents, on ferme l'économie ouverte, on remplace le multipartisme brouillon par la dictature du parti unique, on troque le tarbouche du notable pour le képi de l'officier, on change même d'amis, et les Russes s'invitent là où les Anglais régnaient en maître.
Un autre quart de siècle passe. Puis, dans les quelques années qui suivent la Naksa de 1967, de nouveaux régimes s'installent : Kadhafi en Libye et Nemeyri au Soudan en 1969, Assad en Syrie et Sadat en Egypte en 1970… Sous couvert de « rectification » – le mot est d'Assad– ou d' « ouverture » – celui de Sadat –, ce fut une révolution aussi profonde que les deux précédentes : les Russes perdirent le terrain au profit des Américains, Riyad remplaça le Caire comme capitale du monde arabe, l'économie fermée et dirigiste s'ouvrit dans le désordre et la corruption à un capitalisme prédateur…
On aura remarqué que ces trois périodes durèrent chacune un quart de siècle. Un esprit de suite se serait attendu à une nouvelle transformation dans les années 1990… Or, il n'en fut rien. Certes, un soupçon de changement souffla sur la région dans le tournant des années 1990, il dura quelques années, provoqua des engouements diplomatiques, quelques prix Nobel de paix et beaucoup de conférences, et tout fut dit. Rien ne changea. Les régimes – et souvent les personnes – arrivés au pouvoir au début des années 1970 s'y maintinrent, vieillis, affaiblis, mais souvent incontestés. Et là où il y eut contestation, il y eut violence et parfois guerre, mais toujours au bénéfice du pouvoir en place : en Algérie et en Egypte par exemple. On expliqua cette longévité par le type de pouvoir installé dans les années 1970 : l'alliance du parti unique et de l'armée révolutionnaire, les pétrodollars saoudiens, la Pax americana.
Le 11 septembre 2001 fut l'œuvre de cette génération lésée : Ayman al-Zawahiri est né en 1951, Oussama ben Laden en 1957. Dans les années 1990, leur génération, si l'on en croit l'histoire du vingtième siècle arabe, devait prendre le pouvoir à son tour. Or, ils étaient en Afghanistan. Ou au Cachemire. Ou en Somalie. A la place d'une contestation intérieure organisée, les régimes arabes, dès le début des années 1980, réussirent à éparpiller, d'abord en Afghanistan puis partout où la mondialisation laissait des marges grises, toute possibilité d'opposition politique. Le 11 septembre 2001 fut le résultat imprévu de cette externalisation de la politique arabe. Les néoconservateurs le comprirent bien, quand ils pensèrent l'invasion de l'Irak comme un rapatriement des problèmes arabes vers leurs sources : solution tardive, se devant, dès lors, passer par l'épreuve de force.
Le 11 septembre 2001 mima une alternance générationnelle impossible. Le printemps arabe de 2011, la réalisant enfin, vingt ans plus tard, enterra deux générations, d'un même mouvement : les gérontocrates des coups d'Etat de 1970 et les quinquagénaires du terrorisme international. Dans une perspective d'histoire longue, le 11 septembre restera certainement comme le bégaiement meurtrier d'un changement politique enfin articulé en 2011.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.